2.13.2019

Des lieux de sépultures aborigènes confirmés dans la péninsule du Cap York en Australie

Les origines des monticules de sable dans et aux alentours de Mapoon (ville du comté aborigène de Mapoon) dans le Queesnland ont longtemps été débattues par les chercheurs. Certains pensent qu'ils sont des formations naturelles ou qu'ils ont été créés par les oiseaux, alors que d'autres suggèrent qu'ils sont d'origine humaine.

Des lieux de sépultures aborigènes confirmés dans la péninsule du Cap York en Australie
Ces paysages en terres sont bien des tertres funéraires après des années de débats sur leurs origines et leurs fonctions.

Tante* Diane Nicholls rapporte que son peuple a toujours dit que ce sont des tertres funéraires contenant les restes de leurs ancêtres. "C'est important, pour notre identité et notre patrimoine, de savoir que nos ancêtres vivaient ici et avaient des rituels et des pratiques cérémonielles" rapporte-t-elle, "les ainés ont toujours su, lorsqu'ils grandissaient (...), que des tombes se trouvaient ici."
Cela est aujourd'hui confirmé par la science


La technologie radar fournit un aperçu des anciennes coutumes funéraires


Le Western Cape York Communities Trust a financé un consultant archéologique, Veritas Heritage, pour étudier le site en concertation avec les groupes familiaux aborigènes.

Des relevés initiaux avec un radar avec pénétration de sol sur 11 monticules ont montré de nombreux cas d’inhumation. L'archéologue principale, Dr Mary-Jean Sutton, a rapporté que les premières observations suggèrent que certains remontent à environ 6000 ans. "Nous pensons à l'époque holocène" dit-elle, "c'est à peu près au même moment que les pyramides en Egypte et le néolithique en Grande-Bretagne, mais nous ne savons pas quand exactement; cela peut être plus ancien ou plus récent".

Les chercheurs ont utilisé le radar à pénétration de sol et un magnétomètre pour cartographier le contenu intérieur des monticules sans les déranger. Les images ont donné un aperçu des anciennes pratiques funéraires et des changements dans les pratiques culturelles au fil du temps.

Selon le Dr Sutton, le radar a identifié des couches dans les monticules et des objets dans les tombes, notamment du corail, des fleurs et des lances, utilisés pour décorer ces anciens lieux de repos. "Ce n'est pas du corail présent naturellement. Un géomorphologue a examiné le corail et il ne pense pas que ce soit naturel. Il a été récolté et mis délibérément sur les monticules" rapporte le Dr Sutton, "Cela indique que les pratiques funéraires des autochtones à Mapoon sont très anciennes. Nous n'avons jamais mesuré la complexité du lien culturel à Mapoon."


Cette découverte incite à mieux protéger les lieux de sépulture aborigènes


On estime qu'il y a des centaines de tertres funéraires similaires dispersés dans la communauté Mapoon et à travers Western Cape. Les archéologues disent que les tumulus funéraires présumés nécessitent un complément d’analyse, tandis que les propriétaires traditionnels réclament une protection accrue de leur patrimoine.

Plus de 250 buttes terrestres ont été cartographiées le long d'une côte de 60 kilomètres dans la région de Mapoon.

"On sait maintenant que ces monticules sont là, et ce depuis des années et des années, aussi, alors que l'exploitation minière est en cours, il doit y avoir une protection et une loi pour ces choses," dit Aunty Diane.

Malgré les inquiétudes de la communauté, le groupe minier international Rio Tinto a assuré aux habitants de Mapoon qu'un processus clair était déjà en place pour s'assurer que la mine travaille avec les propriétaires traditionnels pour identifier et gérer le patrimoine culturel.

*"Tante" ou "oncle", sont des mots utilisés par les aborigènes pour s'adresser aux personnes plus âgées avec lesquels le locuteur n'est pas nécessairement lié.

Source:

Derniers articles sur les aborigènes d'Australie:

2.06.2019

D'anciens pépins de raisin révèlent le commerce entre le Sri Lanka et le monde romain

Si vous visitez Manthai, nichée dans une baie au nord-ouest du Sri Lanka, vous ne verrez aujourd'hui qu’un temple hindou solitaire surplombant la mer. Mais il y a 1500 ans, c'était un port animé où les marchands échangeaient les biens les plus précieux de leur époque.

Une étude d'anciens restes de plantes a révélé que des marchands du monde entier, dont l'Empire Romain, auraient visité ce lieu ou y auraient même vécu.

D'anciens pépins de raisin pourraient relier un port de commerce sri lankais au monde romain
Manthai vu du ciel aujourd'hui. Les anciens fossés construits pour défendre le site peuvent être vu en vert foncé. L'implantation principale était à l'intérieur de ces défenses. Crédit: Google Maps

Manthai était une plaque tournante des anciens réseaux commerciaux qui sillonnaient l’océan Indien et reliait les coins les plus reculés de l’Asie, de l’Afrique, de l’Europe et du Moyen-Orient. La ville portuaire a prospéré entre 200 avant l'ère commune et 850 de notre ère. Au cours de cette époque, cela devait été un lieu pour le commerce des épices, qui transportait des clous de girofle indonésiens et des grains de poivre indiens vers les cuisines du Moyen-Orient et romaines.


Ce site important dans le monde antique reste difficile à étudier pour les archéologues. 


Après des fouilles au début des années 1980, les recherches ont été stoppées en 1984 à cause de la guerre civile sri lankaise. "Manthai était en plein dans la zone rouge" dit Robin Coninghal, archéologue étudiant l'Asie du Sud à l'Université Durham au Royaume-Uni. Ce n’est qu’après la fin des combats en 2009 qu’une équipe, dirigée par le Département d’archéologie du Sri Lanka, a pu retourner sur les lieux pour poursuivre les fouilles.

Eleanor Kingwell-Banham, archéologue à l'Université College de londres, a rejoint l'équipe pour étudier les restes de plantes tamisées sur le site de fouille. Elle a trouvé en abondance des grains de riz cultivés localement, mais aussi des produits plus exotiques, comme du poivre noir carbonisé datant de 600-700 après l'ère commune et un clou de girofle de 900-1100 de l'ère commune. C'est une découverte exceptionnelle et rarissime car les anciens faisaient très attention à leurs épices.

"Les épices étant si précieux que les gens faisaient très attention de ne pas les perdre ou de les brûler" rapporte Kingwell-Banham, "ils avaient plus de valeur que l'or". Le clou de girofle, en particulier, avait dû faire tout un voyage, environ 7000 kilomètres depuis son lieu de pousse dans les Moluques en Indonésie.

Quelques grains de poivre découverts à Manthai.

L'équipe a aussi trouvé des restes qui permettent de relier la cité portuaire à l'ancien monde méditerranéen: des grains de blé transformés datés de 100 à 200 avant l'ère commune et des pépins de raisin datés de 650 à 800 avant l'ère commune. Aucune de ces cultures ne peut pousser sous le climat tropical humide du Sri Lanka, il a donc fallu les importer, peut-être depuis l'Arabie ou du monde romain.


Une cuisine cosmopolite


Kingwell-Banham a précisé que son équipe a étudié les isotopes chimiques absorbés par les plantes afin de déterminer où elles avaient été cultivées. Mais quelle que soit leur origine précise, la coexistence du riz et du blé témoigne de la «cuisine cosmopolite» de Manthai , dans laquelle des aliments locaux et étrangers étaient consommés. La découverte de blé et de raisin à Manthai "est totalement nouvelle, et attire l'attention sur les marchandises transportées de l'Asie du Sud vers le monde romain, et de celles qui vont dans l'autre sens" dit Coningham.

Le clou de girofle millénaire découvert à Manthai.

Y avait-il donc des marchands romains vivant à Manthai qui importaient et cuisinaient les aliments de leur patrie ? "C'est certainement une possibilité" d'après Matthew Cobb, historien qui a étudié les anciens réseaux commerciaux de l'océan Indien à l'Université du pays de Galles Trinity Saint David.

Mais personne n'a encore réussi à trouver de céramique romaine. Reste donc à savoir qui, à Manthai, avait le goût de la cuisine méditerranéenne.


Source:

Liens:

Derniers articles sur la civilisation romaine:

2.01.2019

Du pigment bleu révèle le rôle des femmes dans la création des manuscrits médiévaux

Au cours du moyen âge européen, l'alphabétisation et les textes écrits étaient en grande partie le domaine des institutions religieuses. Des manuscrits richement illustrés étaient créés dans des monastères à l'usage des membres d'institutions religieuses et pour la noblesse.

Certains de ces manuscrits enluminés étaient embellis avec des pigments et des peintures de luxe, dont des feuilles d'or et du bleu outremer, un pigment rarissime et cher fait à partir de la pierre lapis lazuli.
Les fondations de l’église associées à une communauté religieuse de femmes médiévales à Dalheim, en Allemagne. © Christina Warinner

Dans une étude publiée dans Science Advances, une équipé internationale de chercheurs menée par l'Institut Max Plack pour la Science de l'Histoire Humaine et l'Université de York, a révélé le rôle des femmes dans la création de ces manuscrit grâce une surprenante découverte. En effet, les scientifiques on identifié du pigment de lapis lazuli incrusté dans la plaque dentaire calcifiée d'une femme d'âge moyen enterrée dans un petit monastère de femmes en Allemagne vers 1100 après JC.

Leurs analyses suggèrent que cette femme était probablement une peintre de textes religieux richement illuminés.


Un monastère tranquille dans le centre de l'Allemagne.


Dans le cadre d’une étude sur le calcul dentaire (le tartre sur les dents), les chercheurs ont examiné les restes d'individus qui ont été enterrés dans un cimetière médiéval en lien avec un monastère de femmes sur le site de Dalheim en Allemagne.

Peu d'informations subsistent sur ce monastère et sa date précise de construction est inconnue, si ce n'est qu'une communauté de femmes puisse s'y être formée dès le 10ème siècle après JC

Les plus anciennes données écrites de ce monastère remontent à 1244 après JC. On suppose qu'il abritait environ 14 religieuses depuis sa création jusqu'à sa destruction par le feu suite à une série de batailles au 14ème siècle.

Dans le cimetière, une femme avait de nombreuses taches de pigment bleu dans son calcul dentaire. Elle avait entre 45 et 60 ans lorsqu'elle est morte vers 1000 à 1200 après JC. Son squelette n'avait pas de pathologie particulière, ni aucune évidence de traumatisme ou d'infection. Le seul détail remarquable étaient les particules bleues trouvées sur ses dents.

Calcul dentaire sur la mâchoire inférieure d'une femme médiévale contenant du pigment de lapis-lazuli. © Monica Tromp

"Cela a été une surprise totale, en se dissolvant, le calcul a libéré des centaines de minuscules particules bleues," dit la co-auteure principale Anita Radini, de l'Université de York.

Des analyses délicates utilisant différentes méthodes de spectrographie, dont la spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie, analyse EDS (SEM/EDS) et la spectroscopie micro-Raman, ont révélé que les pigments bleus provenaient de lapis lazuli.


Un pigment aussi rare et cher que l'or.


"Nous avons étudiés plusieurs scénarios pour comprendre comment ce minéral a pu s’incruster dans le calcul des dents de cette femme." explique Radini.

"En se basant sur la distribution du pigment dans sa bouche, nous en avons conclu que le scénario le plus probable était qu'elle peignait elle-même avec le pigment et léchait l'extrémité du pinceau en peignant," rapporte Monica Tromp de l'Institut Max Planck pour la Science de l'Histoire Humaine.

L'utilisation de pigment outremer fabriqué à partir de lapis lazuli était réservé, tout comme l'or et l'argent, aux manuscrits les plus luxueux. "Son utilisation était confiée à des scribes et à des peintres d'une habileté exceptionnelle," ajoute Alison Beach de l'Université d'Etat de l'Ohio, historienne sur le projet.

Le calcul dentaire sur la mâchoire inférieure de la femme du moyen âge. © Christina Warinner

La découverte inattendue d'un pigment aussi précieux dans la bouche d'une femme du 11ème siècle en Allemagne rurale est sans précédent. Alors que l'Allemagne est connue pour avoir été un centre actif de production de livres au cours de cette période, le fait d'identifier la contribution des femmes a été particulièrement difficile.

Par humilité, de nombreux scribes et peintres ne signaient pas leur travail, et c'est une pratique qui s'appliquait particulièrement aux femmes.

La faible visibilité de leur travail dans la production des manuscrits a conduit de nombreux chercheurs modernes à présumer qu'elles n'avaient apporté qu'une faible contribution.

Les découvertes de cette étude remettent non seulement en question les croyances de longue date dans ce domaine, mais révèle aussi l'histoire de la vie d'un individu. Les restes de cette femme étaient à l'origine une découverte relativement anodine dans un endroit relativement anodin, à ce qu'il semblait. Mais en utilisant ces techniques, les chercheurs ont pu découvrir une histoire de vie vraiment remarquable.

"Elle était reliée à un vaste réseau commercial mondial qui s'étend des mines d’Afghanistan à sa communauté de l’Allemagne médiévale en passant par les métropoles commerciales de l’Égypte islamique et de la Constantinople Byzantine. L’économie croissante de l’Europe du XIe siècle a suscité la demande d’un pigment précieux qui parcourait des milliers de kilomètres via une caravane et des navires marchands au service de l’ambition créatrice de cette femme artiste." explique l'historien et co-auteur Michael McCormick de l'Université d'Harvard.

"Nous avons ici des preuves directes d’une femme, non seulement en train de peindre, mais de peindre avec un pigment très rare et coûteux, et dans un endroit très isolé." explique Christina Warinner de l'Institut Max Planck pour la Science de l'Histoire Humaine, "l'histoire de cette femme aurait pu rester cachée à jamais sans l'utilisation de ces techniques. Je me demande combien d'autres artistes on pourrait trouver dans des cimetières médiévaux".


Source:

Liens:
Derniers articles sur l'Allemagne:

1.23.2019

Des centaines de minuscules guerriers en terre cuite retrouvés sur un site chinois vieux de 2100 ans

C'est dans une fosse que des archéologues ont découvert une sorte d'armée miniature: des chars soigneusement disposés, des mini statues de cavaliers, des tours de guet, des fantassins et des musiciens.

Ils ressemblent à une version miniature de l'armée de terre cuite qui fut construite pour Qin Shi Huang, premier empereur de Chine.

D'après la conception de ces artéfacts, les spécialistes pensent que la fosse a été créée il y a environ 2100 ans, près d'un siècle après la construction de l'armée en terre cuite.

Des centaines de minuscules guerriers en terre cuite retrouvés sur un site chinois vieux de 2100 ans
Une ancienne fosse de 2100 ans contenant une mini armée en argile en Chine. Credit: Photo courtesy Chinese Cultural Relics

La partie sud de la fosse est remplie de formations de cavalerie et de chariots, avec des modèles de tours de guet qui font 140cm de haut. Au centre de la fosse, il y a quelque 300 fantassins en alerte en formation carrée; enfin, dans la partie nord se trouve un modèle de pavillon théâtral abritant de petites sculptures de musiciens.


"La forme et l'échelle de la fosse suggèrent que l'ensemble accompagnait un grand site funéraire" ont écrit les archéologues dans un article paru dans le journal Chinese Cultural Relics, "les véhicules, cavaliers et fantassins en formation carré étaient réservés pour les enterrements des monarques, des fonctionnaires méritants ou des princes."

En se basant sur la datation, la taille et le lieu de la fosse, les archéologues estiment que cette nouvelle armée découverte a été construite pour Liu Hong, un prince de Qi, fils de l'empereur Wu (qui régna de 141 à 87 avant JC). Hong habitait à Linzi, une cité chinoise située non loin de cette fosse. Il est mort en 110 avant JC.

"Des sources textuelles indiquent que Liu Hong fut installé en tant que prince de Qi, alors qu'il était assez jeune, et il est malheureusement décédé tôt, sans héritier," écrivent les archéologues dans l'article..


Ou se trouve le tombeau ?


Si la fosse et son armée de terre cuite étaient destinées à protéger Liu Hong, ou un autre membre de la famille royale, dans l’au-delà, alors une tombe devrait se situer non loin de là supposent les chercheurs. "Il y a peut-être des vestiges architecturaux ou un chemin sortant de la fosse, mais il n'y a aucun moyen d'explorer la chambre funéraire principale" ajoutent-ils, notant que le tombeau lui-même a dû être détruit.

Des centaines de minuscules guerriers en terre cuite retrouvés sur un site chinois vieux de 2100 ans

D'anciens habitants de la région ont rapporté des descriptions d'un important monticule de terre, de 4 mètres de haut, près de la fosse. Quelque part dans les années 1960 ou 1970, des travailleurs ont enlevé la terre et aplati l'endroit afin d'élargir le chemin de fer Jiaonan-Jinan. Cela est corroboré par une photographie aérienne prise en 1938 par les forces aériennes japonaises: elle montre un probable tertre funéraire près de la voie ferrée.


De grandeur nature à une taille miniature.


La fosse de l'armée de terre cuite trouvée près de la tombe du premier empereur de Chine est le seul exemple connu d'une armée de soldats en céramique grandeur nature en Chine. Peu après la mort du premier empereur en 210 avant JC, sa dynastie, connue sous le nom de dynastie Qin, s’est effondrée et une nouvelle dynastie, connue sous le nom de Han, a pris le contrôle du pays.

Certains dirigeants de la dynastie Han ont continué à construire des fosses avec des armées de soldats en céramique pour leur tombeau, mais ils étaient considérablement plus petits. Par exemple, les sculptures d'infanterie dans la récente découverte ne font que 22 et 31cm de haut.


Source:

Derniers articles sur la Chine:

1.18.2019

Les anciens égyptiens ont découvert la variabilité de l'étoile Algol 3000 ans avant les astronomes occidentaux

Un ancien papyrus égyptien, appelé "Calendrier du Caire", contiendrait la plus vieille mention historique sur la luminosité d'une étoile. Cette découverte fournit une nouvelle perspective sur le développement du système à triple étoiles Algol sur plusieurs milliers d'années.

Les anciens égyptiens ont découvert la variabilité de l'étoile Algol 3000 ans avant les astronomes occidentaux
Texte d'une page du calendrier du Caire; à l'intérieur du rectangle se trouve l'écriture hiératique du mot Horus. Un passage de ce document le date du règne de Ramsès II sous la dix-neuvième dynastie. Photo:  Jetsu L. / Porceddu S., doi: 10.1371/journal.pone.0144140.s001.

Connu comme le calendrier des jours fastes et néfaste, le Calendrier du Caire, date de 1244 à 1163 avant JC, et il donne des prévisions et pronostics pour chaque jour de l'année égyptienne. Cela indique si le jour, ou une partie du jour, est considérée comme "bonne" ou "mauvaise".

Le calendrier contient aussi des informations concernant des observations astronomiques de la journée, telles que le comportement d'objets astronomiques, et plus particulièrement Algol.

Aujourd'hui, les chercheurs rapportent que le symbole astronomique découvert dans les deux plus anciens mythes égyptiens suggèrent que des indices pourraient aussi être trouvés dans d'autres textes égyptiens.

L'article, "Algol, en tant qu'Horus dans le Calendrier du Caire: significations possibles et motifs des observations" de Sebastian Porceddu, Lauri Jetsu, Tapio Markkanen, Joonas Lyytinen, Perttu Kajatkari, Jyri Lehtinen et Jaana Toivari-Viitala, a été publié dans le journal Open Astronomy. Il se penche sur les légendes liées aux déités égyptiennes, Horus et Set, et leur utilisation dans le calendrier.


Les déités décrivent le comportement d'objets astronomiques, et plus spécifiquement, les observations à l'œil nu du système variable à trois étoiles Algol.


Cependant, on ne sait quasiment rien sur celui qui a noté la période d'Algol dans le calendrier du Caire. Les auteurs montrent comment les anciens scribes égyptiens présentent les phénomènes célestes comme des activités des dieux, ce qui explique pourquoi Algol a reçu le titre d'Horus.

L'étude présente dix arguments qui montrent que les anciens scribes égyptiens, connus sous le nom d' "observateurs de l'heure", avaient les moyens et les motivations possibles pour noter la période d'Algol dans le Calendrier du Caire.

"La découverte de la variabilité d'Algol va devoir être datée des milliers d'années plus tôt que ce que l'on pensait auparavant. L'étoile faisait partie de la mythologie égyptienne antique sous la forme du dieu Horus" ajoute l'auteur de l'étude Sebastian Porceddu de l'Université d'c.



Source:
Physorg: "Ancient Egyptians discovered Algol's variability 3,000 years before western astronomers"

1.14.2019

Une maison à glace découverte sous une rue de Londres

Pour les habitants aisés du Londres géorgien, servir des boissons fraîches lors d'une fête était un processus plus compliqué qu'aujourd'hui. En l'absence d'électricité pour fabriquer des glaçons et les maintenir gelés, ils devaient s'approvisionner en glace ailleurs.

Pour les hôtes les plus avisés, cela impliquait l’utilisation de blocs gelés les plus purs de fjords norvégiens, qui étaient expédiés sur les quais de Londres, puis soigneusement entreposés jusqu’à ce qu’ils soient mis dans des verres.

Une maison à glace découverte sous une rue de Londres
L'intérieur de la maison à glace redécouverte près de Regent’s Park dans le centre de Londes. Photo: Graeme Robertson/Guardian 

Les archéologues ont ainsi découvert un lien avec l'ancien commerce de glace de la capitale avec la redécouverte, sous l’une des adresses les plus prestigieuses de Londres, d’un immense dépôt à glace du XVIIIe siècle, dont l’existence avait été presque entièrement oubliée.

La structure souterraine caverneuse a été construite dans les années 1780,  juste au sud de Regent’s Park. C'est le plus ancien magasin de glace à grande échelle connu à ce jour, ce qui lui a valu d'être classé monument historique par l'Historic England. Il est prévu de le rendre accessible au public, une fois le développement terminé, dans le courant de l'année.

Le magasin, parfois appelé puits à glace ou maison à glace, a été fouillé cet été par des archéologues travaillant sur un nouveau développement de Park Crescent West.
La grande terrasse en stuc fut construite sur le site par John Nash, l'architecte du palais de Buckingham, 40 ans après la construction du dépôt de glace. "On a toujours su qu’il y avait une maison à glace quelque part, mais on ne savait pas trop où," rapporte David Sorapure, directeur du patrimoine bâti au Museum of London Archaeology (Mola) et qui a travaillé sur le site, "Même après que nous ayons découvert où se trouvait l’entrée, nous ne savions pas trop quelle était sa taille ni comment y aller."

 Photo: Graeme Robertson for the Guardian 

La caverne en forme d’œuf, profonde de 9.5m et large de 7.5m, avait été remplie de décombres après le bombardement de la terrasse pendant la guerre, ce qui a demandé trois mois d'excavation minutieuse avant que la structure puisse être pleinement visible.

Une fois nettoyé, cela a révélé un vide en briques merveilleusement conservé, construit à un degré beaucoup plus élevé que les terrasses en stuc majestueuses qui l'entourent, d'après Sorapure, et toujours sécurisé structurellement, même si la ligne de métro gronde à moins de 10 mètres en dessous.

L'homme derrière cette structure en brique avait une famille liée à l'industrie de brasserie, et les archéologues estiment sa construction originale au début des années 1780. Le magasin a réellement pris son envol dans les années 1820, lorsque William Leftwich, pionnier en glaces et confiseur, importa pour la première fois de la glace de qualité de Norvège.

En 1822, il a envoyé un navire qui a rapporté 300 tonnes de glace, qu’il a transporté le long du nouveau canal du Régent pour être descendu dans la réserve de glace par une petite ouverture au-dessus. Les travailleurs descendaient ensuite dans le vide depuis un petit couloir situé près du sommet, afin de retirer des blocs lorsque c'était nécessaire.

Isolés avec du foin, ceux-ci étaient ensuite expédiés par charrette à des restaurants et à des adresses privées, ainsi que, parfois, à certains établissements médicaux à proximité, selon Danny Harrison, archéologue expérimenté du Mol: "Nous savons qu'ils utilisaient de la glace pour engourdir des choses, pour faire de la dentisterie, et nous avons Harley Street et Wimpole Street près d'ici… Il y a de fortes chances qu'ils aient obtenu de la glace pure de cet endroit. En vidant et en explorant ce merveilleux espace, cela a conduit à de nouvelles questions de recherche, et c’est là que nous allons passer notre temps maintenant."

Un archéologue balaie l'extérieur de la maison à glace. Photo: MOLA / Museum of London Archaeology

Pour Sorapure, l’importance du magasin réside en un lien avec un commerce jadis lucratif mais maintenant presque entièrement oublié. À un moment donné, il y avait probablement quelques milliers de puits à glace à Londres, mais la plupart d'entre eux devaient être assez petits.

Celui découvert est important, car il semble combler le fossé entre l'époque où la glacière n'était réservée qu'aux très riches jusqu'à ce moment où une de masse de glace était disponible dans les années 1830 et 40. Et cela occupe cet espace de 50 ans. C’était de la glace pour tout le monde, finalement.
.
Source:

Liens:

Derniers articles sur l'Angleterre:

1.06.2019

De rarissimes scarabées momifiés découverts dans une tombe à Saqqarah

Des archéologues ont découvert une collection exceptionnelle de scarabées momifiés ainsi qu'une tombe vierge de la cinquième Dynastie (voir à ce sujet l'article du Point: "Égypte : une tombe de plus de 4 400 ans découverte à Saqqarah").

De rarissimes scarabées momifiés découverts dans une tombe à saqqarah

Les coléoptères momifiés figuraient parmi les artéfacts trouvés dans sept tombes découvertes au cours des six derniers mois au bord du complexe de la pyramide du souverain Ouserkaf dans l'ancienne nécropole de Saqqarah, au sud du Caire.

La cinquième dynastie a dirigé l’Égypte de 2 500 à 2 350 av. J.-C. peu de temps après la construction de la grande pyramide de Gizeh.

Les tombes se trouvent enterrées sous une crête qui n’a été que partiellement fouillée et qui pourraient offrir de nombreuses autres découvertes similaires. Les fouilles dans la zone s'étaient arrêtées en 2013 avant de reprendre au cours de l'année 2018.

Saqqarah a servi de nécropole à Memphis, capitale de l'Égypte ancienne pendant plus de deux millénaires. Les anciens Égyptiens momifiaient les hommes pour préserver leur corps pour la vie après la mort, tandis que les momies animales étaient utilisées comme offrandes religieuses.

Deux grands scarabées enveloppés de lin et en très bon état ont été découverts dans un sarcophage en calcaire avec un couvercle voûté et décoré, a annoncé le ministère des Antiquités.

Une autre collection de momies de scarabées a été trouvée à l'intérieur d'un sarcophage plus petit.

"Le scarabée momifié est quelque chose de vraiment unique et de rare," d'après l'archéologue Waziri, "Il y a quelques jours, lorsque nous avons découvert ces cercueils, il s'agissait de cercueils scellés avec des dessins de scarabées. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant."

Des dizaines de momies et de statues dorées de chats ont été découvertes, notamment une statue en bronze dédiée à la déesse à tête de chat Bastet, déesse égyptienne de la joie du foyer, de la chaleur du soleil, de la maternité et, aussi la déesse protectrice des femmes enceintes et des enfants.






L’équipe a également découvert des sarcophages peints en bois en forme de cobra et de crocodile, une collection de statues dorées avec des caractéristiques animales, ainsi que des objets comme des amulettes, des vases canopes, des outils pour écrire et des paniers en papyri.

Merci à Frédéric pour l'info !

Sources:

Derniers articles sur l'Egypte:

1.03.2019

Des trésors cachés découverts en Hongrie dans le Danube asséché

Des trésors perdus ont été trouvés par des archéologues sur le lit du Danube en Hongrie. Ceci a été possible en raison d'une sécheresse qui a provoqué une baisse record du niveau de l’eau en octobre dernier.
Des trésors cachés découverts en Hongrie dans le Danube asséché
Photo Credit: Ferenc Isza/AFP/Getty Images

"Environ 2000 pièces, en or et en argent, ont ainsi été mises au jour, ainsi que des armes, des piques, des boulets de canon et des épées" rapporte Katalin Kovacs, archéologue du Ferenczy Museum Center. La découverte a été faite là où la rivière passe par la ville d’Erd, au sud de Budapest.

De longues périodes de temps sec provoquent régulièrement une baisse importante des rivières européennes, et le Danube ne fait pas exception. En Octobre 2018, le niveau du Danube a été mesuré à 0.49 en dessous du précédent record en 1947.

Selon l'autorité nationale hongroise de l’eau la sécheresse a fortement affecté les transports maritimes.

Les archéologues, assistés de plongeurs et de drones, ont travaillé à extraire ce qu'ils pouvaient du site avant que le niveau de l'eau ne remonte.


Les pièces n'ont pas été les seules trouvailles.


Les ducats et les sous ont été trouvés parmi d'autres objets provenant d'une épave d'un bateau de commerce dont l'origine n'est pas encore connue, ont déclaré les archéologues.

"Les pièces sont étrangères à 90% et sont datées entre 1630 et 1743" rapporte l'archéologue Balaz Nagy. Certaines des pièces découvertes sont liées au Vatican, du pape Clément XII, à Zurich et à la Hollande.
Les archéologues hongrois inspectent le site où ils ont trouvé des pièces de monnaie des XVIe au XVIIe siècles et des armes sur les rives du Danube. Photo Credit: Ferenc Isza/AFP/Getty Images

Il y a des pièces d'or hongroises de 22 carats du 17ème et 18ème siècle, des pièces en argent et des pièces françaises de Louis XIV.

Des objets en fer, des armes, des cloches, des morceaux de bateau, des poignards et des boulets de canon ont aussi été mis au jour.

Lors d'une conférence de presse, Gábor Gulyás, directeur du Musée Ferencsy, rapporte qu'un archéologue amateur a découvert les trésors avec un détecteur de métaux. Le musée prévoit d'exposer les découvertes plus tard, une fois que les objets seront restaurés.

Plus tôt au cours de mois d'octobre, les faibles niveaux d’eau ont également fait resurgir les vestiges de l’ancien pont Franz Josef de Budapest, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale.

Une bombe américaine de la même période a également été découverte.

Merci à Audric pour l'info !

Source:
Geek: "Hidden Treasures Uncovered in Hungary as Danube Water Levels Fall to Record Low"

Liens:
Ferenczy Museum Center

Derniers articles sur la Hongrie: