6.21.2019

Un kurgan sarmate découverte en Russie


Trois tombes âgées de 2500 ans de membres de l'élite d'un groupe connu sous le nom de Sarmates ont été trouvées dans un kurgan (tertre funéraire) près du village de Nikolskoïe, situé au nord-ouest de la Mer Caspienne en Russie.

Les trois squelettes ont été découverts à l'intérieur des restes de cercueils en bois dans le kurgan. La tête d'un cheval ainsi qu'un harnais ont été trouvés auprès de l'un des trois individus.


Bien que le kurgan ait été pillé il y a bien longtemps, de nombreux artéfacts, comme des armes, des bijoux en or et des objets ménager (chaudron en bronze) ont été trouvés près des cercueils.

Les trois tombes remontent à l'époque où les sarmates prospéraient dans la région. Ce groupe nomade vivait dans le sud de la Russie, avant de se déplacer vers l'est et l'Europe Centrale en combattant contre d’autres anciens peuples tels que les scythes, les romains et les goths.

Le chaudron en bronze découvert sur le site de la ferme. Photo Ministère de la Culture et du Tourisme de la région d'Astrakhan

Rustam Mudayev a trouvé le kurgan après avoir remarqué un chaudron en bronze alors qu'il travaillait dans une ferme. Il a rapporté la découvertes aux autorités, et une équipe menée par Georgiy Stukalov, archéologue au Musée d'Etat d'Astrakhan, a fouillé le site.

Les fouilles du kurgan et les analyses sont en cours. Ils reste à déterminer comment ces individus sont morts, leur genre et leur âge.

Les kurgans ont été trouvés fréquemment dans toute la Russie et les pays voisins au cours du siècle dernier. Ils contiennent souvent des sépultures de membres d'élite d'anciens groupes.

Les vestiges archéologiques du kurgan, récemment retrouvé, seront transportés au musée d’Etat d’Astrakhan.


Source:

Derniers articles sur les sarmates:

6.17.2019

Une pièce manquante de Stonehenge retrouvée au bout de 60 ans

Après soixante ans, une pièce manquante du célèbre monument a été découverte; d'après les spécialistes, elle pourrait révéler des mystères de cet ancien édifice.

Un long et mince fragment de l’énorme sarsen a été remis à l'English Heritage par Robert Phillips, qui l'avait conservé dans son bureau pendant des décennies après les fouilles de 1958.

Une pièce manquante de Stonehenge retrouvée au bout de 60 ans
Le morceau de pierre de Stonehenge de 108 cm qui a été retrouvé après 60 ans.

Stonehenge est considéré comme un chef d’œuvre d'ingénierie, d'autant plus que l'on ne sait pas comment des pierres de 25 tonnes ont été déplacées vers leurs positions actuelles par des personnes sans technologie moderne il y a des milliers d'années.

Philipps faisait partie de l'équipe de Van Moppes qui travaillait à soulever trois grosses pierres qui étaient tombées. Ils avaient percé des trous de 3cm dans celles-ci et avaient retiré trois "carottes" longues de 108 cm avant d'insérer des tiges de métal pour les rendre plus robustes.

Philipps avait gardé l'une de ces pièces dans son bureau pendant des années. Après qu'il eut quitté Van Moppes en 1976 et migré en Amérique, la carotte a voyagé sur des milliers de kilomètres avec lui à travers le pays, traversant les états comme celui de New-York, Illinois et Californie.

Phillips, à la veille de son 90ème anniversaire, a décidé de rendre le fragment à l'organisme de bienfaisance pour la conservation de l'English Heritage, qui s'occupe des pierres anciennes.


La pièce est maintenant étudiée par les scientifiques de l'Université de Brighton qui pensent que ce morceau d'histoire incroyablement bien préservé pourrait faire la lumière sur la provenance de certaines des plus grosses pierres.


Les pierres bleues, plus petites, de Stonehenge ont été importées des collines de Preseli dans le sud-ouest du pays de Galles (voir à ce sujet l'article: Découverte de l'origine précise de certaines pierres de Stonehenge), mais l'origine des grandes pierres sarsen n’est pas connue.

Photo de Stonehenge qui fut construit il y a 5000 ans. Photo: Matt Cooper/Matt Cooper 

"Notre père a toujours été intéressé par l'archéologie et il reconnaissait la grande importance de cette pièce dont il prenait soin. C'était son souhait qu'elle soit retournée à Stonehenge. Nous sommes tous ravis que la carotte soit revenue sur le site, d'autant plus qu'elle est maintenant utilisée pour faire avancer des recherches importantes," rapporte Lewis, fils de Philipps.

Son autre fils Robin ajoute qu'il: "serait fascinant de savoir où sont allées les deux autres carottes, ou de savoir s'il reste des pièces manquantes qui pourraient être rendues un jour."

Construit il y a 5000 ans, Stonehenge est probablement le plus célèbre monument préhistorique. Il a été construit en plusieurs étapes; le premier monument, une enceinte de terrassement circulaire, fut construite en 3000 avant JC. L'emblématique cercle de pierre intérieur a été érigé à la fin du néolithique, vers 2500 avant JC.

Heather Sebire, conservateur de Stonehenge pour l'English Heritage, rapporte que: "la dernière chose à laquelle nous nous attendions, était de recevoir un appel de quelqu'un aux Etats-Unis, nous disant qu'il avait une pièce de Stonehenge. Nous sommes très reconnaissant à la famille de Philipps de nous avoir rapporter cette pièce étonnante."

L'English Heritage aimerait que quiconque ayant participé aux fouilles archéologiques de Stonehenge dans les années 50 (ou dont la famille a été impliquée) puisse avoir des informations sur les deux autres carottes de pierre.

Source:

Derniers articles sur Stonehenge:

6.06.2019

Le manuscrit de Voynich déchiffré: il serait écrit en Proto-Roman


En 2017, je publiais l'article "A-t-on trouvé la clé pour déchiffrer le manuscrit de Voynich ?" ; Nicholas Gibbs, universitaire britannique, rapportait qu'en étudiant le latin médiéval "il est devenu évident que chaque caractère dans le manuscrit de Voynich représentait un mot abrégé et non une lettre". S'il avait bien trouvé la clé, il ne restait plus qu'aux cryptographes et linguistes de se mettre à la tâche pour traduire l'ouvrage...

Ici le mot "palina" qui est une tige permettant de mesurer la profondeur de l’eau, parfois appelée tige ou règle de stadia. La lettre «p» a été étendue. Manuscrit Voynich

Aujourd'hui, un autre universitaire de l'Université de Bristol aurait réussi là où d'innombrables cryptographes, érudits en linguistique et programmes informatiques ont échoué. Il aurait ainsi déchiffré le code du «texte le plus mystérieux du monde».

Alors que le but et la signification du manuscrit échappent aux spécialistes depuis plus d'un siècle, il a fallu deux semaines au Dr Gerard Cheshire, associé de recherche, en utilisant une combinaison de pensée latérale et d'ingéniosité pour identifier le langage et le système d'écriture du fameux document jusqu'ici impénétrable.

Dans son article évalué par les pairs, The Language and Writing of MS408 (Voynich) Explained, publié dans le journal Romance Studies, Cheschire décrit comment il a réussi à déchiffrer le codex du manuscrit et, en même temps, à révéler le seul exemple connu de langage proto-roman: "Lors du déchiffrement du code, j’ai vécu une série de moments «euréka», puis un sentiment d’incrédulité et d’enthousiasme lorsque j’ai réalisé l’ampleur de la découverte, tant par son importance linguistique que par les révélations sur l’origine et le contenu du manuscrit." rapporte-t-il.


Ce qu'il révèle est encore plus étonnant que les mythes et les fantasmes qu'a engendré le Manuscrit de Voynich.


Ainsi, le manuscrit a été compilé par des religieuses dominicaines comme source de référence pour Maria de Castille, reine d’Aragon, qui était la grande tante de Catherine d’Aragon.

Il n’est pas exagéré de dire que cette œuvre représente l’un des développements les plus importants à ce jour en linguistique romane.

Le manuscrit est écrit en proto-roman, une langue ancestrale des langues romanes d’aujourd’hui, notamment le portugais, l’espagnol, le français, l’italien, le roumain, le catalan et le galicien. La langue était omniprésente en Méditerranée à l'époque médiévale, mais elle était rarement écrite dans des documents officiels ou importants, car le latin était la langue de la royauté, de l'église et du gouvernement. Aussi, le proto-roman a disparu des archives, jusqu'à aujourd'hui.

Cheschire explique en termes linguistiques ce qui rend le manuscrit aussi inhabituel: "Il utilise un langage disparu. Son alphabet est une combinaison de symboles familiers et moins familiers. Il ne comprend pas de signes de ponctuation dédiés, bien que certaines lettres aient des variantes de symboles pour indiquer des signes de ponctuation ou des accents phonétiques. Toutes les lettres sont en minuscule et il n'y a pas de doubles consonnes. Il y a des diphtongues, triphthongs, quadriphthongs et même quintiphthongs pour l’abréviation de composants phonétiques. Il comprend également des mots et des abréviations en latin."

La prochaine étape est d'utiliser ces connaissances pour traduire entièrement le manuscrit et compiler un lexique. Cheshire reconnaît que cela prendra du temps et des fonds, car il y a plus de 200 pages.

"Maintenant que le langage et l'écriture ont été expliqués, les pages du manuscrit ont été ouvertes pour que les chercheurs puissent explorer et révéler, pour la première fois, son véritable contenu linguistique et informatif." ajoute-t-il.


Le Manuscrit de Voynich est un texte médiéval illustré et rédigé à la main. Il a été daté au carbone au milieu du 15ème siècle. 

Son nom vient de Wilfrid M. Voynich (1865-1930), un libraire et antiquaire polonais, qui a acheté le manuscrit en 1912. C’est la même année que son lieu d’origine, le Castello aragonais, Ischia, est devenu une propriété privée. Il semble donc probable que le manuscrit faisait partie du «nettoyage de la maison» avant la vente de la propriété.

Il est actuellement hébergé à l'Université de Yale, où il est classé sous le numéro d'article MS408 dans la bibliothèque de Beinecke qui contient des livres et manuscrits rarissimes. Le manuscrit a été révélé pour la première fois au public en 1915. Ses illustrations fascinantes et son écriture inconnue ont immédiatement captivé l’imagination des érudits du monde entier.


Alan Turing et ses collègues de Bletchley Park comptent parmi ceux qui ont tenté de déchiffrer le code. Le FBI s’y est également essayé pendant la guerre froide, pensant apparemment que c’était peut-être de la propagande communiste !

Les traductions jusqu'à présent ont révélé que le manuscrit est un condensé de remèdes à base de plantes, de bains thérapeutiques et de lectures astrologiques concernant des questions relatives à l'esprit et au corps féminins, à la reproduction et à la parentalité, ainsi qu'au cœur, conformément aux croyances religieuses païennes catholiques et romaines des Européens de la Méditerranée. à la fin de la période médiévale.

Il y a une carte picturale fascinante dans le manuscrit. Il raconte l'histoire remarquable d'une mission de sauvetage par bateau, dirigée par la reine Maria, visant à sauver les survivants d'une éruption volcanique près de l'île de Vulcano, qui a débuté le 4 février 1444.

La vignette A illustre le volcan en éruption qui a motivé la mission de sauvetage et le tracé de la carte. Elle a surgi du fond marin pour créer une nouvelle île nommée Vulcanello, qui a ensuite été rattachée à l'île de Vulcano à la suite d'une nouvelle éruption en 1550. La vignette B représente le volcan d'Ischia, la vignette C montre l'îlot de Castello Aragonese et la vignette D représente l'île de Lipari. Chaque vignette comprend une combinaison d’images naïvement dessinées et légèrement stylisées ainsi que des annotations pour expliquer et ajouter des détails. Les cinq autres vignettes décrivent d'autres détails de l'histoire. Manuscrit Voynich

.La carte, qui montre Ischia, le Castello aragonais, Lipari, Vulcano et Vulcanello, a permis de déterminer l’emplacement exact du manuscrit et sa date d’origine.

Il y a une certaine ironie à réaliser que le manuscrit n'a pas été écrit en code, mais en un langage et en système d'écriture qui ne sont plus utilisés. Le système d'écriture est plus singulier et moins intuitif que les systèmes modernes, ce qui explique peut-être pourquoi il est finalement devenu obsolète. Cependant, un vestige important de la langue a survécu, avec son lexique caché dans les nombreuses langues modernes de l'Europe méditerranéenne.


Source:

Derniers articles sur le moyen-âge:

5.28.2019

Que sont devenus les réfugiés de Pompéi ?

Lorsque le Mont Vésuve est entré en éruption en l'an 79, la roche en fusion, les débris brûlants et les gaz toxiques du volcan ont tué près de 2 000 personnes dans les anciennes villes italiennes voisines de Pompéi et d'Herculanum.

Que sont devenus les réfugiés de Pompéi ?
Une victime qui a péri à Pompéi après l'éruption du mont Vésuve en l'an 79. Photo: Shutterstock

Cependant, tout le monde n'est pas mort. Alors, où sont allés les réfugiés qui ne pouvaient pas retourner dans leurs maisons remplies de cendres?

En fait, ils n'ont pas voyagé très loin. La plupart sont restés le long de la côte sud italienne, se réinstallant dans les communautés de Cumes, Naples, Ostia et Puteoli, d'après une nouvelle étude publiée dans le journal Analecta Romana.

Repérer les destinations des réfugiés a été une entreprise énorme, car les archives historiques sont inégales et dispersées, a déclaré le chercheur Steven Tuck, professeur et titulaire de chaire d'études classiques à l'Université de Miami à Oxford, dans l'Ohio.

Pour déterminer où sont allés les gens, il a mis au point plusieurs critères de recherche combinés avec les données historiques, dont les documents, les inscriptions, les artéfacts et les anciennes infrastructures.

Ainsi, par exemple, il a créé une base de données de noms de famille qui étaient propre à Pompéi et Herculanum, puis il a vérifié si ces noms se retrouvaient ailleurs après l'an 79.

Il a aussi recherché les signes de la culture propre à Pompéï et Herculanum, comme le culte de Vulcain, le dieu du feu, ou de Venus Pompeiana, la divinité protectrice de Pompéi, qui ont refait surface dans les villes voisines après l'éruption volcanique.

Les projets d’infrastructures publiques qui ont vu le jour à cette époque, susceptibles de supporter l’afflux soudain de réfugiés, ont également fourni des indices sur leur réinstallation, a déclaré Tuck.


Entre 15 000 et 20 000 personnes vivaient à Pompéi et à Herculanum, et la majorité d'entre elles ont survécu à l'éruption catastrophique du Vésuve.


L'un des survivants, un homme nommé Cornelius Fuscus est mort plus tard dans ce que les romains appelaient Dacie (ce qui est aujourd'hui la Roumanie) lors d'une campagne militaire. "Ils lui ont dédié une inscription" rapporte Tuck, "Elle dit qu'il venait de la colonie de Pompéi, puis qu'il a habité à Naples avant de rejoindre l'armée."

Dans un autre cas, la famille Sulpicius de Pompéi s'est réinstallée à Cumes, d'après des documents historiques qui détaillent leur fuite: "En dehors des murs de Pompéi, les archéologues ont découvert une sorte de coffre-fort rempli de leurs données financières", ajoute Tuck, "C'était sur le bord de la route, recouvert de cendre. Il est clair que quelqu'un s'était emparé de ce gros coffre quand il s'est enfui, mais à environ un kilomètre et demi de la ville, il l'a abandonné".
Les documents détaillaient plusieurs décennies de prêts financiers, de dettes et de biens immobiliers. Il semble que les membres de la famille Sulpicius aient choisi de s’installer à Cumes parce qu’ils disposaient d’un réseau social professionnel,.

Au cours de ses recherches, Tuck a également trouvé des preuves de la réinstallation de nombreuses femmes et d'esclaves libérés. De nombreux réfugiés se sont mariés, même après leur déménagement dans de nouvelles villes.

Une de ces femmes, Vettia Sabina, a été enterrée dans une tombe familiale à Naples avec l’inscription «Have» l’ornant. "Le mot "Have" est oscan, un dialecte qui était parlé à Pompéi avant et après que les romains se soient emparés de la ville. Cela signifie "bienvenue", vous le voyez sur le sol devant les maisons comme un tapis d'accueil [à Pompéi] ", note Tuck

Que sont devenus les réfugiés de Pompéi ?
L'inscription "Have" à l'extérieur d'une maison à Pompéi. La même inscription a été retrouvée dans une tombe familiale à Naples, probablement d'une famille échappée de l'éruption du Vésuve, en l'an 79. Photo: Steven Tuck

Cependant, la recherche de noms de famille ne va pas plus loin: "Mon étude sous-estime considérablement le nombre de Romains qui sont partis" ajoute-t-il, comme beaucoup d'étrangers, de migrants et d'esclaves n'avaient pas de noms de famille enregistrés, cela les rendait difficiles à retrouver.

En ce qui concerne les infrastructures publiques, il a découvert que l’empereur romain Titus avait donné de l’argent à des villes devenues des foyers de réfugiés. Cet argent provenait en fait de Pompéi et d'Herculanum: en gros, le gouvernement s'est servi de l'argent de tous ceux qui sont morts sans héritiers au cours de l'éruption.

 Une inscription à Naples de l'empereur Titus, s'attribuant la reconstruction pour accueillir les réfugiés après l'éruption volcanique. Photo: Steven Tuck

Ensuite, cet argent a été donné aux villes accueillant des réfugiés, bien que Titus se soit attribué les mérites de toute infrastructure publique construite, selon Tuck. Ces nouvelles infrastructures ont probablement aidé les réfugiés à s’installer dans leurs nouvelles maisons.


Source:

Derniers articles sur Pompéi:

5.17.2019

Découverte des squelettes d'une reine et d'un roi maya vieux de 1500 ans

Un groupe de chercheurs a découvert les squelettes d'un homme et d'une femme qui ont été roi et reine de la civilisation maya.

Les restes auraient approximativement 1500 ans et ont été retrouvés dans la chambre funéraire de l'une des trois pyramides de la cité d'Holmul, dans la jungle du Guatemala.

Découvertes de deux squelettes mayas de la royauté vieux de 1500 ans
Le squelette complet d'une reine maya datant d'il y a 1500 ans et découvert dans une pyramide de la jungle guatémaltèque.

"Nous sommes quasiment sûr qu'il était roi, car nous avons trouvé ce grand vase avec le nom d'un roi très important d'une cité environnante qui contrôlait celle-ci" explique l'archéologue Francisco Estrada-Belli. Il a ajouté que seuls les monarques pouvaient avoir de tels objets en leur possession.

Les ossement ont été trouvés près du crâne d'un enfant, apparemment sacrifié, et d'autres objets de valeurs suggérant l'importance du statut de ces personnes.

La découverte a été faite grâce au Lidar, un appareil à faisceau laser qui a détecté jusqu'ici près de 60000 structures, depuis des pyramides jusqu'à des cités entières, situées au fin fond de l'épaisse jungle guatémaltèque (voir à ce sujet l'article: Des milliers de structures mayas découvertes sous la jungle du Guatemala). Le Lidar permet de déterminer les distances d'un émetteur laser à un objet ou une surface et de créer des cartes en trois dimensions.

De plus, il a été déterminé que cette ancienne civilisation "était beaucoup plus complexe et interconnectée que ne le supposaient la plupart des spécialistes mayas" d'après un récent rapport du National Geographic qui présentera les découvertes à travers une série intitulée "Les Trésors Mayas Perdus".
Un pot décoré portant le visage du dieu soleil découvert lors des fouilles.

Les spécialistes ont aussi visité des pyramides jusqu'ici inconnues situées près de la ville Witzna, au nord du pays. Dans les environs ils ont trouvé des signes d'attaques sur le site, avec des bâtiments détruits, brûlés, et des monuments avec des images de rois défigurés. Cela suggère des conflits importants qui se sont étalés sur des siècles. "La peur est presque palpable dans ce paysage", a déclaré Stephen Houston, archéologue à l'Université Brown.

 Relecture par Marion Juglin (Archeow.fr)
Source:

Derniers articles sur les Mayas:

5.02.2019

Pêcher, cultiver ou se battre: comment les vikings s'adaptaient aux variations climatiques

Dans les îles Lofoten en Norvège, des archéologues ont mis au jour, dans les années 1980, l'une des plus grandes constructions viking découvertes à ce jour.

La longère longue de 83 mètres, découverte dans ce qui est aujourd'hui la ville de Borg, était une vitrine ostentatoire des puissants chefs qui régnaient sur ce qui à première vue semble être une zone marginale: un groupement d'îles situé tout près du cercle polaire arctique.

Pêcher, cultiver ou se battre: comment les vikings s'adaptaient aux variations climatiques
Musée viking de Lofotr dans le plus grand bâtiment viking découvert à ce jour.

Pendant plus de 2500 ans, le peuple des îles Lofoten a fait pousser de l’orge et du blé et pêché la morue dans l’océan glacial de l’Atlantique Nord.

Ces îles étaient au centre de la politique viking, et pourtant à la limite de l'endroit où le climat nordique rendait possible l'agriculture.


Cela fait des îles Lofoten un endroit idéal pour explorer l'impact du changement climatique sur la vie des vikings.


Chaque année, les propriétaires des terres prenaient des décisions cruciales: quelles cultures planter, combien de bétail élever, combien de cabillaud pêcher, s’il fallait ou non envoyer des navires pour attaquer les riches villages européens du sud.

Au vu de toutes ces options à prendre en compte, des changements climatiques mineurs pouvaient être un facteur majeur, rapporte William D'Andrea, paléoclimatologue de l'Observatoire de la Terre Lamont-Doherty de l'Université de Columbia  à New-York.

Au cours des trois prochaine années, D'Andrea et Nicholas Balascio, paléoclimatologue au College of William and Mary en Virginie, travailleront pour reconstituer les effets à court terme des variabilités climatiques dans ces îles.

L'étude commence tout juste, mais D'Andrea et Balascio pensent qu'en examinant tout, depuis le  pollen des plantes jusqu'aux déchets animaux, tels qu'ils apparaissent dans les sédiments des fonds lacustres, ils pourront comprendre comment les habitants et leurs activités ont pu évoluer pour s'adapter au climat changeant.

Ils chercheront des biomarqueurs (des molécules uniques spécifiques à des animaux ou des plantes) afin de voir combien et quel type de bétail et de céréale étaient élevés d'année en année.

"Ces communautés marginales pouvaient être très sensibles à ces changements environnementaux naturels" dit Balascio. Par exemple, le climat changeant à pu pousser les vikings à déplacer leurs fermes vers de nouveaux lieux pour tirer avantage des meilleures conditions pour leurs champs.


La baisse du niveau de la mer a été un autre défi pour les vikings des îles Lofoten.


Les îles Lofoten, comme une grande partie de la Scandinavie, sont en train de remonter après la perte des énormes calottes glaciaires qui recouvraient la terre pendant la dernière période glaciaire. Ce phénomène, appelé rebond isostatique, provoque l’élévation des îles et fait chuter le niveau de la mer.

Cela signifie que les hangars à bateaux construits au bord de l’eau pouvaient se retrouver dans les terres quelques décennies plus tard. Les emplacements des ports suffisamment profonds pour accueillir les célèbres voiliers des vikings ont également changé au fil du temps.

La baisse du niveau de la mer a peut-être rendu le port près de Borg inaccessible aux gros navires et a joué un rôle dans la raison de l'abandon de la longère.

Bien que ces changements soient géologiques plutôt que climatologiques, le projet de D’Andrea et Balascio a également mis en exergue l’adaptation des Vikings à la baisse du niveau des mers.
.
Mais sur le front climatique, une variable particulièrement importante a influencé le destin saisonnier des vikings des îles Lofoten: il s'agit d'un schéma récurrent connu sous le nom d’oscillation nord-atlantique (ONA). C'est un ensemble de rythmes qui se joue sur des mois et même des décennies, entraînés par les changements de pression atmosphérique dans les tropiques et dans l'Arctique, entrainant une modification de la structure des vents dans l'hémisphère nord.

Pour l’Europe du Nord et les îles Lofotens, l'ONA signifie qu’il y a une oscillation entre un temps humide et doux, puis froid et sec.

Les chercheurs espèrent comprendre comment les agriculteurs et les pêcheurs se sont ajustés face au climat instable qui a rendu l'agriculture et l'élevage difficiles, parfois pendant plusieurs années.

Certains experts pensent que pendant les périodes de difficultés dues au climat, les vikings ont réagi en multipliant les raids. Mais prouver ce lien sera difficile, dit D’Andrea, et sortira probablement du cadre de leurs recherches. Les archives historiques des raids vikings ne sont pas assez détaillées pour pouvoir les comparer correctement avec les données climatiques, dit-il.

Mais il espère que le projet fournira des informations sur la manière dont les peuples de l’histoire se sont adaptés au changement climatique; ces informations sont susceptibles d’éclairer la réflexion moderne sur l’adaptation au changement climatique.

"Lorsque l'on regarde une société sur une période de 1 000 ans, on se rend compte que les changements sont en réalité quelque chose qui se passe", dit D’Andrea. "Nous pouvons les traiter de manière réfléchie et proactive, ou nous pouvons les ignorer."

 Relecture par Marion Juglin (Archeow.fr)
Source:

Liens:

Derniers articles sur les Vikings:

4.24.2019

Grâce aux restes de porcs, les scientifiques découvrent une mobilité humaine importante autour des sites proches de Stonehenge

Des analyses multi-isotopiques de restes de cochons, trouvés autour de plusieurs  henges près de Stonehenge, ont révélé l'étendue des mouvements des communautés humaines en Grande-Bretagne au Néolithique supérieur.

Grâce aux restes de porcins, les scientifiques découvrent une mobilité humaine importante autour des sites proches de Stonehenge
Pesée du collagène de porcs du néolithique pour l'analyse isotopique. Photo: Cardiff University

Les découvertes "montrent un niveau d’interaction et de complexité sociale mal apprécié jusqu'ici" disent les auteurs, et elles apportent des éléments sur plus d'un siècle de débat autour des origines des personnes et des animaux dans le paysage de Stonehenge.

Les complexes de henge néolithiques, situés dans le sud de la Grande-Bretagne, sont étudiés depuis longtemps pour leur rôle en tant que centre cérémoniel.

Des fêtes sans précédent à l’époque avaient lieu dans ces endroits. Les experts ont émis l’hypothèse selon laquelle ces événements ont amené de nombreuses personnes au-delà de la zone environnante des sites du henge, mais on ignorait tout de l’ampleur des déplacements entourant ces fêtes.

Les porcs étaient le met le plus apprécié lors de ces événements. Afin de tirer parti de la manière dont les analyses isotopiques peuvent fournir des informations sur les origines des porcs et ainsi servir de bon indicateur des déplacements humains, Richard Madgwick et ses collègues ont entrepris une approche multi-isotopique sur 131 restes de porc provenant de quatre sites de henge du néolithique tardif dans le centre-sud de l'Angleterre.

Les auteurs ont introduit des données concernant la géologie (strontium), le climat (oxygène) et la proximité des côtes (sulfure), tout en tenant compte de l'impact du régime alimentaire sur ces valeurs.

Les valeurs isotopiques étaient très variées, en particulier dans les trois isotopes les plus applicables à la mobilité. Certaines valeurs couvraient toutes les biosphères de Grande-Bretagne.

Les 45 échantillons de porc étudiés ont montré des traces d'influence marine, ce qui est remarquable d'après les auteurs étant donné que ces sites sont situés à plus de 50 kilomètres de la côte la plus proche.

D'autres données ont également montré un large éventail, indiquant que les animaux ont été élevés dans divers paysages. Madgwick et al. disent que leurs résultats sont fortement révélateurs d'un mouvement important de personnes et de leurs porcs au cours de cette période



Source:

Derniers articles sur Stonehenge:

4.17.2019

La découverte d'une épave égyptienne prouve que l'historien grec Hérodote avait raison il y a près de 2500 ans

Des archéologues ont récemment découvert une ancienne épave prouvant que l'historien grec Hérodote avait entièrement raison concernant des observations qu'il avait faites il y a près de 25 siècles.

La découverte d'une épave égyptienne prouve que l'historien grec Hérodote avait raison il y a près de 2500 ans
Un archéologue inspecte la quille d'une épave découverte près de la ville portuaire submergée de Thonis-Héracléion. Photo: Christoph Gerigk/Franck Goddio/Hilti Foundation

L'épave, trouvée au large des côtes méditerranéennes d'Egypte, près de l'ancienne cité de Thonis-Héracléion, aujourd'hui sous les eaux, était un bateau appelé "baris" (un bateau à fond plat dont on se servait sur le Nil pour le transport des marchandises).

C'est exactement le type de navire décrit en grand détail par Hérodote dans son livre "Histoires" (ἹΣΤΟΡΙΑΙ) après une visite qu'il avait faite dans le port de la cité de Thonis-Héracléion en Egypte.


Hérodote était intrigué par la façon dont les gens construisaient le bateau, qui était utilisé pour naviguer sur le Nil


Pendant des siècles, les spécialistes et archéologues pensaient que ce type de bateau décrit par l'historien n'avait jamais réellement existé, car il n'en avait jamais été découvert.

Cette théorie a récemment été mise à mal lorsqu'un groupe d'archéologues a trouvé une épave bien préservée au large des côtes égyptiennes dans le delta du Nil.

Ce que les scientifiques ont vu lorsqu'ils ont plongé était exactement le type de navire qu'Hérodote avait parfaitement décrit dans son livre il y a près de 2500 ans.

La bateau long de 28 mètres était l'un des premiers navires utilisés par les égyptiens pour le commerce dans l'antiquité. Les navires décrits par Hérodote dans son livre devaient être exactement le même type de bateau, mais ils étaient juste légèrement plus petits.

Le Dr Damian Robinson, directeur du Centre pour l'Archéologie Marine de l'Université d'Oxford, explique que "là où les planches sont jointes pour former la coque, elles sont généralement reliées par des joints à mortaise et à tenon qui fixent une planche à la suivante. Or, nous avons ici une forme de construction tout à fait unique, qui ne se voit nulle part ailleurs"


Une description qui correspond à l'épave au mot près


Très probablement, cette construction unique a dû être la raison pour laquelle Hérodote a été si étonné lorsqu'il a vu ce type de navire. L’historien de renom s’étonnait également des essences de bois particulières qu’ils utilisaient pour construire ces bateaux, ce qui lui était totalement inconnu.

Les archéologues estiment que ce que l'historien a vu aurait pu être construit dans le même chantier naval que le navire qu’ils ont découvert, puisqu’une analyse mot à mot du texte d’Hérodote correspond exactement à l’aspect du navire.

Hérodote est un historien grec qui fut le premier écrivain à avoir traité des sujets historiques à l'aide d'une méthode d'investigation systématique, ce qui l'a conduit à être universellement considéré comme le «père de l'histoire».

 Relecture par Marion Juglin (Archeow.fr)
Source:

Derniers articles sur l'Egypte: