7.16.2024

Des tirs de catapultes géantes découverts sur le site du château de Kenilworth

Le château de Kenilworth, situé dans la ville de Kenilworth dans le Warwickshire, en Angleterre, est à la fois un palais semi-royal et une forteresse historique.

Des tirs de catapultes géantes découverts sur le site du château de Kenilworth 
Image Credit : English Heritage


Fondé dans les années 1120, le château a été le théâtre de la destitution d'Édouard II du trône d'Angleterre et de la réception d'Elizabeth I par le comte de Leicester en 1575.

Pendant la Première Guerre civile (1642 à 1646), Kenilworth constitua un contrepoids utile au bastion parlementaire de Warwick. Après la défaite des forces royalistes, le château devint une ruine romantique et une attraction touristique populaire au fil des siècles.

Des travaux récents visant à améliorer un chemin dans le parc du château ont permis la découverte de huit tirs de catapultes géantes. Selon les archéologues, les pierres remontent au siège de Kenilworth  en 1266, un siège de six mois du château pendant la Seconde Guerre des Barons.

Le conflit opposait un certain nombre de barons dirigés par Simon de Montfort (qui avait la garde du château de Kenilworth) contre les forces royalistes du roi Henri III, et plus tard de son fils, le futur roi Édouard Ier.

Selon les récits historiques, le siège était le plus important de l'Angleterre médiévale et impliquait de nombreuses « turres ligneas » (tours en bois), des trébuchets et des catapultes qui lançaient des objets énormes. Les pierres sont de différentes tailles, la plus grosse pesant 105 kg et la plus petite seulement 1 kg. 

"Celles-ci ont dû causer de sérieux dégâts s’ils elles ont été tirées depuis des machines de guerre. Les archives montrent que l’une des tours de siège en bois d’Henri III, contenant environ 200 arbalétriers, a été détruite par un seul tir bien ciblé", a rapporté Will Wyeth, historien des propriétés d’English Heritage.
 

Source:

Heritage Daily: "Giant catapult shots discovered from siege of Kenilworth Castle"

7.09.2024

Les régimes alimentaires des anciens syriens sont similaires au « régime méditerranéen » moderne

Une étude des pratiques agropastorales et alimentaires des populations vivant dans l’ancienne Syrie a révélé qu’elles vivaient selon un régime alimentaire similaire au « régime méditerranéen » moderne.

Les régimes alimentaires des anciens syriens sont similaires au « régime méditerranéen » moderne 
Carte et photos de Tell Tweini. (a) Carte de la Méditerranée orientale montrant l’emplacement de Tell Tweini dans la Syrie actuelle. (b) Photo de maisons de l'âge du bronze et du fer provenant des fouilles du champ A (prise par Joachim Bretschneider). (c) Photo d'une tombe de l'âge du bronze moyen avec des céramiques chypriotes (prise par Joachim Bretschneider). (La carte a été générée à l'aide de GMT 5.2.1. avec la mise en page finale créée à l'aide d'Adobe Illustrator CC 2019 V.23.1.1.). Source: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0301775.g001

Selon un article publié dans la revue PLOS ONE, les habitants de Tell Tweini, une ancienne colonie de l'âge du bronze près de la ville côtière syrienne de Jableh, vivaient principalement de céréales, de raisins, d'olives et de petites quantités de viande et de produits laitiers.

Des archéologues de l'Université de Louvain et de l'Université de Tübingen ont mené une analyse isotopique de restes de plantes, d'animaux et d'humains, fournissant ainsi une feuille de route sur la manière dont les nutriments circulaient dans la chaîne alimentaire et les systèmes agricoles.

Les résultats indiquent qu'au cours de l'âge du bronze moyen (2000 à 1600 avant JC), les habitants avaient un faible niveau d'isotopes d'azote, ce qui suggère qu'ils mangeaient principalement des plantes telles que les céréales et les olives.

Cependant, des fouilles ont également mis au jour des restes de moutons, de chèvres et de bovins de cette période, indiquant que les animaux étaient parfois utilisés comme source de protéines et également pour le lait.

Selon le journal, ce régime est très similaire au « régime méditerranéen » moderne et présenterait plusieurs avantages pour la santé. Il a été démontré que ce régime réduit le risque de maladie cardiaque, de syndrome métabolique, de diabète, de certains cancers, de dépression et améliore les fonctions mentales et physiques.

Les auteurs ajoutent : "Grâce aux progrès interdisciplinaires et techniques de la science archéologique, nous pouvons non seulement spéculer sur l’existence d’une longue tradition culturelle du régime méditerranéen à travers des déterminations taxonomiques et typologiques, mais aussi étendre ces découvertes à travers des analyses supplémentaires, par exemple des isotopes stables dans les restes humains, animaux et végétaux, et contribuer ainsi à une meilleure compréhension de l’émergence des traditions culturelles dans leur ancrage dans les dynamiques environnementales et sociales."

Lien vers l'étude:

Source:

7.07.2024

Une découverte révèle qu'un rituel aborigène se transmet depuis plus de 12 000 ans

Deux bâtons légèrement brûlés et recouverts de graisse découverts dans une grotte australienne seraient la preuve d'un rituel de guérison transmis sans modification par plus de 500 générations d'Autochtones au cours des 12 000 dernières années.

Une découverte révèle qu'un rituel aborigène se transmet depuis plus de 12 000 ans 
Les deux foyers miniatures avec des bâtons taillés dans la grotte Cloggs. Crédit : Nature Comportement Humain (2024). DOI : 10.1038/s41562-024-01912-w
 

Les bâtons de bois, découverts dans de minuscules foyers, montrent que le rituel, documenté dans les années 1880, était partagé via des traditions orales depuis la fin de la dernière période glaciaire, selon une étude publiée dans la revue Nature Human Behaviour.

La découverte a été faite à l'intérieur de la grotte Cloggs, au pied des Alpes victoriennes, dans le sud-est de l'Australie, dans une région longtemps habitée par le peuple Gunaikurnai.


Lorsque la grotte a été fouillée pour la première fois dans les années 1970, les archéologues ont découvert les restes d'un kangourou géant, disparu depuis longtemps, qui y vivait auparavant.


Mais les Gunaikurnai n'ont pas été impliqués dans ces fouilles, "et on ne leur a pas non plus demandé l'autorisation d'y faire des recherches", a déclaré l'auteur principal de l'étude, Bruno David, de l'université Monash. D'autres fouilles à partir de 2020 ont inclus des membres de la Gunaikurnai Land and Waters Indigenous Corporation (GLaWAC) locale.

En creusant soigneusement le sol, l'équipe a trouvé un petit bâton qui ressortait, puis elle en a trouvé un autre. Les deux bâtons, bien conservés, étaient fabriqués à partir de bois de filao (pin australien).

Chacun a été trouvé dans un foyer séparé de la taille de la paume d’une main, bien trop petite pour avoir été utilisée pour chauffer ou cuire de la viande.

Les extrémités légèrement carbonisées des bâtons avaient été coupées spécialement pour rester dans le feu, et toutes deux étaient enduites de graisse humaine ou animale.

Un bâton avait 11 000 ans et l’autre 12 000 ans, selon une datation au radiocarbone trouvée.

 

"Mémoires de nos ancêtres"

"Ils ont attendu ici tout ce temps que nous apprenions d'eux", a déclaré Russell Mullett, ancien Gunaikurnai, co-auteur de l'étude et directeur du GLaWAC.

Mullett a passé des années à essayer de découvrir à quoi ils auraient pu servir, avant de découvrir les récits d'Alfred Howitt, un anthropologue australien du XIXe siècle qui a étudié la culture aborigène.

Certaines notes de Howitt n'avaient jamais été publiées et Mullett a expliqué qu'il avait mis beaucoup de temps à convaincre un musée local de les partager.

Dans les notes, Howitt décrit à la fin des années 1880 les rituels des guérisseurs de Gunaikurnai appelés "mulla-mullung".

Un rituel consistait à attacher quelque chose appartenant à une personne malade au bout d'un bâton de jet enduit de graisse humaine ou de kangourou. Le bâton était ensuite enfoncé dans le sol avant qu'un petit feu ne soit allumé en dessous. 

"Le mulla-mullung scandait alors le nom de la personne malade, et une fois le bâton tombé, le charme était terminé", indique un communiqué de l'Université Monash.

Les bâtons utilisés dans le rituel étaient en bois de casuarina, a noté Howitt.

Jean-Jacques Delannoy, géomorphologue français et co-auteur de l'étude, a déclaré qu'"il n'existe aucun autre geste connu dont la symbolique ait été préservée aussi longtemps. L'Australie a gardé vivante la mémoire de ses premiers peuples grâce à une tradition orale puissante qui a permis sa transmission. Mais dans nos sociétés, la mémoire a changé depuis que nous sommes passés à l'écrit, et nous avons perdu ce sens."

Les aborigènes d'Australie constituent l'une des cultures vivantes les plus anciennes, et Mullett estime que cette découverte était "une opportunité unique de pouvoir lire les mémoires de nos ancêtres. Un rappel que nous sommes une culture vivante encore liée à notre passé ancien".

Lien vers l'étude:

Source:

Derniers articles sur les aborigènes d'Australie:

7.02.2024

Italie: découverte d'un mur construit pour contenir Spartacus

Le Dr Paolo Visona (Université du Kentucky) a dévoilé une découverte passionnante dans la forêt de Dossone della Melia, dans le centre-sud de la Calabre en Italie. 

Il a dirigé une petite équipe qui a identifié un mur de pierre et des travaux de terrassement s'étendant sur 2,7 km. 

Découverte d'un mur construit pour contenir Spartacus 
Image Credit : Archaeological Institute of America
 

Le mur, à l'origine accompagné d'un profond fossé caractéristique d'un système défensif romain de fossé et d'agger, a été identifié de manière concluante comme faisant partie des structures construites par le général romain Marcus Licinius Crassus pour contenir le chef de la révolte des esclaves Spartacus et ses forces.

Visona pense que Spartacus a attaqué le mur dans le but de se libérer du piège que Crassus lui avait construit. La découverte de nombreuses armes en fer brisées, notamment des manches d'épées, de grandes lames incurvées, des pointes de javelot, un fer de lance et d'autres débris métalliques, indiquent qu'une bataille a eu lieu sur le site.

Selon le Dr Visona, la découverte a été rendue possible grâce aux informations d’un groupe local d’écologistes qui connaissaient l’existence du mur mais étaient perplexes quant à ce qu’il pouvait être. 

L’équipe a étudié le mur et le fossé à l’aide d’un radar à pénétration de sol, d’un LIDAR, d’une magnétométrie et d’un carottage du sol.

L’équipe de Visona, un groupe diversifié d’experts de différents domaines, dont le professeur George M. Crothers de l’Université du Kentucky, anthropologue et spécialiste en géophysique ; Margo T. Crothers, étudiante en deuxième année à l'Université Washington de Saint Louis ; et James R. Jansson, membre fondateur de la Fondation pour l'archéologie calabraise et membre de longue date de l'Institut archéologique d'Amérique, ont collaboré efficacement pour réaliser cette découverte importante.

 

Source:

Archaeological Institute of America : "Wall Built to Contain Spartacus Discovered"

7.01.2024

Une structure circulaire utilisée pour des rites de guérison découverte à Tecacahuaco au Mexique

Des archéologues de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) ont découvert une structure préhispanique utilisée par les habitants pour des rites de guérison à Tecacahuaco, une ville de l'État d'Hidalgo, au Mexique.

Une structure circulaire utilisée pour des rites de guérison découverte à Tecacahuaco au Mexique 
Photo: Gerardo Peña, INAH.

D'après des légendes orales racontées par les anciens de la ville, un prêtre aurait ordonné la destruction de monuments et d’idoles de la région, les considérant comme des vestiges immoraux du paganisme.

Malgré les destructions, les guérisseurs ont continué à visiter une petite colline considérée comme sacrée, faisant des offrandes cérémonielles d'alcool, de pain ou de zacahuil (grand tamal) pour guérir les malades. Cette pratique est un syncrétisme représentant un mélange de rituels catholiques et de traditions sacrées préhispaniques.

Suite à des travaux agricoles effectués par un agriculteur local, la colline s'est révélée contenir des vestiges architecturaux d'une structure monumentale. D'autres fouilles menées par les archéologues de l'INAH ont mis au jour un bâtiment préhispanique à base circulaire, mesurant à l'origine 15 mètres de diamètre.

La structure mesure 3,5 mètres de haut et comporte un escalier central flanqué de deux alfardas (escarpes). Une datation préliminaire, basée sur des découvertes en surface de fragments d'obsidienne, suggère que la structure date d'environ 900 à 1521 après JC pendant la période post-classique.

La dernière fin de la période post-classique a vu l’assujettissement des cultures et civilisations mésoaméricaines et le début de la période coloniale sous la domination espagnole.

Selon les chercheurs, le but de la structure est inconnu et l'absence de colonies préhispaniques majeures dans la région de Huasteca la rend encore plus mystérieuse. L'équipe suppose que la structure était probablement sous le contrôle du Metztitlán, un État Otomi puissant et indépendant qui a résisté à la conquête par l'empire aztèque.

D'après Osvaldo José Sterpone de l'INAH, "c'est le premier projet que l'INAH entreprend à Tecacahuaco, une ville de la région de Huasteca, Hidalgo". Le nom nahuatl de la ville se traduit par « lieu de pierre creuse ».

Une étude des environs a également révélé d'autres vestiges architecturaux à proximité, notamment un terrain de jeu de balle mesurant 18 mètres de long.

Source:

Derniers articles sur le Mexique:

6.30.2024

Une nouvelle étude bouleverse la théorie sur le transport des pierres bleues de Stonehenge

Une nouvelle étude, publiée dans la revue Quaternary Newsletter, suggère que le canal de Bristol était une voie de transport glaciaire.

En témoigne la découverte d'un grand bloc erratique dans la baie de Limeslade, qui trouve ses origines dans le nord du Pembrokeshire. Un bloc erratique est une roche ou un rocher déposé par les glaciers qui diffère des types de roches indigènes.

Une nouvelle étude bouleverse la théorie sur le transport des pierres bleues de Stonehenge 
Le rocher erratique reposant dans sa crevasse entre les marques de marée sur l'estran rocheux calcaire. À une extrémité, il présente une section transversale plus ou moins triangulaire. La forme du dessous n'est pas connu. Photo: Quaternary Newsletter

L'erratique de Limeslade est une roche ignée à base de dolérite, découverte pour la première fois en 2022 sur une plate-forme côtière calcaire sous la laisse de marée haute. Les blocs erratiques ne peuvent pas provenir de n'importe où dans la région de la baie, puisque la péninsule de Gower est presque entièrement constituée de roches sédimentaires du Carbonifère et du Dévonien.

D'après le Dr Brian John, auteur, géomorphologue à la retraite et professeur d'université, le bloc erratique de Limeslade a été transporté vers l'est par le canal de Bristol par un puissant glacier pendant la période glaciaire.

"Le courant de glace responsable de l’entraînement puis du transport de l’énorme rocher provient de la mer d’Irlande, dans le cadre de l’immense calotte glaciaire britannique et irlandaise. Il a traversé le Pembrokeshire du nord-ouest vers le sud-est, puis a basculé vers l'est en remontant le canal de Bristol", a expliqué le Dr John.

 

Cette théorie est étayée par d'autres exemples de blocs erratiques trouvés sur les rives du canal de Bristol, qui ont une incidence directe sur le débat sur le transport des pierres bleues de Stonehenge.

L’assemblage de pierres bleues de Stonehenge se compose d’au moins 30 types de roches différents, dont beaucoup présentent les caractéristiques d’erratiques glaciaires abandonnés depuis longtemps.

La théorie dominante, proposée par le géologue Herbert Thomas en 1923, suggère que les pierres bleues ont été transportées des collines de Preseli jusqu'à la plaine de Salisbury par nos ancêtres néolithiques. Thomas a soutenu que le transport glaciaire était « impossible », notant qu’à cette époque, la glace des glaciers ne s’étendait que sur une courte distance au-delà de la côte sud du Pembrokeshire.

Selon le Dr John, cette hypothèse ne tient pas compte des preuves substantielles d'une glaciation étendue et du fait que la glace a effectivement atteint le bord du plateau continental de la mer Celtique, à plus de 200 kilomètres au-delà des îles Scilly. Le Dr John suggère que la glace doit s'être étendue vers l'est jusqu'aux Somerset Levels et à l'escarpement de craie du Wiltshire.

Pour le Dr John : "Les preuves géologiques montrent que le rocher de Limeslade provient probablement de quelque part près de la côte nord du Pembrokeshire, mais pas de Mynydd Preseli. Cela confirme que la glace dominante a ramassé des rochers et des débris erratiques provenant de nombreux endroits différents. Certains rochers ont été transportés sur de courtes distances et d’autres sur des centaines de kilomètres avant d’être déversés." 

"Nos ancêtres néolithiques étaient peut-être héroïques. Mais ils n’étaient pas stupides, et il est probable qu’ils ont rassemblé les pierres bleues qu’ils ont découvertes dans la plaine de Salisbury et les ont utilisées plus ou moins là où elles se trouvaient", a conclu le Dr John.

Lien vers l'étude:

Source 

Derniers articles sur Stonehenge:

6.28.2024

Un reliquaire vieux de 1 500 ans découvert en Autriche

Le 4 août 2022, une équipe de chercheurs dirigée par l'archéologue Gerald Grabherr a fait une découverte spectaculaire dans une église paléochrétienne du Burgbichl, dans la commune d'Irschen, dans le sud de l'Autriche : un sanctuaire en marbre mesurant environ 20 sur 30 centimètres était caché sous l'autel de la zone de la chapelle latérale.

Un reliquaire vieux de 1 500 ans découvert en Autriche
Les fragments de la custode en ivoire trouvés dans un sanctuaire en marbre disposé en panorama. Crédit : Université d’Innsbruck


Le sanctuaire contenait une custode en ivoire très fragmentée, richement décorée de motifs chrétiens. C'est un reliquaire qui est normalement emporté comme partie « la plus sainte » lorsqu'une église est abandonnée. Mais dans ce cas-ci, il a été laissé de côté. Il s'agit de la première custode de ce type découverte dans un contexte archéologique en Autriche.

"Nous connaissons environ 40 boîtes en ivoire de ce type dans le monde et, autant que je sache, la dernière fois qu'une d'entre elles a été trouvée lors de fouilles, c'était il y a environ 100 ans. Les quelques custodes qui existent sont soit conservées dans les trésors des cathédrales, soit exposées dans des musées", rapporte le chercheur, Gerald Grabherr.

 

Une conservation complexe

Depuis sa découverte, ce reliquaire en ivoire très fragile, vieux de 1 500 ans, est conservé à l'Université d'Innsbruck. "L'ivoire, en particulier l'ivoire stocké au sol comme dans le sanctuaire en marbre, absorbe l'humidité de son environnement et est très mou et facilement endommageable dans cet état. De plus, un séchage incontrôlé peut entraîner des retraits et des fissures et donc des dommages irréparables.", explique Ulrike Töchterle, responsable de l'atelier de restauration d'Innsbruck.

Au cours des deux dernières années, elle a sauvegardé les différents morceaux de la custode en ivoire à un point tel qu'ils peuvent être analysés scientifiquement.

"En raison de l'humidité très élevée (90 %) dans le sanctuaire en marbre immédiatement après la récupération, le risque de condensation et de formation de moisissures était très élevé et le contenu ne devait pas sécher trop rapidement. Cela signifiait que nous devions assurer un processus de séchage très minutieux et prolongé."

 
Les fragments de la custode en ivoire disposés en rond sur un fond blanc. Crédit : Université d’Innsbruck

Les parties les plus grandes sont déformées, ce qui explique pourquoi la custode ne peut plus être restaurée dans son état d'origine. Les chercheurs travaillent cependant sur une reconstruction 3D.

Alors que les archéologues pensaient initialement que les restes d'un saint, c'est-à-dire une relique au sens classique du terme, avaient également été trouvés dans la boîte en marbre, la superposition des fragments trouvés dans le sanctuaire indique que la custode en ivoire était déjà brisée sous l'antiquité tardive et fut enterrée dans l'autel.

La représentation de saints


À une extrémité, la custode représente un personnage au pied d'une montagne : l'homme représenté détourne le regard et une main s'élève du ciel au-dessus de lui, plaçant quelque chose entre ses bras. "C'est la représentation typique de la transmission des lois à Moïse sur le mont Sinaï, le début de l'alliance entre Dieu et l'homme de l'Ancien Testament", explique Grabherr.

Viennent ensuite des représentations de personnages bibliques. À la fin, on peut voir un homme sur un char auquel sont attelés deux chevaux – et ici aussi, une main sortant des nuages ​​tire ce personnage vers le ciel.

"Nous supposons qu'il s'agit d'une représentation de l'ascension du Christ, l'accomplissement de l'alliance avec Dieu. La représentation de scènes de l'Ancien Testament et leur lien avec des scènes du Nouveau Testament sont typiques de l'Antiquité tardive et correspondent donc à notre custode ; cependant, la représentation de l'Ascension du Christ avec ce qu'on appelle un bige, un char à deux chevaux, est très particulière et jusqu'ici inconnue" ajoute Grabherr.

 

Des analyses complémentaires

Plusieurs investigations complémentaires sur le reliquaire d'Irschen sont actuellement en cours. "D'une part, il nous reste à déterminer l'origine exacte du marbre, mais nous voulons également préciser l'origine de l'ivoire de l'éléphant grâce à des analyses d'isotopes stables. Les composants métalliques - les charnières de la custode étaient en métal - sont également encore en cours d'examen, tout comme la colle utilisée pour l'ivoire", explique le restaurateur Töchterle.

Enfin, des pièces en bois ont également été trouvées dans la boîte en marbre, probablement des parties du fermoir de la custode. Cela ne peut pas être complètement exclu, mais il est peu probable qu'il s'agisse finalement d'une relique. "Ces morceaux de bois sont également analysés de plus près. Nous nous intéressons particulièrement au type de bois et à son origine, ainsi que son âge", explique Töchterle.

 

Le contexte : un village perché à Irschen

Irschen est une commune de la vallée carinthienne de la Drave, dans le sud de l'Autriche, où des archéologues de l'université d'Innsbruck mènent des fouilles depuis 2016. Ils étudient un habitat antique tardif au sommet d'une colline, abandonné depuis environ l'an 610 et jusqu'à aujourd'hui complètement oublié, couvrant une superficie d'environ un hectare.

Jusqu'à présent, les chercheurs ont trouvé et documenté plusieurs habitations, deux églises chrétiennes et une citerne, en plus des effets personnels des anciens habitants du village ; des fonts baptismaux en forme d'étoile et un reliquaire ont été découverts dans l'une des églises.

Grabherr dit : "Vers la fin de l'Empire romain, les temps sont devenus plus incertains, en particulier dans les provinces périphériques de l'empire, y compris la région qui est aujourd'hui l'Autriche. Pour cette raison, à partir du 4ème siècle environ, les habitants ont de plus en plus fondé des colonies sur les sommets des collines qui étaient plus faciles à défendre et quittaient le fond de la vallée."

L'année 610 marque un tournant : cette année-là, la bataille d'Aguntum a lieu non loin de la colonie d'Irschen, où une armée slave rencontre les armées et les colons Baiuvari. Cette bataille, remportée par les Slaves, marque la fin de l'affiliation de la région avec l'ancien monde méditerranéen mais aussi avec le christianisme : les colons slaves apportent avec eux leur propre monde de dieux. Le village du Burgbichl est abandonné au plus tard depuis cette époque.

Source:

6.24.2024

Des archéologues découvrent une structure monumentale en République Tchèque

Des archéologues de l'Université de Hradec Králové ont découvert une structure de monticule géant lors de recherches archéologiques préliminaires le long du tracé de l'autoroute D35 Plotiště-Sadová en République Tchéque.

Des archéologues découvrent une structure monumentale en République Tchèque 
Vue aérienne de la structure. Credit: Department of Archeology FF UHK

Les fouilles ont révélé une « gouttière trapézoïdale allongée », caractéristique typique des tumulus longs, mesurant 190 mètres de long. Selon les chercheurs, cette découverte est le plus long monument de ce type connu en Europe.

Les estimations datent le monument du Chalcolithique, période qui vit la transition entre le Néolithique et l'Âge du Bronze et identifiée par une augmentation de l'utilisation du cuivre fondu.

Selon les chercheurs, le monument est probablement associé à la culture des vases à entonnoir ou encore culture des gobelets à entonnoir (3800-3350 avant JC), du nom de leurs céramiques, béchers et amphores aux sommets en forme d'entonnoir.

Dans le contexte de l'hypothèse de Kourgane, la culture est considérée comme non indo-européenne, représentant une culture d'origine néolithique, par opposition aux peuples de langue indo-européenne qui ont ensuite envahi l'est.

Le monticule lui-même a été entièrement labouré en raison de l'activité agricole, cependant, les fouilles ont déterminé que le mont mesure 15,1 mètres de large et est orienté dans la direction nord-est-sud-ouest.

L'Université de Hradec Králové rapporte: "En plus de la tranchée périphérique, nous avons également réussi à trouver l'entrée du monticule, qui est préservée sous la forme de trous de poteaux et d'une tranchée".

Les chercheurs ont également découvert 29 sépultures associées au tumulus. Deux de ces sépultures sont situées dans la zone centrale et présentent des restes squelettiques placés sur leur côté gauche orienté vers le nord.

Plusieurs objets déposés en offrande ont été mis au jour lors de l'étude du monument à proximité des sépultures centrales. Cela comprend des fragments de céramique, quatre pointes de flèches en silex et une lame en silex.

Source: