7.28.2014

L'étude du pollen permet de résoudre une énigme vieille de 3200 ans

Il y a plus de 3200 ans, les civilisations florissantes dans et autour de l'Israël moderne se sont soudainement effondrées, pour des raisons qui sont longtemps restées un mystère.

L'expert en pollen, Dafna Langgut, examine des échantillons de pollen de la mer de Galilée.

Aujourd'hui, les professeurs Israël Finkelstein et Dafna Langgut de l'Institut Archéologique Sonia et Marco Nadler de l'Université de Tel Aviv Univ, et le professeur Thomas Litt de l'Université de Bonn ont trouvé une réponse grâce au pollen récupéré au fond des lacs d'Israël.

Dans une étude publiée dans Tel Aviv: Journal of the Institute of Archaeology of Tel Aviv Univ, les chercheurs expliquent que la sécheresse a entrainé la chute du Bronze Ancien de l'ancien Levant sud.

Et, conséquence de ce changement climatique "en un court laps de temps, le monde de l'âge du bronze s'est effondré", explique Finkelstein.

Une analyse, en haute en résolution, de grains de pollens prélevés dans les sédiments sous la mer de Galilée et sur la rive occidentale de la mer Morte, appuyée par une chronologie de la datation au radiocarbone, a permis de mettre en évidence la période de cette crise entre 1250 et 1100 avant JC.

L'étude a utilisé une combinaison unique d'analyse technologique, historique et archéologique pour fournir une image la plus large possible de la catastrophe écologique.

Il y a plusieurs années, Finkelstein a reçu une subvention du Conseil européen de la recherche pour mener des recherches visant à reconstruire l'Israël antique.
Le projet se compose de 10 pistes, dont l'étude de l'ADN ancien et l'archéologie moléculaire.


Pour la partie concernant le changement climatique, les chercheurs ont extrait environ 18 mètres d'échantillons de sédiments vaseux gris du centre de la mer de Galilée dans le nord d'Israël.
Des perceuses ont traversé 304 mètres d'eau et 20 mètres dans le lit du lac, pour récupérer des preuves datant des neuf derniers millénaires.

A Wadi Zeelim dans le sud du désert de Judée, sur les marges occidentales de la Mer Morte, les chercheurs ont extrait manuellement huit noyaux de sédiment, chacun d'environ 50cm de long.

"Le pollen est la matière organique la plus durable dans la nature", explique Langgut, chercheuse en pollen qui a effectué le travail d'échantillonnage. "Ces particules nous parlent de la végétation qui a grandi dans le voisinage du lac dans le passé et témoignent donc des conditions climatiques dans la région."

Les résultats ont montré une forte diminution, à l'âge du bronze tardif, des arbres méditerranéens comme les chênes, les pins et les caroubiers. Il y a eu aussi une baisse similaire de la culture locale des oliviers, que les experts interprètent comme la conséquence de périodes répétées de sécheresses.

Ces sécheresses ont probablement été aggravées par les vagues de froid, provoquant la famine et le mouvement des populations du nord vers le sud.

Des études récentes sur les grains de pollen menées par des spécialistes dans le sud-est de l'Anatolie, à Chypre, le long de la côte nord de la Syrie et du delta du Nil ont obtenu des résultats similaires, ce qui indique que la crise était régionale.

Après est arrivé une période humide qui a permis la récupération et les réimplantations, selon les chercheurs, permettant finalement la naissance des royaumes de l'époque biblique, dont l'ancien Israël et Juda.

Relecture par Marion Juglin
Source:

Derniers articles sur Israel:

2 commentaires:

Nane a dit…

"Dans une étude publiée dans Tel Aviv: Journal of the Institute of Archaeology of Tel Aviv Univ, les chercheurs expliquent que la sécheresse a entrainé la chute du Bronze ANCIEN (?) du Levant sud."
Ne devrait-il pas s'agit du Bronze Récent?

Jann Lassalle a dit…

Bonjour Nane,

En fait il s'agit précisément de "la chute de l'ancien Levant Sud"...

Je ne sais pas trop ou je suis allé chercher le Bronze !