5.16.2008

Génétique: Les hommes se seraient divisés en deux groupes distincts il y a 100000 ans

D'après, le Docteur Saharon Rosset (Ecole des sciences mathématiques de l'université de Tel Aviv), la race humaine a été divisée en deux groupes distincts au sein de l'Afrique à la moitié de son existence.

Le changement climatique, la réduction des populations et des conditions de vie difficiles seraient à l'origine de cette séparation.

Saharon M. Rosset a travaillé avec le chef d'équipe Doron Behar du Centre Médical de Rambam afin d'analyser l'ADN africain.
Leur objectif était d'étudier les comportements obscurs des populations, il y a de cela plusieurs centaines de milliers d'années.
Rosset a déclaré que l'équipe tente de comprendre le calendrier et la dynamique de la séparation entre au moins deux groupes distincts.

"Nous voulions étudier l'histoire ancienne de notre espèce. Avons-nous vécu de façon unie ou avons nous été fracturé en petits groupes ? Jusqu'à présent, cela n'a jamais été vraiment très clair", dit Rosset.
Les chercheurs pensent, qu'il y a près de 60000 ans, l'homme moderne a commencé son voyage épique pour peupler le monde.
C'est sur cette période que s'est concentré, jusqu'ici, la recherche génétique anthropologique.

Cependant ,l'histoire démographique de notre espèce au cours des 140000 ans en Afrique est relativement peu connue.
Dans la présente étude, l'attention est recentrée sur l'Afrique et, par conséquent, améliore la compréhension des premiers Homo sapiens moderne de l'histoire, avant leur sortie du continent.
"Ces premières populations humaines sont petites et isolées les unes des autres de plusieurs dizaines de milliers d'années," dit Rosset.
L'équipe de recherche s'est basée sur une étude de l'ADN mitochondrial africaine (ADNmt) et est la plus vaste enquête de ce type. Elle comprenait plus de 600 génomes complets de l'ADN mitochondrial des populations autochtones à travers le continent.
L'ADN mitochondrial, hérité de la lignée maternelle, a été utilisé en 1987 pour découvrir l'âge de la célèbre "Eve Mitochondriale" (ancêtre féminine commune à toute l'humanité actuelle et qui a légué son ADN mitochondrial à tous les humains). Ce travail a depuis été utiliser pour montrer sans équivoque que la «Eve mitochondriale» est une femme africaine qui a vécu au cours des 200000 dernières années.
Des données récentes suggèrent que l'Afrique de l'Est a connu une série de sécheresses massives entre 90000 et 135000 ans.
Il est possible que ce changement de climat ait contribué à la division de la population.
Ce qui est surprenant, c'est la longueur du temps pendant lequel ces populations sont restées distinctes: environ la moitié de l'ensemble de notre histoire.

Dr Spencer Wells, directeur du Projet Génographique a déclaré: "Cette nouvelle étude montre l'extraordinaire pouvoir de la génétique pour éclairer quelques-uns des principaux événements de notre histoire. Des petits groupes d'hommes se séparant du fait de conditions environnementales difficiles, et se retrouvant pour ensuite peupler le monde. Une histoire écrite dans notre ADN. "
Selon, Rosset, "les Israéliens et les Juifs ont toujours été curieux de comprendre leurs racines. Cette étude nous a permis de creuser beaucoup plus profondément qu'en tant normal.
Source:
  • American friends Tel Aviv university: "Long Lost Sisters"

Liens:

Liens à propos du projet génographique:
Le projet génographique ( The Genographic Project) est une vaste étude d'anthropologie génétique lancée en avril 2005 et prévue pour durer 5 ans, dans le but de cartographier les migrations humaines, en réalisant l'analyse de l'ADN d'échantillons prélévés sur plus de 100 000 personnes à travers les 5 continents.

Aucun commentaire: