5.28.2019

Que sont devenus les réfugiés de Pompéi ?

Lorsque le Mont Vésuve est entré en éruption en l'an 79, la roche en fusion, les débris brûlants et les gaz toxiques du volcan ont tué près de 2 000 personnes dans les anciennes villes italiennes voisines de Pompéi et d'Herculanum.

Que sont devenus les réfugiés de Pompéi ?
Une victime qui a péri à Pompéi après l'éruption du mont Vésuve en l'an 79. Photo: Shutterstock

Cependant, tout le monde n'est pas mort. Alors, où sont allés les réfugiés qui ne pouvaient pas retourner dans leurs maisons remplies de cendres?

En fait, ils n'ont pas voyagé très loin. La plupart sont restés le long de la côte sud italienne, se réinstallant dans les communautés de Cumes, Naples, Ostia et Puteoli, d'après une nouvelle étude publiée dans le journal Analecta Romana.

Repérer les destinations des réfugiés a été une entreprise énorme, car les archives historiques sont inégales et dispersées, a déclaré le chercheur Steven Tuck, professeur et titulaire de chaire d'études classiques à l'Université de Miami à Oxford, dans l'Ohio.

Pour déterminer où sont allés les gens, il a mis au point plusieurs critères de recherche combinés avec les données historiques, dont les documents, les inscriptions, les artéfacts et les anciennes infrastructures.

Ainsi, par exemple, il a créé une base de données de noms de famille qui étaient propre à Pompéi et Herculanum, puis il a vérifié si ces noms se retrouvaient ailleurs après l'an 79.

Il a aussi recherché les signes de la culture propre à Pompéï et Herculanum, comme le culte de Vulcain, le dieu du feu, ou de Venus Pompeiana, la divinité protectrice de Pompéi, qui ont refait surface dans les villes voisines après l'éruption volcanique.

Les projets d’infrastructures publiques qui ont vu le jour à cette époque, susceptibles de supporter l’afflux soudain de réfugiés, ont également fourni des indices sur leur réinstallation, a déclaré Tuck.


Entre 15 000 et 20 000 personnes vivaient à Pompéi et à Herculanum, et la majorité d'entre elles ont survécu à l'éruption catastrophique du Vésuve.


L'un des survivants, un homme nommé Cornelius Fuscus est mort plus tard dans ce que les romains appelaient Dacie (ce qui est aujourd'hui la Roumanie) lors d'une campagne militaire. "Ils lui ont dédié une inscription" rapporte Tuck, "Elle dit qu'il venait de la colonie de Pompéi, puis qu'il a habité à Naples avant de rejoindre l'armée."

Dans un autre cas, la famille Sulpicius de Pompéi s'est réinstallée à Cumes, d'après des documents historiques qui détaillent leur fuite: "En dehors des murs de Pompéi, les archéologues ont découvert une sorte de coffre-fort rempli de leurs données financières", ajoute Tuck, "C'était sur le bord de la route, recouvert de cendre. Il est clair que quelqu'un s'était emparé de ce gros coffre quand il s'est enfui, mais à environ un kilomètre et demi de la ville, il l'a abandonné".
Les documents détaillaient plusieurs décennies de prêts financiers, de dettes et de biens immobiliers. Il semble que les membres de la famille Sulpicius aient choisi de s’installer à Cumes parce qu’ils disposaient d’un réseau social professionnel,.

Au cours de ses recherches, Tuck a également trouvé des preuves de la réinstallation de nombreuses femmes et d'esclaves libérés. De nombreux réfugiés se sont mariés, même après leur déménagement dans de nouvelles villes.

Une de ces femmes, Vettia Sabina, a été enterrée dans une tombe familiale à Naples avec l’inscription «Have» l’ornant. "Le mot "Have" est oscan, un dialecte qui était parlé à Pompéi avant et après que les romains se soient emparés de la ville. Cela signifie "bienvenue", vous le voyez sur le sol devant les maisons comme un tapis d'accueil [à Pompéi] ", note Tuck

Que sont devenus les réfugiés de Pompéi ?
L'inscription "Have" à l'extérieur d'une maison à Pompéi. La même inscription a été retrouvée dans une tombe familiale à Naples, probablement d'une famille échappée de l'éruption du Vésuve, en l'an 79. Photo: Steven Tuck

Cependant, la recherche de noms de famille ne va pas plus loin: "Mon étude sous-estime considérablement le nombre de Romains qui sont partis" ajoute-t-il, comme beaucoup d'étrangers, de migrants et d'esclaves n'avaient pas de noms de famille enregistrés, cela les rendait difficiles à retrouver.

En ce qui concerne les infrastructures publiques, il a découvert que l’empereur romain Titus avait donné de l’argent à des villes devenues des foyers de réfugiés. Cet argent provenait en fait de Pompéi et d'Herculanum: en gros, le gouvernement s'est servi de l'argent de tous ceux qui sont morts sans héritiers au cours de l'éruption.

 Une inscription à Naples de l'empereur Titus, s'attribuant la reconstruction pour accueillir les réfugiés après l'éruption volcanique. Photo: Steven Tuck

Ensuite, cet argent a été donné aux villes accueillant des réfugiés, bien que Titus se soit attribué les mérites de toute infrastructure publique construite, selon Tuck. Ces nouvelles infrastructures ont probablement aidé les réfugiés à s’installer dans leurs nouvelles maisons.


Source:

Derniers articles sur Pompéi:

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Une erreur sur le nom antique de la Roumanie. Ce n'est pas l'Asie mais la Dacie.

L'Asie est une province romaine qui se situe à l'extrême-ouest de la Turquie actuelle.


Cordialement.

Unknown a dit…

N y a t il une erreur d illustration de l inscription de Titus ?
La plaque présentée est gravée d un texte grec..

J.Lassalle a dit…

Bonjour,

J'ai effectivement reproduit l'erreur dans l'article de Live Science: Il s'agit bien de Dacie et non Asie. Cela est corrigé. Merci pour la remarque !

Unknown a dit…

Top

Unknown a dit…

Votre information est très utile.
Merci

Unknown a dit…

Bonjour est il sur qu il y ait eu des survivants j en doute ou alors ils étaient assez loin du site ceci étant dit on ne le saura jamais