5.02.2019

Pêcher, cultiver ou se battre: comment les vikings s'adaptaient aux variations climatiques

Dans les îles Lofoten en Norvège, des archéologues ont mis au jour, dans les années 1980, l'une des plus grandes constructions viking découvertes à ce jour.

La longère longue de 83 mètres, découverte dans ce qui est aujourd'hui la ville de Borg, était une vitrine ostentatoire des puissants chefs qui régnaient sur ce qui à première vue semble être une zone marginale: un groupement d'îles situé tout près du cercle polaire arctique.

Pêcher, cultiver ou se battre: comment les vikings s'adaptaient aux variations climatiques
Musée viking de Lofotr dans le plus grand bâtiment viking découvert à ce jour.

Pendant plus de 2500 ans, le peuple des îles Lofoten a fait pousser de l’orge et du blé et pêché la morue dans l’océan glacial de l’Atlantique Nord.

Ces îles étaient au centre de la politique viking, et pourtant à la limite de l'endroit où le climat nordique rendait possible l'agriculture.


Cela fait des îles Lofoten un endroit idéal pour explorer l'impact du changement climatique sur la vie des vikings.


Chaque année, les propriétaires des terres prenaient des décisions cruciales: quelles cultures planter, combien de bétail élever, combien de cabillaud pêcher, s’il fallait ou non envoyer des navires pour attaquer les riches villages européens du sud.

Au vu de toutes ces options à prendre en compte, des changements climatiques mineurs pouvaient être un facteur majeur, rapporte William D'Andrea, paléoclimatologue de l'Observatoire de la Terre Lamont-Doherty de l'Université de Columbia  à New-York.

Au cours des trois prochaine années, D'Andrea et Nicholas Balascio, paléoclimatologue au College of William and Mary en Virginie, travailleront pour reconstituer les effets à court terme des variabilités climatiques dans ces îles.

L'étude commence tout juste, mais D'Andrea et Balascio pensent qu'en examinant tout, depuis le  pollen des plantes jusqu'aux déchets animaux, tels qu'ils apparaissent dans les sédiments des fonds lacustres, ils pourront comprendre comment les habitants et leurs activités ont pu évoluer pour s'adapter au climat changeant.

Ils chercheront des biomarqueurs (des molécules uniques spécifiques à des animaux ou des plantes) afin de voir combien et quel type de bétail et de céréale étaient élevés d'année en année.

"Ces communautés marginales pouvaient être très sensibles à ces changements environnementaux naturels" dit Balascio. Par exemple, le climat changeant à pu pousser les vikings à déplacer leurs fermes vers de nouveaux lieux pour tirer avantage des meilleures conditions pour leurs champs.


La baisse du niveau de la mer a été un autre défi pour les vikings des îles Lofoten.


Les îles Lofoten, comme une grande partie de la Scandinavie, sont en train de remonter après la perte des énormes calottes glaciaires qui recouvraient la terre pendant la dernière période glaciaire. Ce phénomène, appelé rebond isostatique, provoque l’élévation des îles et fait chuter le niveau de la mer.

Cela signifie que les hangars à bateaux construits au bord de l’eau pouvaient se retrouver dans les terres quelques décennies plus tard. Les emplacements des ports suffisamment profonds pour accueillir les célèbres voiliers des vikings ont également changé au fil du temps.

La baisse du niveau de la mer a peut-être rendu le port près de Borg inaccessible aux gros navires et a joué un rôle dans la raison de l'abandon de la longère.

Bien que ces changements soient géologiques plutôt que climatologiques, le projet de D’Andrea et Balascio a également mis en exergue l’adaptation des Vikings à la baisse du niveau des mers.
.
Mais sur le front climatique, une variable particulièrement importante a influencé le destin saisonnier des vikings des îles Lofoten: il s'agit d'un schéma récurrent connu sous le nom d’oscillation nord-atlantique (ONA). C'est un ensemble de rythmes qui se joue sur des mois et même des décennies, entraînés par les changements de pression atmosphérique dans les tropiques et dans l'Arctique, entrainant une modification de la structure des vents dans l'hémisphère nord.

Pour l’Europe du Nord et les îles Lofotens, l'ONA signifie qu’il y a une oscillation entre un temps humide et doux, puis froid et sec.

Les chercheurs espèrent comprendre comment les agriculteurs et les pêcheurs se sont ajustés face au climat instable qui a rendu l'agriculture et l'élevage difficiles, parfois pendant plusieurs années.

Certains experts pensent que pendant les périodes de difficultés dues au climat, les vikings ont réagi en multipliant les raids. Mais prouver ce lien sera difficile, dit D’Andrea, et sortira probablement du cadre de leurs recherches. Les archives historiques des raids vikings ne sont pas assez détaillées pour pouvoir les comparer correctement avec les données climatiques, dit-il.

Mais il espère que le projet fournira des informations sur la manière dont les peuples de l’histoire se sont adaptés au changement climatique; ces informations sont susceptibles d’éclairer la réflexion moderne sur l’adaptation au changement climatique.

"Lorsque l'on regarde une société sur une période de 1 000 ans, on se rend compte que les changements sont en réalité quelque chose qui se passe", dit D’Andrea. "Nous pouvons les traiter de manière réfléchie et proactive, ou nous pouvons les ignorer."

Source:

Liens:

Derniers articles sur les Vikings:

Aucun commentaire: