2.27.2012

Des plantes renaissent après 30000 ans dans le pergélisol


Les scientifiques en Russie ont fait pousser des plantes à partir de fruits stockés dans le pergélisol par des écureuils il y a plus de 30.000 ans. Le fruit a été trouvé sur les berges de la rivière Kolyma en Sibérie, un site reconnu pour ceux qui recherchent des os de mammouths.

 Les fruits ont donné des plantes vigoureuses, quoique légèrement différentes des espèces contemporaines.

L'équipe de l'Institut de biophysique cellulaire a fait pousser des plantes de Silene stenophylla (de la famille des caryophyllacées) à partir du fruit. A ce jour, il s'agit de la plus ancienne plante qui a été ramenée à la vie. Auparavant, ce sont des graines de palmiers-dattiers stockées depuis 2000 ans à Massada en Israël qui détenaient le record.

Le chef de l'équipe de recherche, le professeur David Gilichinsky (décédé quelques jours avant la publication des résultats) et ses collègues expliquent avoir trouvé environ 70 terriers d'écureuils dans les berges de la rivière.
"Tous les terriers ont été trouvés à des profondeurs de 20 à 40m à partir de la surface actuelle et se situaient dans les couches contenant des os de grands mammifères comme le mammouth, rhinocéros laineux, bisons, chevaux, cerfs, et d'autres représentants de la faune de l'âge des mammouths, ainsi que des restes de plantes," écrivent-ils. "La présence de morceaux de glace verticaux démontre que le sol a été en permanence gelé. En conséquence, les terriers fossiles et leur contenu n'ont jamais été décongelé."
Les écureuils semblent avoir caché leurs provisions dans la partie la plus froide de leur terrier, qui a ensuite gelé en permanence, sans doute en raison d'un refroidissement du climat local.


Le sucre comme conservateur.

De retour au laboratoire, près de Moscou, les tentatives de l'équipe pour faire germer les graines mûres ont échoué.
Finalement, ils ont pu y arriver en utilisant des éléments du fruit lui-même, le "tissu placentaire", en laboratoire. "C'est de loin l'exemple le plus extraordinaire de l'extrême longévité de plantes supérieures", a commenté Robin Probert, responsable de la conservation et de la technologie à la Millennium Seed Bank du Royaume Uni. "Je ne suis pas surpris de voir qu'il a été possible de trouver de la matière vivante aussi ancienne que cela, et c'est pour cela que nous sommes allés à la recherche, dans le pergélisol, de ces terriers de rongeurs fossilisés avec leurs réserves de graines. J'ai cependant été surpris que le matériel viable provienne du tissu placentaire plutôt que des graines mûres."

 La théorie de l'équipe russe est que les cellules des tissus sont pleines de saccharose qui a fourni la nourriture pour les plantes en croissance. Les sucres sont des conservateurs, ils font même l'objet de recherches comme moyen de garder les vaccins au frais dans les climats chauds d'Afrique.
Aussi, il se peut que les cellules riches en sucre aient été capables de survivre dans un état potentiellement viable sur une aussi longue période de temps.

La Silene stenophylla pousse encore aujourd'hui dans la toundra sibérienne, et, lorsque les chercheurs l'ont comparé avec ses cousines ​​ressuscitées, ils ont trouvé des différences subtiles dans la forme des pétales et le sexe des fleurs, pour des raisons qui ne sont pas encore évidentes.
Les scientifiques suggèrent dans leur document que des recherches de ce genre pourraient aider dans les études de l'évolution, et faire la lumière sur les conditions environnementales dans les derniers millénaires.

Mais la suggestion la plus séduisante est, qu'en utilisant ces mêmes techniques, il pourrait être possible de cultiver des plantes qui sont aujourd'hui éteintes.

Source:



Derniers articles sur la Russie:








2 commentaires:

Anonyme a dit…

De la famille du "compagnon", pas Campion...

Leh a dit…

Bonsoir,

Après vérification la Silene stenophylla fait partie plus précisément de la famille des Caryophyllacées.

Merci pour la remarque qui m'a permis de corriger la coquille !