11.30.2011

Des archéologues découvrent un vaste quartier artisanal en Sicile

Des archéologues de l'Université de Bonn, en Allemagne, ont découvert ce que l'on pourrait qualifier de "très grande zone commerciale" de l'époque de la Grèce antique lors de fouilles en Sicile.

Des étudiant de l'Université de Bonn mettent au jour un four à céramiques. LeDr. Gabriel Zuchtriegel (avec le chapeau blanc) mouille la terre avec un seringue d'eau rougie pour pouvoir mieux reconnaître les couches. (C) photo : Martin Bentz/uni Bonn
 
Dirigée par le Professeur Dr. Martin Bentz, les archéologues de l'Université de Bonn ont commencé à mettre au jour l'un des plus grands quartiers d'artisans, datant de la Grèce Antique, dans la ville grecque coloniale de Sélinonte (7e au 3e siècle avant JC) en Sicile. Les fouilles ont été faites au cours de deux campagnes en Septembre 2010 et automne 2011. Le projet est mené en collaboration avec les autorités italiennes et l'Institut archéologique allemand.(DAINST).
L'objectif est d'étudier un domaine de la vie quotidienne dans les villes antiques qui ont reçu jusqu'ici peu d'attention.

"Prétendre que les anciens Grecs avaient déjà ce que l'on pourrait qualifier de "zones commerciales" est un point de discussion dans les cercles d'experts à ce jour", a déclaré l'archéologue Dr. Gabriel Zuchtriegel de l'Université de Bonn; il est associé de recherche et coordonne le projet Sélinonte avec le Dr Jon Albers de l'Institut d'Archéologie Classique de l'Université de Bonn.
"Une concentration de certaines « industries » et d'artisans dans des quartiers spécifiques ne présuppose pas seulement une planification proactive, elle est aussi basée sur une certaine idée de la façon dont une ville doit être mieux organisée, d'un point de vue pratique mais aussi social et politique. Qui était autorisé à vivre et travailler ici ?"
Les fouilles menées par l'Université de Bonn doivent maintenant apporter des réponses à ces nouvelles questions.
 

De grands fours, à usage communautaire.
 
A Selinonte, ce sont principalement les activités de poteries qui se sont retrouvées concentrées dans un certain quartier de la ville; la zone était située sur le bord de la colonie, dans l'ombre même de la muraille de la ville. "Par conséquent, leurs fumées, odeurs et bruits gênaient moins les autres habitants" explique le Dr Zuchtriegel, "de plus, cela permettait à plusieurs artisans d'utiliser des fours et installations de stockage en commun."  En effet, les fouilles ont montré que les potiers ont rejoint des coopératives qui leur permettaient de partager l'utilisation de fours gigantesques avec un diamètre allant jusqu'à 7 mètres !

Le quartier des artisans à Selinonte devait sans doute s'étendre sur plus de 600 mètres le long des remparts et figure donc parmi les plus grands connus à ce jour.


Reconstruire le passé
 
La découverte du quartier des artisans n'est pas exceptionnelle en soit, mais elle fourni de précieuses informations pour la reconstitution du passé.
Lors de la première phase, les découvertes, comprenant essentiellement des poteries d'argile, des tuiles et des bronzes (dont certains provenaient d'Athènes et de Sparte), indiquent que les artisans travaillaient et vivaient au même endroit. Puis, au cours du 5ème siècle, les deux domaines (travail et habitat) se sont séparés de plus en plus.

"Nous espérons améliorer notre compréhension de tout ceci à l'avenir", a déclaré le Professeur Bentz, "jusqu'ici, on en savait peu sur les conditions sociales qui prévalent lors de la fondation d'une colonie. Ce qui était certain, c'est que souvent, c'est la faim et le besoin qui pousse les colons à émigrer et à fonder une nouvelle ville. Pourquoi et dans quelles conditions certains d'entre eux sont devenus potiers, d'autres agriculteurs, et d'autres encore de riches propriétaires terriens qui pouvaient se permettre de participer aux jeux olympiques ? Ce sont des questions sur lesquelles ces fouilles devraient pouvoir jeter un peu de lumière."

Source:



  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP