10.03.2011

Le Mur d'Antonin comble des lacunes d'histoire dans l'occupation romaine de la Grande Bretagne


Le mur d'Antonin est l'un des monuments les plus énigmatiques de l'Empire romain. Situé en Ecosse, entre les estuaires de la Firth of Forth et Clyde, il a brièvement marqué le point le plus septentrional de l'empire romain entre les années 140 et 160 après JC.
Le mur d'Antonin a été construit au début du règne d'Antonin le Pieux, successeur d'Hadrien comme empereur; il a repoussé la frontière romaine au nord du mur d'Hadrien en vue de garantir une victoire militaire qui devait bon effet pour son retour à Rome.



Selon le directeur du Musée Hunterian, le professeur David Gaimster, "ce fut un acte de propagande par un empereur qui n'avait pas réellement en main le commandement militaire, et son succès a assuré sa position."

Aujourd'hui, des dalles finement sculptées du mur sont rassemblées pour la première fois et forment la pièce maîtresse d'une nouvelle galerie au Musée Hunterian à Glasgow.


Les soldats des légions II Augusta, VI Victrix and XX Valeria Victrix qui ont construit cet imposant mur de tourbe ont gravé et sculpté ces pierres commémorant les sections qu'ils avaient construit.


L'étude de ces dalles apportent des informations supplémentaires sur l'occupation romaine à cette époque.

Les sculptures sont, en général, plus élaborées et richement décorés que leurs homologues sur le mur d'Hadrien, on peut voir sur l'une d'elles la Victoire plaçant une couronne de laurier sur des légionnaires romains, sur d'autres des mascottes distinctives des soldats des légions: un sanglier courant pour le XX ; un Pégase et un capricorne pour le VI...

 Pierre sculptée de la XXème  légion

Les sculptures montrent aussi clairement le déplacement vers le nord comme une splendide victoire militaire: plusieurs dépeignent des Calédoniens piétinés par la cavalerie romaine, ou simplement accroupis en signe de soumission, liés et nus.

La pointe la plus septentrionale de l'empire est souvent imaginé comme une terre inhospitalière, une zone de barbarie pour ses occupants: mais cette image est loin de la vérité, selon Gaimster: "les occupants jouissaient d'un style de vie Méditerranéen aussi sophistiqué que n'importe quel légionnaire romain ailleurs dans l'empire".
Par exemple, il y avait des bains publics le long du mur, y compris dans ce qui est aujourd'hui la banlieue de Glasgow à Bearsden. Des recherches ont aussi montré que les occupants avaient un régime à base d'olives, de figues et de vin.

Toujours dans cette nouvelle galerie , se trouvent des fragments d'un mausolée richement décoré trouvés près de Kirkintilloch, avec sculptés, des personnages en toges couchés sur des canapés.

D'autres fragments d'objets précieux comprennent du verre, des intailles, des poteries Samian rouges pour manger, et des sandales en cuir pour adultes et enfants.

Des éléments laissent aussi penser qu'il y avait un mélange ethnique avec l'occupant romain. L'aristocratie indigène semblait jouir des biens de prestige du monde romain avant même que le secteur n'ait été annexé.

Seize des 19 dalles sont exposées. Les trois manquantes (l'une est au Musée National d'Edinburgh , l'autre à la galerie d'art Kelvingrove Glasgow, et la dernière a disparu dans l'incendie de Chicago 1896) sont représentés par des moulages.


Source:

Articles sur le mur d'Hadrien:


Dernier article sur l'Ecosse: 



  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP