6.15.2017

Le site mégalithique de Rego Grande: le Stonehenge d'Amazonie

En tant que contremaître d'un éleveur de bétail dans les limites de l'Amazonie brésilienne, Lailson Camelo da Silva arrachait des arbres pour transformer la forêt tropicale en pâturage lorsqu'il trébucha sur un étrange arrangement de blocs de granites imposants.

Rego Grande: Stonehenge,d'Amazonie

Après avoir mené des analyses au radiocarbone et effectué des mesures pendant le solstice d'hiver, des spécialistes en archéoastronomie ont déterminé qu'une culture indigène avait disposé les mégalithes pour en faire un observatoire astronomique il y a environ 1000 ans, soit 5 siècles avant le début de la conquêtes des Amériques par les européens.

Ces découvertes, ainsi que d'autres trouvailles archéologiques au Brésil ces dernières années (tels que des sculptures en terre géantes, des restes d'enceintes fortifiées et même des réseaux routiers complexes), mettent fin aux vues antérieures des archéologues qui soutenaient que l'Amazonie avait été relativement peu touchée par les hommes, à l'exception de petites tribus nomades.

Au contraire, certains spécialistes affirment maintenant que la plus grande forêt tropicale du monde était beaucoup moins «édénique» que précédemment imaginée, et que l'Amazonie abritait une population de près de 10 millions de personnes avant que les colonisateurs européens ne soient à l'origine d'épidémies et de massacres à grande échelle (voir à ce sujet l'article que j'ai publié en 2012: Polémique sur le peuplement préhistorique du bassin de l'Amazone).

Rego Grande: Stonehenge,d'Amazonie
Poteries de Calçoene dans l'Institut de Recherche Scientifique et Technique d'Etat d'Amapá. Credit Dado Galdieri

Dans ce qui est aujourd'hui l'état peu peuplé d'Amapá dans le nord du Brésil, les pierres du soleil trouvées par da Silva près d'une rivière appelée "Rego Grande" apportent des indices sur la façon dont les populations indigènes en Amazonie étaient bien plus avancées que ne l’estimaient les archéologues au 20ème siècle.

"Nous commençons à rassembler les pièces du puzzle de l'histoire humaine du Bassin de l'Amazonie, et ce que nous avons trouvé à Amapá est absolument fascinant" rapporte Mariana Cabral, archéologue à l'Université Fédérale de Minas Gerais, qui avec son mari, João Saldanha, aussi archéologue, ont étudié le site de Rego Grande au cours de la dernière décennie.

A la fin du 19ième siècle, le zoologue suisse Emilio Goeldi avait déjà localisé des mégalithes, de grandes pierres monumentales, lors d'une expédition à travers la frontière brésilienne avec le français Guiana. D'autres érudits, dont l'archéologue pionnier américain Betty Meggers, sont aussi venus sur de tels sites, mais ils estimaient que l'Amazonie était inhospitalière pour des implantations humaines complexes.


Ce n'est pas avant da Silva, parvenu jusqu'au Rego Grande en déforestant la jungle environnante dans les années 1990 que les chercheurs ont apporté plus d'attention aux découvertes. 


Da Silva a déclaré qu'il était déjà tombé sur le site pendant une chasse au sanglier lorsqu'il était adolescent dans les années 1960, mais il avait ensuite évité la zone. "L'endroit semblait sacré, comme si nous n'avions pas de place ici," rapporte da Silva qui est aujourd’hui gardien du site de Rego Grande, "Mais il était impossible de le manquer pendant le déboisement des années 90, lorsque la priorité était de brûler les arbres."

Il y a environ 10 ans (je viens de voir que j'en avais fait déjà un court article en 2007: Découverte d'un Stonehenge brésilien ), après après avoir obtenu des fonds publics pour stabiliser les pierres, les archéologues brésiliens, dirigés par Ms. Cabral et Mr. Saldanha, ont commencé les fouilles sur le site qui a à peu près la forme d'un cercle.

Ils ont vite identifié une portion de rivière à environ 3km où les blocs de granites ont probablement été extraits. Ils ont aussi trouvé des urnes funéraires en céramique, ce qui suggère qu'au moins une partie du site de Rego Grande a pu être un cimetière.

Les collègues de l'Institut des Recherches Scientifiques et Techniques d'Amapá ont découvert que l'une des grandes pierres semblait être alignée avec le trajet du soleil lors du solstice d'hiver.

Après avoir identifié d'autres points sur le site où les pierres pouvaient être associées au mouvement du soleil lors du solstice, les chercheur ont commencé a dessiner une théorie sur le site de Rego Grande qui a pu avoir des fonctions astronomiques mais aussi cérémonielles, en lien avec des cycles d'agriculture ou de chasse.

Cabral rapporte que Rego Grande ainsi qu'une séries d'autres sites mégalithiques élaborés découverts en Amapá ont pu aussi servir de repère pour les chasseurs ou les pêcheurs dans un paysage qui a été transformé par les peuples amazoniens il y a un millénaire.


Cependant, d'autres savants estiment que d'avantage d'informations sont nécessaires sur Rego Grande pour le mettre au niveau des lieux préhistoriques clairement conçus pour les observations astronomiques. "Nous avons vu beaucoup de revendications similaires, mais il faut plus qu'un cercle de pierres levées pour en faire un Stonehenge" ajoute Jarita Hollbrook, spécialiste de la physique et astronomie culturelle à l'Université du Cap-Occidental en Afrique du Sud, citant la nécessité de plus de résultats sur les caractéristiques de Rego Grande et sur la façon dont le site a été utilisé par les personnes qui l'ont construit.

Rego Grande: Stonehenge,d'Amazonie
Lailson Camelo da Silva, le gardien de l'observatoire mégalithique d'Amapá. Credit Dado Galdieri

 

Pour le moment, Rego Grande, que les habitants locaux appellent le Stonehenge amazonien, reste énigmatique.



Les chercheurs essayent encore de déterminer comment Rego Grande s'inscrit dans l'évolution de l'histoire humaine de l'Amazonie

Des représentants du peuple indigène Palikur, vivant en Amapá et en Guyane française, ont récemment déclaré que leurs ancêtres avaient fréquenté Rego Grande. Mais, les archéologues font preuve de prudence sur l'établissement de tels liens, en soulignant combien peuvent changer les sociétés humaines sur une durée de mille ans.

Ms Cabral, qui a passé des années à étudier Rego Grande, rapporte que les preuves de grandes implantations restent insaisissables, contrairement à d'autres sites en Amazonie comme Kuhikugu, aux sources de la rivière Xingu: les chercheurs ont pu faire un parallèle avec les légendes entourant la cité perdue mythique de Z, qui a longtemps attirée aventuriers et explorateurs.

En attendant, John McKim Malville, physicien solaire à l'Université du Colorado qui écrit beaucoup sur l'archéoastronomie,  a mis l'accent sur la façon dont le champ évolue depuis la concentration exclusive sur les fonctions astronomiques jusqu'à des interprétations plus holistiques, en incluant les cérémonies et rituels des anciennes cultures.

En ce sens, le site de Calçoene (où se situe Rego Grande), offre un aperçu séduisant sur le passé secret de l'Amazonie.

"Les pierres de Rego Grande sont assez extraordinaires et leurs irrégularités peuvent avoir leur propre signification, différente des autres sites mégalithiques autour du monde." ajoute Malville estimant possible que Rego Grande reflète l'importance dans les cultures amazoniennes de l'animisme, l'attribution d'une âme à des entités dans la nature et même à des objets inanimés.

"Nous ne pouvons cependant que spéculer sur ce qui signifie ces pierres", conclu-t-il.


Source:

Derniers articles sur le Brésil:

Aucun commentaire: