6.27.2018

Une amulette islamique vieille de 1000 ans trouvée à Jérusalem

Les archéologues fouillant l'un des plus anciens endroits de Jérusalem ont trouvé une petite amulette islamique à travers laquelle un homme, du nom de Kareem, qui vivait dans la cité il y a plus de mille ans, recherchait la protection d'Allah.

Portant une magnifique inscription en arabe, le talisman rarissime de la taille d'une miniature a été daté du IXe ou Xe siècle de l'ère commune, l'époque du Califat abbasside.

Une amulette islamique vieille de 1000 ans trouvée à Jérusalem
L'amulette trouvée dans la cité de David

L'écriture pieuse apparaît sur deux lignes et a été traduite ainsi: "Kareem fait confiance à Allah - Le Seigneur des Mondes est Allah."

"Le but d'une amulette comme celle-ci est d'obtenir une protection personnelle" rapporte le Dr Yiftah Shalev de l'Israel Antiquities Authority (IAA), "C'est comme un Juif qui se promène avec un pendentif portant la prière du Chema Israël. Depuis des temps immémoriaux, le but des amulettes comme celles-ci est de se protéger du mauvais œil."

La première ligne est familière des sceaux et des graffitis que l'on retrouve le long de Darb al-Haj, la route de pèlerinage vers La Mecque, de la même période, autour du VIIIe au Xe siècle de l'ère commune.

La seconde ligne est légèrement érodée et son interprétation est basée sur des phrases similaires trouvées sur des sceaux personnels et dans le Coran.


Le califat abbasside

Les abbassides, qui descendraient de l'oncle du Prophète Mahomet, Al-Abbas ibn Abd al-Muttalib (566-653 de l'ère commune), furent le troisième califat après l'époque de Mahomet.
Depuis Bagdad, ils ont gouverné un vaste empire, du 8ème au 13ème siècle. À son apogée, l'empire s'étendait de l'Afrique du Nord à l'ouest, recouvrant tout le Golfe Persique, et allait jusqu'en Arménie, Turkestan et Afghanistan. En Israël, lis ont régné de la fin du 8ème siècle jusqu'à la fin du 10ème siècle.

L'amulette a été trouvée au cours de fouilles sur un site se trouvant juste au sud du Mont du Temple, faisant partie de la zone considérée comme le premier noyau habité de la ville.

La zone, appelée aujourd’hui Cité de David (bien qu'il n'y ait pas de preuve archéologique directe de l'existence du roi David), contient des restes allant de l'âge du bronze à la période ottomane, dont des structures laissées par les israélites, romains, arabes et une demie-douzaine d'autres civilisations qui ont laissé leur marque dans Jérusalem à travers les millénaires.

C'est parmi les couches relativement plus tardives du site de fouille que les archéologues ont trouvé l'amulette appartenant il y a plus de 1000 ans à ce fidèle musulman du nom de Kareem.


Une offrande de fondation ?


L'amulette a été datée par le Dr Nitzan Amitai-Preiss, de l'Université Hébraïque de Jérusalem, en se  basant sur la calligraphie qui es typique de la période du troisième califat, sur la datation de la structure dans laquelle l'objet a été trouvé et d'après les fragments de poterie trouvés sur le site, dont une lampe complète typique de la période Abbasside.

La structure est dans pauvre état de conservation observe Shaley: "Nous avons trouvé des murs de fondation et des carreaux de plancher. C'était une structure simple, probablement résidentielle avec un petit artisanat".

Un aperçu du site de fouille.



Les fouilles sur le site, menées par l'IAA et l'Université de Tel Aviv avait déjà permis de mettre au jour les restes d'un grand marché, au-dessus duquel, plus tard, des maisons et une petite industrie ont été érigées. Cette maison ou cet atelier probable correspond avec cette découverte. L'amulette, si petite et finement travaillée, pourrait être un exemplaire de cet artisanat.

Étant donné qu'elle est faite d'argile friable, il y en avait peut-être d'autres comme celle-ci mais elles se sont effritées au cours des siècles. Celle-ci a dû survivre parce qu'elle s'est retrouvée scellée entre les planchers de plâtre On ne sait pas si le talisman y a été placé délibérément lors de la construction, comme une sorte d'offrande de fondation ou bien si Kareem l'avait perdu.



Jérusalem n'était pas la capitale abbasside, mais la cité a été d'une grande importance pour l'islam depuis le début du califat omeyyade (le second après la mort de Mahomet), à cause du Mont du Temple.


Jérusalem est habité depuis au moins 7000 ans, bien avant les grandes religions d'aujourd'hui.


Le sacré préhistorique est apparemment la raison pour laquelle les anciens juifs et plus tard les musulmans y ont construit leurs structures religieuses monumentales.

Les juifs croient que le Mont du Temple est l'endroit où Dieu a rassemblé la poussière pour faire Adam et où le patriarche Abraham a tenté de sacrifier son fils Isaac.

Jérusalem abritait aussi le Temple de Salomon (ou Premier Temple), détruit par les Babyloniens en 587 de l'ère commune, et le Second Temple reconstruit, brûlé par les Romains en 70 de l'ère commune.

L'Islam reconnaît également l'endroit abritant le Temple de Salomon, mais les musulmans le vénèrent principalement comme l'endroit d'où Mahomet est supposé être monté au ciel. Aujourd'hui, le Mont du Temple, connu des musulmans sous le nom d'Al-Haram al-Sharif, le Noble Sanctuaire, abrite le sanctuaire du Dôme du Rocher, le troisième site le plus sacré pour les musulmans.

Le Mont est aussi sacré pour les juifs, abritant plusieurs vestiges du Temple, dont le plus important est le mur occidental, une partie du mur de soutènement construit pour le Second Temple principalement par le roi vassal romain, Hérode le Grand.

Des découvertes récentes indiquent que, contrairement à la tradition, le mur occidental n'a été achevé que 20 ans après la mort du grand roi.


Source:

Liens:

Derniers articles sur  :

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci c'est très intéressant.
Jérusalem est aussi la cité où le Christ, Jésus de Nazareth a été mis à mort et où il est ressuscité du tombeau.
Si on n'a pas (encore) de preuve de l'existence du roi David et de l'ascension de Mahomet, on a en revanche des preuves testimoniales, écrites et d'historiens contemporains de la passion du Christ et de sa vie après le tombeau.

François-Xavier Bodin a dit…

À M. ou Mme Anonyme : c'est intéressant. Quelles preuves s'il vous plaît ?

Audric de Campeau a dit…

Monsieur Bodin, je vous invite à lire Jésus de Petit Fils.
Enquete scientifique d'un historien reconnu par ses pairs, mondialement, catholiques, protestants, mais aussi... athées!
Vraiment excellent.
https://www.babelio.com/livres/Petitfils-Jesus/305634

Anonyme a dit…

Si on n'a pas (encore) de preuve de l'existence du roi David et de l'ascension de Mahomet, on a en revanche des preuves testimoniales, écrites et d'historiens contemporains de la passion du Christ et de sa vie après le tombeau

Faux !

Les premiers témoignages écrits datent de presque 100 ans après la mort de Jésus, c'est comme si moi demain je décrivais une campagne de Napoléon...Je n'y étais pas !!!