8.27.2015

Les anciens Européens sont restés intolérants au lactose pendant 5000 après l'adoption de l'agriculture

En analysant de l'ADN extrait de l'os pétreux de crânes d'anciens Européens, les scientifiques ont identifié que ces gens étaient restés intolérants au lactose (sucre naturel dans le lait des mammifères) pendant 5000 ans après avoir adopté des pratiques agricoles et 4000 ans après le début de la fabrication du fromage chez les fermiers néolithiques d'Europe Centrale.

Ces découvertes publiées dans le journal en ligne Nature Communications suggèrent aussi que des transitions technologiques majeures en Europe Centrale entre le Néolithique, l'Âge du Bronze et l'Âge du Fer ont été associées à d'importants changements dans les gènes de ces populations.

Pour l'étude, l'équipe internationale de scientifiques a examiné de l'ancien ADN nucléaire extrait de 13 individus provenant de tombes de sites archéologies situés dans la grande plaine de Hongrie (L'Alföld). Cette région est connue pour avoir été au carrefour de grandes transformations culturelles qui ont donné forme à la préhistoire européenne.

Tombe de l'Âge du Bronze sur le site de Varjú-dulo, en Hongrie, datant de 1200 avant JC. Cet individu a révélé l'apparition de la tolérance au lactose/. Source: University College Dublin

Les squelettes échantillonnés datent de 5700 avant JC (Ancien Néolithique) à 800 avant JC (Âge du Fer). Cela a pris plusieurs années d'expérimentation, avec différents ossements de densités variables, et de préservation ADN, avant que les scientifiques ne découvrent que la zone de l'os pétreux de l'oreille interne, qui est le plus dur et donc mieux protégé des dommages, était idéale pour l'analyse de l'ancien ADN de l'homme et de tous les autres mammifères.

D'après le Professeur Ron Pinhasi de l'Institut de la Terre et de l'Ecole d'Archéologie de l'Université College Dublin (UCD), et co-auteur de l'article, "le haut pourcentage d'ADN récupéré sur les os pétreux dépasse celui des autres os jusqu'à 183 fois. Cela nous a donné partout entre 12% et presque 90% d'ADN humain dans nos échantillons comparé à d'autres endroits où l'on a obtenu entre 0% et 20% comme dans les dents, les doigts et les côtes".

Les échantillons ont été prélevés à partir de l'os pétreux, l'os le plus dur dans le corps humain localisé sur le crâne et protégeant l'oreille interne. Source: University College Dublin

Pour la première fois, ces pourcentages exceptionnellement hauts de rendements ADN sur d'anciens restes permet aux scientifiques d'analyser systématiquement une série de squelettes de la même région et de vérifier les marqueurs génétiques connus dont l'intolérance au lactose.

"Nos découvertes montrent une progression vers une pigmentation de la peau plus claire lorsque les chasseurs-cueilleurs et fermiers d'une autre région se mélangeaient; par contre, il n'y a aucune présence de persistance accrue au lactose ou tolérance au lactose", ajoute le professeur Pinhasi, "cela signifie que ces anciens Européens ont domestiqué des animaux comme des vaches, chèvres et moutons, mais qu'ils n'ont pas développé génétiquement de tolérance pour boire de grandes quantités de lait provenant des mammifères."

D'après le professeur Dan Bradley, du Smurfit Institute of Genetics, Trinity College Dublin, co-auteur de l'article, les "résultats montrent de grands changements dans la technologie préhistorique comme l'adoption de l'agriculture, suivi de la première utilisation des métaux lourds, le bronze puis le fer. Chaque changement a apporté un afflux de nouvelles populations. Nous ne pouvons plus affirmer que ces innovations fondamentales ont été simplement assimilées par une population existante, comme une sorte d'osmose culturelle".

Source:


8.24.2015

Une rivière souterraine découverte sous la pyramide de Kukulkan à Chichen Itza

Des chercheurs ont découvert une énorme cavité sous le temple de Kukulkan vieux de 1000 ans, aussi appelé El Castillo. Il domine la cité Maya de Chichen Itza dans le nord-est de la péninsule du Yucatan au Mexique.

Ils craignent d'ailleurs que cette grotte souterraine, ou cénote, qui est traversée par une rivière, entraine l'effondrement de la pyramide si sa voûte s'effondre.

Le temple de Kukulkan sous le quel a été découverte la cavité à Chicen Itza. Source: Daily Mail

Les chercheurs pensent qu'elle a pu être construite délibérément au-dessus de la grotte pour des raisons religieuses. L'immense cavité avait probablement une signification spéciale pour les Mayas et, de plus, serait reliée à d'autres cénotes qui entourent la pyramide, par des rivières souterraines.

Elle pourrait aussi être reliée à un autre lieu appelé la "Tombe du Grand Prêtre", ou "l'ossuaire", une petite pyramide, avec un sanctuaire au centre, qui était utilisée comme fosse commune.

L'université qui a mené les recherches, estime que les Mayas ont construit le Temple de Kukulkan il y a 900 à 1100 ans au-dessus de la grotte en raison de leurs croyances religieuses. Kukulkan est un dieu serpent Maya, ou serpent à plumes, qui a grandi dans une grotte avant d'en émerger après un tremblement de terre.

Le Dr Tejero-Andrade pense que la pyramide a pu être élevée pour symboliser le monde souterrain, la création et l'eau: "il semble qu'El Castillo est dédié à cet élément et l'on parle d'une eau Kukulkan, un serpent se mouvant dans l'eau". Le cénote sous le temple mesure 25 mètres sur 35 mètres et a une profondeur de 20 mètres.

Les chercheurs ont fait cette découverte en utilisant une technique appelée sondage de résistance électrique. Des sondes en métal sont insérées dans le sol pour obtenir une grille de lecture de la résistance du flux électrique à travers le sol. Lorsqu'il y a de l'eau, la résistance diffère de celle de la pierre. Le vide a une grande résistance car le courant ne peut le traverser contrairement à l'eau qu'il traverse aisément.

La tomographie électrique a révélé une large cavité sous la pyramide cmome le montre le graphique ci-dessus.

Les chercheurs ont ainsi découvert qu'il y avait une fine couche de calcaire (environ 5 mètres) au-dessus du cénote, où se trouve la pyramide.

Le Dr Rene Chavez Segura, géologiste à L'université Nationale Autonome du Mexique, explique que l'humidité importante dans la grotte ainsi que l'eau courante pourraient ébranler la pyramide: "De telles structures changent avec le temps, car l'eau érode les murs et la cavité s'agrandit. A un moment donné, si l'épaisseur de la roche sous la pyramide est trop fine, il peut y avoir un problème de stabilité et El Castillo s'effondrera". Cependant, ajoute-t-il, cela ne devrait pas arriver avant  de nombreuses générations...

Dans certaines région du Mexique, les cénotes étaient utilisés comme puits naturels ou réserves d'eau par les anciennes civilisations. Le nom de Chichen Itza signifie d'ailleurs "à l'embouchure du puits d'Itza" (Itza était le groupe ethnique Maya qui régnait dans la région).

Source:

Video (en anglais):
 

8.22.2015

Une cité engloutie découverte dans le Péloponnèse

Une importante cité grecque engloutie, remontant au 3ème millénaire avant JC, a été trouvée en Argolide dans le Péloponnèse.

La découverte a été faite par l'Ephorate of Underwater Antiquities et l'Université de Genève sous l'égide de l'Ecole Suisse d'Archéologie.

Les recherches ont commencé en 2014 près de la grotte de Franchthi avec la mission Terra Submersa et le bateau solaire "Planet Solar". L'équipe recherchait des traces d'activités humaines préhistoriques à l'est du Golfe Argolique

 Pierres des fondations d'un mur de fortification. Source: Le Temps

Cette année, les recherches ont commencé le 13 juillet et se sont concentrées sur la plage de Lambayanna, où l'équipe a localisé l'implantation préhistorique.

La cité, située à une profondeur de 1 à 3m, recouvre une surface de 12000m². Elle devait être fortifiée et située en bord de mer. 
Les archéologues ont trouvé des fondations de bâtiments rectangulaires et circulaires, ainsi que des rues pavées, caractéristiques de l’âge du bronze grec.

Imagerie tridimensionnelle des fondation d'un mur, se terminant par une construction en fer à cheval. Source: zougla.gr

De plus, ils ont repéré des parties des fortifications de la cité et au moins trois fondations en forme de fer à cheval rattachées aux murs (probablement des restes de tours).

Ils ont aussi trouvé de nombreux outils en pierre, des lames en obsidienne et d'autres artéfacts.

De futures recherches à Lambayanna devraient permettre d'apporter un nouvel éclairage sur la densité du réseau d'établissements côtiers de la même époque dans le golfe de Nauplie.
Cela devait aussi aider à mieux comprendre le mode d'occupation, les échanges et les activités maritimes dans la préhistoire.

Merci à Bernard pour l'info !

Sources:

Derniers articles sur la Grèce:

Le bateau Planet Solar

8.17.2015

La colonie perdue de Roanoke: a-t-on résolu le mystère ?

Au 16ème siècle, un groupe de 115 pionniers avait été envoyé dans le Nouveau Monde avec pour mission de fonder la première ville et étendre l'empire de leur reine.

Cependant, six an plus tard, leur camp était désert: 90 hommes, 17 femmes et 11 enfants avaient tous disparu.

Il avait été suggéré qu'ils avaient pu être abattus par une tribu de Natifs Américains, mais, curieusement, il n'y avait aucun signe de lutte ou de bataille...

La carte dessinée par le Gouverneur White en 1585, en grand. Image: British Museum

Aujourd'hui, une carte vieille de plusieurs siècles pourrait finalement apporter aux historiens les réponses tant désirées.

En 1584, la Reine Elisabeth espérait agrandir l'Empire Britannique en colonisant le "Nouveau Monde", qui deviendra les Etats-Unis.

La colonie de Roanoke était une tentative des britanniques pour établir une implantation permanente dans ce qui est aujourd'hui le Conté de Dare, en Caroline du Nord, sur la côte est des Etats-Unis.
Ils espéraient l'utiliser comme rampe de lancement pour des raids contre les bateaux espagnols, qui étaient en guerre avec les britanniques à cette époque.

Après deux missions de reconnaissance, un troisième groupe de 115 volontaires fut envoyé pour établir une colonie en 1587. Il avait à sa tête le gouverneur John White.

 "Ce voyage fut le premier à inclure des familles et des outils agricoles, leur mission était d'installer de façon permanente ‘Cittie of Raleigh’ et, bien sûr, ajouter de la richesse dans les coffres de la reine. Les premiers explorateurs avaient parlé d'or, de cuivre et autres ressources plus loin dans les terres" rapporte Alastair Macdonald, officier et archéologue pour la Fondation de la Première Colonie.

Mais, après que leurs relations avec les Natifs Américains aient tourné cours, le Gouverneur White fut persuadé de retourner en Angleterre, dans une tentative désespérée de ramener des fournitures, des ressources et de l'aide. "Les premiers explorateurs n'étaient pas très diplomates dans leur communication avec les indiens natifs de la région", ajoute Macdonald


Les colons disparaissent sans laisser de trace.

En raison de la guerre Anglo-Espagnole, cela prit trois ans au Gouverneur White pour revenir. A cette époque quelque chose dans la "Cittie of Raleigh" a dû mal se passer, et lorsque White accosta en 1590, il trouva le camp désert. Les colons avaient disparu. On entendra plus jamais parler d'eux.

Il y avait cependant un indice qui suggérait qu'ils avaient pu se déplacer vers l'île Croatan non loin de là. En effet, le mot "Croatan" avait été trouvé gravé sur un poteau ainsi que "Cro" gravé sur arbre à côté.
Cela pouvait suggérer que la colonie avait été capturée par ces insulaires.

Cependant, le mauvais temps a forcé le Gouverneur White à reprendre la mer et à retourner en Angleterre. Il ne reviendra jamais.

Des théories avaient suggéré que les colons disparus avaient dû avoir des difficultés avec une tribu amérindienne et furent sauvagement abattus.


Un indice caché dans une carte vielle de 400 ans.

Les chercheurs ont découvert une indice convaincant qui pourrait apporter une réponse à ce qui a pu se passer et qui suggère que les colons de Roanoke sont devenus "natifs".

Vue rapprochée de l'indice caché qui a mené les chercheurs sur une piste pour expliquer ce mystère. Picture: British Museum Source: Supplied 

En 2012, la Fondation de la Première Colonie demanda au British Museum d'étudier de plus prés une carte du 16ème siècle dessinée par le Gouverneur White.
En utilisant des techniques d'imagerie actuelles, ils ont découvert des marques cachées, apparemment dessinées à l'encre invisible et révélant une "image ressemblant à un fort" caché dans la carte.

Cela ressemblait à un fort à l'intérieur des terres où les colons ont pu se reloger après avoir abandonné la côte. L'endroit se situe aujourd'hui à Albermale Sound, à 96km de l'Île de Roanoke. "cela avait attiré la curiosité d'un de nos membres du conseil d’administration, Brett Lane, qui se demandait ce qu'étaient ces "patchs". Personne n'avait jamais abordé cette question ni examiné la carte. Les historiens pensaient juste que White était précautionneux dans sa cartographie, que s'il y avait la moindre tâche, il l'aurait redessiné..." rapporte Macdonald.

Une image ressemblant à un "fort" est visible sur la carte sous un patch après être rétroéclairé. Image: British Museum Source: Supplied

La découverte mène à des fouilles archéologiques sur le "Site X"

Cette découverte a entrainé des fouilles dans un lieu appelé "Site X". Pendant trois ans, Nicholas M. Luccketti et une équipe d'archéologues, comprenant Macdonald, ont fouillé de petites étendues de terre, trouvant des artéfacts ayant pu être utilisés par les colons après avoir fui la colonie.

Ce sont ces objets qui pourraient apporter des réponses à ce mystère vieux de plusieurs siècles. "Nous avons des preuves claires, sur ce site, qui indiquent qu'il y avait des colons Roanoke ici." précise Mr Luccketti.

Rien que dans une petite zone, un peu moins d'un hectare, de nombreux artéfacts élisabéthains ont été découverts: un pot de conservation à aliments (que l'on appelait un balustre) qui aurait été fabriqué dans l'ouest de l'Angleterre, des fragments de poteries fabriqués au sud de Londres et un crochet en métal.

Les chercheurs, qui se refusent à en tirer des conclusions pour le moment, pensent que ces objets ont été laissés par les colons lorsqu'ils sont partis dans les terres pour vivre avec les Amérindiens.

 Photo des fouilles faites en 2012 sur le Site X. Source: Supplied

Pourquoi ces découvertes sont-elles significatives ?

"Les artéfacts élisabéthains n'apparaissent pas comme ça sur les sites" explique Mr Macdonald, "les artéfacts élisabéthains apparaissent sur très peu d'autres sites en Caroline. Il n'y en a pratiquement aucun... les concentrations de ces objets élisabéthains se trouvent sur l'Ile de Roanoke, le site du village Croatan et notre site. Il est aussi intéressant de voir qu'il y avait des artéfacts venant de plusieurs pots, ce n'était pas juste un objet brisé. Cela suggère qu'il y a eu une certain continuité sur ce site pendant une certaine période de temps".


Est-ce que les archéologues ont résolu le mystère ?

"Pas si vite," tempère Mr Luccketti, "moins d'une dizaine de colons étaient présents pour une durée de temps indéterminée."

"Cela est spéculatif bien sûr, mais il a tenu à souligner qu'il n'y a pas eu une migration de l'ensemble du groupe de colons," précise Mr Macdonald, "il se peut qu'en fin de compte ils aient vécu avec les villageois. Nous pensons que certains ont rejoint la tribu Croatan (une petite tribu amérindienne vivant non loin), mais c'est comme s'il y avait eu une fracture dans la colonie..."


Qu'elle est la prochaine étape ?

"Quelque chose s'est passé entre 1587 et 1590. Nous savons qu'ils étaient là en 1587 et nous savons qu'ils étaient partis en 1590. Certains ont dû rejoindre le village Croatan (une île au large de la côte de la Caroline du Nord), mais nous pensons que la zone n'était pas assez grande pour supporter tous les villageois" estime Macdonald, "nous ne pouvons quitter le site sans faire de recherches plus approfondies. Nous avons, en fait, des fonds affectés à des fouilles supplémentaires cet automne. Le site est traité comme prioritaire."

Sources:

Lien:

Derniers articles sur les Etats-Unis:

8.14.2015

L'Âge Viking aurait commencé au Danemark


L'histoire des Vikings a commencé en l'an 793 après JC, lorsque, arrivant de Norvège, ils accostèrent en Angleterre au cours de leur premier raid officiel. Jusqu'à présent, ces raids violents sont ce que l'on retient le mieux des histoires Vikings.

Une récente étude suggère cependant un début plus pacifique de leurs voyages maritimes, et tout  aurait commencé au Danemark.

Ribe au Danemark: la première ville Scandinave et centrale pour le commencement de l'Âge Viking. (Photo: visitribe.dk)

Trois archéologues de l'université d'Aarhus (Danemark) et de l'université de York (Angleterre) ont montré que les voyages maritimes de la Norvège jusqu'à Ribe, le plus ancien centre commercial au Danemark, eurent lieu bien avant la période Viking officielle.
L'étude a montré que les anciens Vikings avaient voyagé vers Ribe, au sud du Danemark, dès 725 après JC.

Les chercheurs ont découvert des bois de cerf dans les plus anciens dépôts archéologiques de l'ancienne place de marché de Ribe; et il s'est avéré qu'ils provenaient de rennes de Norvège.

"C'est la première fois que nous avons la preuve que la culture maritime, qui était à la base de l'Âge Viking, a eu une histoire à Ribe. C'est fascinant." rapporte le professeur Søren Sindbæk, un des auteurs de cette nouvelle étude.


Les archéologues, jusqu'ici, se divisaient en deux camps

La question de savoir si Ribe avait une position centrale pour les anciens Vikings a divisé les archéologues en deux camps.

Un lien entre le plus grand centre commercial Nordique de l'époque et le commencement des voyages Viking semblait évident, mais il n'y avait aucune preuve pour le confirmer. Les bois de cerf sont la première évidence archéologique prouvant que Ribe a joué un rôle important.

Les voyages commerciaux entre la Norvège et le Danemark leur ont permis de développer leurs compétences maritimes et leurs connaissances géographiques nécessaires pour leurs futurs raids.

"C'est un bel exemple montrant que l'archéologie peut apporter des données solides qui vont directement au cœur des grands débats. C'est une chose de proposer une théorie, cela en est une autre de la prouver" ajoute l'archéologue Morten Søvsø, conservateur du Musée du Sud-ouest du Jutland au Danemark, non impliqué dans l'étude.

Les Vikings ont développé leur expertise maritime en naviguant entre le Danemark et la Norvège. La navigation en mer était importante pour eux, et leur longs voyages en mer étaient uniques pour leur époque.

Les anglais sans méfiance n'avaient aucune idée de ce qui était sur le point de les frapper, lorsque les premiers Vikings partirent de l'ouest de la Norvège en 793 après JC pour attaquer le monastère de Lindisfarne au nord de l'Angleterre. "l'Age Viking est devenu un phénomène en Europe de l'Ouest car ils avaient appris à utiliser la mobilité maritime à leur avantage. Ils avaient appris à maîtriser la voile à tel point qu'ils parvinrent sur la côte anglaise sans que les locaux ne s'y attendent. Ils sont arrivés rapidement, pillèrent les victimes et repartirent aussitôt" explique Sindbæk.

Les Vikings ne sont pas devenus d'habiles marins en une nuit. D'après Sindbæk, cela a pris beaucoup de temps, d'efforts et de ressources avant que les premiers navigateurs norvégiens aient assez de connaissance et de technologie pour faire ces longs et dangereux voyages: "C'est intéressant de voir que lorsque nous avons des développements et changements aussi significatifs (l'urbanisation et les raids au-delà des mers), nous pouvons dire qu'ils étaient en fait interdépendants".

Des bois et peignes similaires de l'äge Viking provenant d'Aggersborg, au nord du Danemark. (Photo: Søren M. Sindbæk)

Qui sont d'abord arrivés ? les bandits ou les marchands ?

Les nouveaux résultats montrent que les longs voyages avaient cours au début du 8ème siècle après JC, avec la création d'un marché à Ribe.

Ce qui allaient devenir les célèbres expéditions Vikings peut directement être relié au développement de Ribe comme ville et centre commercial.

Nous pouvons maintenant démontrer que les fameux voyages en mer des scandinaves, qui ont probablement mené à la découverte de l'Islande et du Groenland, sont aussi une histoire de voyage pour le commerce, pas uniquement pour des raids.

"Auparavant nous étions enclin à penser qu'une fois que l'on pouvait naviguer en pleine mer on pouvait aussi naviguer vers des villes commerciales. Maintenant, nous pouvons retourner l'équation et dire que les villes commerçantes ont pu jouer un rôle important dans le développement de nouvelles technologies" explique Sindbæk, "les échanges pacifiques, le commerce, vont prendre plus de place dans l'histoire, et les voyages militaires, bien qu'important, devront se partager l'espace restant".

Un exemple de peigne découvert à Aggersborg, (Photo: Moesgaard lab)

Le lien manquant entre les raids Vikings et l'urbanisation.

Ces nouvelles découvertes ne nous montrent pas seulement quand a commencé l'Âge Viking. la découverte de ce premier échange nous apprend quelque chose sur le développement de Ribe, la plus ancienne ville Viking en Scandinavie.

Les bois de cerf étaient recherchés pour la fabrication des peignes, l'une des industries les plus anciennes, et ils étaient souvent utilisés pour la production d'aiguilles et autres outils.
Il n'était pas difficile d'obtenir assez de bois de cerf pour une cellule familiale, mais cela pouvait être difficile pour un fabricant professionnel de peignes d'en trouver en quantités suffisante localement.

La nouvelle étude montre que les anciens Vikings de Norvège exploitaient cette marchandise facilement disponible, et pouvaient aisément vendre de grandes quantités de rennes au Danemark.

D'après Søren Sindbæk, Ribe est généralement perçue comme le centre de la région du sud du Jutland, à la pointe du développement en Scandinavie, grâce au négoce dans la région...
Cependant Sindbæk n'est pas tout à fait d'accord: "il y a en certains, dont moi, qui suggèrent que, contrairement à ce point de vue, il y a eu des contacts avec des voyageurs venus de très loin pour aller à Ribe. Mais nous n'avions pas de preuve de ces liens avec le reste de la Scandinavie, ce qui mettait à mal cette interprétation. Si l'on ne peut montrer les preuves de tels liens, alors il est difficile d'expliquer ce que les raids Vikings avaient à voir avec l'émergence des villes au Danemark. Cette étude nous donne ce lien manquant".


Les Vikings ne savaient pas qu'ils étaient Vikings

Tout le monde n'est pas d'accord avec le fait que cette étude montre clairement comment les villes Vikings améliorent notre compréhension du commencement de l'Âge Viking.

Dans une étude de 2008, l'archéologue James Barrett concluait que l'urbanisation et le commerce n'étaient pas des marqueurs décisifs. Et il n'est toujours pas convaincu que le développement de villes, comme Ribe, aient effectivement contribué à lancer l'Âge Viking: "C'est une recherche solide, et les résultats sont vraiment passionnants. Soren et ses collègues soutiennent qu'une ville est en fait un réseau, et il y a de nombreuses choses, comme les marchands venus de Norvège, qui ont rendu possible l'existence de ces villes. Là où ne nous sommes pas entièrement d'accord, c'est dans le fait de savoir si ces villes et ces échanges commerciaux ont aidé à lancer l'ère Viking" explique Barrett, spécialiste en archéologie médiévale à l'université de Cambridge.

Barrett admet que le rôle des villes a pu être important dans le commencement de l'ÂgeViking si on le considère sous un angle d'une société de commerce, plutôt que se focaliser sur les faits militaires comme les raids.

Sindbæk est d'ailleurs d'accord: "Maintenant, nous pouvons prouver que les expéditions entre la Norvège et la ville marchande de Ribe étaient antérieures à l'ère Viking, et les réseaux commerciaux ont été sources de motivation et de meilleure connaissance de la mer, ce qui a rendu les raids Vikings possibles. C'est la première fois que l'on peut relier deux phénomènes importants de l'Âge Viking".

Morten Søvsø, des Musées du Sud-ouest du Jutland, suggère cependant que l'on doit faire attention avec les étiquettes que l'on donne aux gens qui vivaient dans le passé: "Ils n'allaient pas dans les environs en tant que Vikings. Si vous voulez avancer que l'âge Viking a en fait commencé lorsqu'ils ont eu des contacts avec le reste du monde, alors cette étude supporte ce point de vue...."

Source:

Derniers articles sur les Vikings:

8.12.2015

Un pétroglyphe Quileute confirme des liens avec des histoires orales

Un pétroglyphe Quileute pré-contact (avec les Européens) est considéré par les officiels Quileute comme la découverte archéologique la plus importante à ce jour.

Il dépeint K’wati ou le "Transformer’s", tuant un monstre terrorisant le peuple Quileute.


Le pétroglyphe pré-contact. Photo: (Quileute Nation) 

"Un colon a détruit le village Quileute en y mettant le feu en 1889, et la plupart des objets de la tribu furent perdus" rapporte la secrétaire du conseil de la Nation Quileute, Cathy Salazar, "c'est pourquoi cette découverte est importante pour notre tribu. C'est un lien direct avec notre passé et notre histoire."

Le pétroglyphe pré-contact, qui est gravé dans la pierre, confirme aussi l'ancienneté d'une importante histoire qui s'est transmise oralement de génération en génération. "Culturellement et spirituellement, cela confirme notre connexion avec nos légendes et l'ancienne histoire de notre peuple" ajoute le président Charles Woodruff, "nous sommes très fier de nos ancêtres qui ont gravé cette pierre. C'était fort de voir la réaction des experts décrivant les détails de la fabrication de cette œuvre d'art."

Le rocher métamorphique pèse 370kg et a été découvert en décembre 2013 par un pêcheur. En retirant la mousse, il a vu d'autres gravures et réalisé qu'il avait probablement trouvé un pétroglyphe Quileute. Il prit en photos les marques, laissant le rocher sur place, et contacta le Quileute Nation and state Department of Archaeology and Historic Preservation.

Le pétroglyphe a été étudié par l'archéologue Lee Stilson du département des ressources naturelles, son collègue Maurice Major et l'anthropologue et linguiste Jay Powell.

Afin de garder le pétroglyphe sauf, il a été décidé de déplacer le rocher dans la réserve Quileute.

Les détails du pétroglyphe qui ont été identifiés; il dépeint K'Wati qui tua le monstre en forme de lézard, terreur du peuple Quileute. Photo:  (Quileute Nation)



Selon une première analyse le pétroglyphe serait préhistorique.

Les gravures couvrent toutes les surfaces exposées du rocher. Le pétroglyphe dépeint K'wati avec une couronne ou un crête rouge. Une langue rouge sort de sa bouche où sont représentées trois dents.
Les langues sont souvent un symbole de pouvoir et de domination dans l'art natif de la côte nord-ouest.
La langue s'étend jusqu'à la tête d'Xq'lax, décrit historiquement comme un lézard rouge gros comme un monstre. La représentation d'Xq'lax le montre avec trois molaires et trois canines en formes de cône.

"A l'endroit le plus proche des rivières Sol Duc et Calawah, il y avait un chemin reliant les deux rivières il y a très longtemps" précise Rio Jaime, membre du Conseil du Quileute Nation, "mais un étrange monstre lézard rouge, appelé Xq'lax, construisit son repère le long de ce chemin et les gens arrêtèrent de l'utiliser. K'wati tua le lézard ainsi que d'autres monstres au Temps du Commencement".

Le rocher a été découvert à 200m en aval du lieu ou l'histoire situe le lieu de la tanière du lézard rouge.

Powell s'est demandé pourquoi les anthropologues qui sont allés voir les Quileute au début des années 1900 n'ont pas rapporté cette histoire. "Je pense que la raison vient peut-être de ce que les vieilles personnes évitaient de parler de ce genre de chose à la fois très spirituelle et mauvaise."


Source:

Derniers articles sur les amérindiens:

8.10.2015

Une couronne en cuivre vieille de 4,000 ans découverte en Inde

Les archéologues indiens ont découvert une couronne en cuivre vieille de 4000 ans dans le village de Chandayan, au nord de l'Inde, dans l'état d'Uttar Pradesh. Elle remonterait à la fin de la Civilisation de la Vallée de l'Indus.

Les restes de la couronne en cuivre trouvée sur un crâne remontant à 4000 ans, à la fin de la période de la Civilisation de l'Indus. (A.K. Pandey/Archaeological Survey of India)

D'après le Dr Rakesh Tewari, directeur général de l'Archaeological Survey of India (ASI), c'est seulement la deuxième couronne à être découverte sur un site de la Vallée de l'Indus, que ce soit en Inde ou au Pakistan.

Auparavant, une couronne en argent avait été trouvée dans un autre site de la Vallée de l'Indus, dans l'état d'Haryana au nord-est de l'Inde.

"La personne portant la couronne a pu être un personnage important dans la société" suppose le Dr A.K. Pandey, directeur des fouilles à Chandayan et archéologue superintendant de l'ASI, "mais on ne sait pas si à cette époque les gens l'utilisaient comme une couronne ou une sorte de casque" ajoute-t-il.

La couronne en cuivre, décorée avec une perle de cornaline et une en faïence, a été trouvée sur un crâne et déterrée par des laboureurs pendant qu'ils extrayaient de l'argile pour faire des briques.

L'annonce de la découverte a fait le tour de l'Inde, et attiré l'attention de l'ASI, qui a commencé à fouiller le site en décembre dernier. "Notre objectif était de procéder à un opération de sauvetage, afin de voir ce qui pouvait être trouvé sur le site autour des restes du squelette" explique Tewari.


D'autres trouvailles

Lors des fouilles, Pandey a aussi trouvé des ossements animaux et des marmites en argile à la même profondeur que le site funéraire à 20m de là.

Cela suggère qu'un animal a été sacrifié lors d'une cérémonie funéraire pour la personne dont on a trouvé les restes. "C'était une pratique de cette époque" confirme Pandey.

Une autre pièce de cette même couronne, ainsi qu'un os pelvien et un fémur de la jambe gauche de la personne ont été mis au jour avec 21 pots en terre.
A 45m du site funéraire, les archéologues ont déterré une habitation de la même période et trouvé un sol compact, des murs de boue et des trous pour des poteaux de clôture. Pour Pandey, la découverte est importante car c'est la première fois que l'on trouve les traces d'une habitation de la fin de la Civilisation de l'Indus aussi loin à l'est.

Des pots en terre trouvés sur le site funéraire dans le village de Chandayan, au nord de l'Uttar Pradesh. (A.K. Pandey/Archaeological Survey of India)


La civilisation Harappéenne

La période faste de la Civilisation de la Vallée de l'Indus, appelée aussi civilisation Harappéenne, s'étend de 2600 avant JC à 1900 avant JC. Située au Pakistan et nord-ouest de l'Inde, les artéfacts de la civilisation de la Vallée de l'Indus ont été trouvés sur une surface de 930000m², plus grande que l'Europe de l'Ouest.

C'était l'une des quatre plus grandes anciennes civilisations avec la Chine, l'Egypte et la Mésopotmaie qui s'étendait sur ce qui est aujourd'hui l'Irak, des parties du Koweït, l'Iran, la Turquie et la Syrie.

Le système d'écriture de la Civilisation de la Vallée de l'Indus n'a pas encore été déchiffrée, et c'est par conséquent la plus mal comprise de ces quatre civilisations.


Source:

Derniers articles sur la Civilisation de la Vallée de l'Indus: