6.06.2019

Le manuscrit de Voynich déchiffré: il serait écrit en Proto-Roman


En 2017, je publiais l'article "A-t-on trouvé la clé pour déchiffrer le manuscrit de Voynich ?" ; Nicholas Gibbs, universitaire britannique, rapportait qu'en étudiant le latin médiéval "il est devenu évident que chaque caractère dans le manuscrit de Voynich représentait un mot abrégé et non une lettre". S'il avait bien trouvé la clé, il ne restait plus qu'aux cryptographes et linguistes de se mettre à la tâche pour traduire l'ouvrage...

Ici le mot "palina" qui est une tige permettant de mesurer la profondeur de l’eau, parfois appelée tige ou règle de stadia. La lettre «p» a été étendue. Manuscrit Voynich

Aujourd'hui, un autre universitaire de l'Université de Bristol aurait réussi là où d'innombrables cryptographes, érudits en linguistique et programmes informatiques ont échoué. Il aurait ainsi déchiffré le code du «texte le plus mystérieux du monde».

Alors que le but et la signification du manuscrit échappent aux spécialistes depuis plus d'un siècle, il a fallu deux semaines au Dr Gerard Cheshire, associé de recherche, en utilisant une combinaison de pensée latérale et d'ingéniosité pour identifier le langage et le système d'écriture du fameux document jusqu'ici impénétrable.

Dans son article évalué par les pairs, The Language and Writing of MS408 (Voynich) Explained, publié dans le journal Romance Studies, Cheschire décrit comment il a réussi à déchiffrer le codex du manuscrit et, en même temps, à révéler le seul exemple connu de langage proto-roman: "Lors du déchiffrement du code, j’ai vécu une série de moments «euréka», puis un sentiment d’incrédulité et d’enthousiasme lorsque j’ai réalisé l’ampleur de la découverte, tant par son importance linguistique que par les révélations sur l’origine et le contenu du manuscrit." rapporte-t-il.


Ce qu'il révèle est encore plus étonnant que les mythes et les fantasmes qu'a engendré le Manuscrit de Voynich.


Ainsi, le manuscrit a été compilé par des religieuses dominicaines comme source de référence pour Maria de Castille, reine d’Aragon, qui était la grande tante de Catherine d’Aragon.

Il n’est pas exagéré de dire que cette œuvre représente l’un des développements les plus importants à ce jour en linguistique romane.

Le manuscrit est écrit en proto-roman, une langue ancestrale des langues romanes d’aujourd’hui, notamment le portugais, l’espagnol, le français, l’italien, le roumain, le catalan et le galicien. La langue était omniprésente en Méditerranée à l'époque médiévale, mais elle était rarement écrite dans des documents officiels ou importants, car le latin était la langue de la royauté, de l'église et du gouvernement. Aussi, le proto-roman a disparu des archives, jusqu'à aujourd'hui.

Cheschire explique en termes linguistiques ce qui rend le manuscrit aussi inhabituel: "Il utilise un langage disparu. Son alphabet est une combinaison de symboles familiers et moins familiers. Il ne comprend pas de signes de ponctuation dédiés, bien que certaines lettres aient des variantes de symboles pour indiquer des signes de ponctuation ou des accents phonétiques. Toutes les lettres sont en minuscule et il n'y a pas de doubles consonnes. Il y a des diphtongues, triphthongs, quadriphthongs et même quintiphthongs pour l’abréviation de composants phonétiques. Il comprend également des mots et des abréviations en latin."

La prochaine étape est d'utiliser ces connaissances pour traduire entièrement le manuscrit et compiler un lexique. Cheshire reconnaît que cela prendra du temps et des fonds, car il y a plus de 200 pages.

"Maintenant que le langage et l'écriture ont été expliqués, les pages du manuscrit ont été ouvertes pour que les chercheurs puissent explorer et révéler, pour la première fois, son véritable contenu linguistique et informatif." ajoute-t-il.


Le Manuscrit de Voynich est un texte médiéval illustré et rédigé à la main. Il a été daté au carbone au milieu du 15ème siècle. 

Son nom vient de Wilfrid M. Voynich (1865-1930), un libraire et antiquaire polonais, qui a acheté le manuscrit en 1912. C’est la même année que son lieu d’origine, le Castello aragonais, Ischia, est devenu une propriété privée. Il semble donc probable que le manuscrit faisait partie du «nettoyage de la maison» avant la vente de la propriété.

Il est actuellement hébergé à l'Université de Yale, où il est classé sous le numéro d'article MS408 dans la bibliothèque de Beinecke qui contient des livres et manuscrits rarissimes. Le manuscrit a été révélé pour la première fois au public en 1915. Ses illustrations fascinantes et son écriture inconnue ont immédiatement captivé l’imagination des érudits du monde entier.


Alan Turing et ses collègues de Bletchley Park comptent parmi ceux qui ont tenté de déchiffrer le code. Le FBI s’y est également essayé pendant la guerre froide, pensant apparemment que c’était peut-être de la propagande communiste !

Les traductions jusqu'à présent ont révélé que le manuscrit est un condensé de remèdes à base de plantes, de bains thérapeutiques et de lectures astrologiques concernant des questions relatives à l'esprit et au corps féminins, à la reproduction et à la parentalité, ainsi qu'au cœur, conformément aux croyances religieuses païennes catholiques et romaines des Européens de la Méditerranée. à la fin de la période médiévale.

Il y a une carte picturale fascinante dans le manuscrit. Il raconte l'histoire remarquable d'une mission de sauvetage par bateau, dirigée par la reine Maria, visant à sauver les survivants d'une éruption volcanique près de l'île de Vulcano, qui a débuté le 4 février 1444.

La vignette A illustre le volcan en éruption qui a motivé la mission de sauvetage et le tracé de la carte. Elle a surgi du fond marin pour créer une nouvelle île nommée Vulcanello, qui a ensuite été rattachée à l'île de Vulcano à la suite d'une nouvelle éruption en 1550. La vignette B représente le volcan d'Ischia, la vignette C montre l'îlot de Castello Aragonese et la vignette D représente l'île de Lipari. Chaque vignette comprend une combinaison d’images naïvement dessinées et légèrement stylisées ainsi que des annotations pour expliquer et ajouter des détails. Les cinq autres vignettes décrivent d'autres détails de l'histoire. Manuscrit Voynich

.La carte, qui montre Ischia, le Castello aragonais, Lipari, Vulcano et Vulcanello, a permis de déterminer l’emplacement exact du manuscrit et sa date d’origine.

Il y a une certaine ironie à réaliser que le manuscrit n'a pas été écrit en code, mais en un langage et en système d'écriture qui ne sont plus utilisés. Le système d'écriture est plus singulier et moins intuitif que les systèmes modernes, ce qui explique peut-être pourquoi il est finalement devenu obsolète. Cependant, un vestige important de la langue a survécu, avec son lexique caché dans les nombreuses langues modernes de l'Europe méditerranéenne.


Source:

Derniers articles sur le moyen-âge:

4 commentaires:

Vico a dit…

Bah en fait, visiblement, c'est du flanc.
https://youtu.be/ve-_OX3dEL0

Anonyme a dit…

c'est faux

Unknown a dit…

je vous invite à faire un tour sur la chaine youtube de "linguisticae", pour vous rendre compte que ce n'est pas si simple.

Anonyme a dit…

Heureusement que le titre est écrit au subjonctif, parce que cette théorie n'est qu'une de plus, pas davantage prouvée que les précédentes, hein...