1.21.2007

L'Homme Moderne en Europe il y a 45000 ans

MAJ 15/05/15
Si l'ensemble de la communauté scientifique, notamment les paléontologues et anthopologues, s'accordent pour dire que nos ancêtres sont originaires d’Afrique; en revanche les théories se multiplient et s'affrontent quant à leur sortie d’Afrique pour coloniser les autres continents.

Pour certains, les premiers départs de l’homme moderne ont eu lieu il y a moins de 100.000 ans, pour d’autres il y a eu des migrations successives qui ont commencé il y a plusieurs centaines de millions d’années...

En réétudiant un crâne découvert en 1952 en Afrique du Sud, à Hofmeyr, Frederick Grine de la "Stony Brook University"et son équipe pensent avoir trouvé la preuve que les hommes modernes ont quitté leur berceau originel il y a environ 45.000 ans.

La morphologie du crâne d’Hofmeyr est plus proche de celle des Européens du Paléolithique supérieur que des Sud-Africains ou des européens plus récents, expliquent les chercheurs dans la revue Science.
Cela signifierait donc que cette population d’Afrique subsaharienne partageait un ancêtre commun avec les Européens du Paléolithique, renforçant l’hypothèse d’une migration de l’homme moderne hors d’Afrique il y a 60.000 ans environ.

Ces résultats cadrent avec la théorie de l’Out of Africa, selon laquelle l’homme serait sorti d’Afrique après avoir acquis les caractéristiques de l’homme moderne et aurait migré vers l’Eurasie, supplantant les populations plus archaïques.

Selon le modèle dit multirégional, qui s’oppose à l’idée d’une ‘’Ève africaine’’, les hommes sortis d’Afrique il y a 2 à 2,5 millions d’années se seraient ‘’modernisés’’ en plusieurs points du globe.


Le crâne d’Hofmeyr
Une autre étude publiée dans Science montre que l’homme moderne était présent en Europe de l’Est, dans l’actuelle Russie, il y a plus de 40.000 ans. Une équipe russo-américaine (Académie des sciences de Russie et University of Colorado at Boulder) a mis au jour dans les sédiments de la rivière Don des outils de pierre, d’os et d’ivoire qui attestent de la présence d’une population d’hommes modernes sur le site de Kostenki au début du Paléolithique supérieur.

L’équipe russo-américaine de Michael Anikovich a notamment découvert une petite tête sculptée dans une défense de mammouth et des coquillages d’ornements provenant de la mer Baltique, située à près de 500 km de là.
D'après John Hoffecker, de l'université du Colorado, ce serait la plus ancienne pièce d'art figuratif au monde.



Des os et des outils en ivoire retrouvés sur le site archéologique de Kostenki


Sources:

Frederick Grine:

Aucun commentaire: