2.29.2012

Les chasseurs de l'Age de Pierre auraient découvert l'Amerique !


De nouvelles preuves archéologiques suggèrent que l'Amérique a d'abord été découverte par des hommes de l'âge de pierre venant d'Europe; soit 10.000 ans avant que les ancêtres des Indiens d'Amérique, originaires de Sibérie, ne mettent les pieds dans le Nouveau Monde.


Une série remarquable de plusieurs dizaines d'outils de pierre de style européen, datant entre 19.000 et 26.000 ans, ont été découverts à six endroits différents le long de la côte Est américaine.
Trois de ces sites sont sur la péninsule de Delmarva, dans le Maryland, et ont été découverts par l'archéologue Darrin Lowery de l'Université du Delaware. Un autre se trouve en Pennsylvanie et un autre en Virginie.
Un sixième a été découvert par des pêcheurs draguant des pétoncles à 60 miles des côtes de Virginie sur ce qui, à l'époque préhistorique, était la terre ferme.

Ces nouvelles découvertes sont parmi les avancées les plus importantes en archéologie depuis plusieurs décennies; elles devraient nous permettre de mieux comprendre la dispersion de l'homme dans le monde. 

La similitude des outils de l'âge de pierre entre les côtes Est américaine et européennes avait déjà été remarquée. Mais tous ceux mis au jour, précédemment aux Etats-Unis, étaient âgés d'environ 15.000 ans; soit bien longtemps après l'âge de pierre en Europe (les cultures solutréennes de France et d'Iberie) où la fabrication de tels objets avait cessée.
La plupart des archéologues avait donc rejeté toute possibilité d'une connexion.

Comment les européens ont atteint l'Amérique (Source: Daily Mail)

Mais ces récentes découvertes ont donné des datations comprises en 26.000 et 19.000 ans; ces artéfacts sont donc contemporains avec le matériel pratiquement identique d'Europe occidentale.
Qui plus est, l'analyse chimique réalisée l'an dernier sur un couteau de pierre de style européen trouvé en Virginie en 1971 a révélé qu'il a été fait à partir de silex provenant de Françe.

Le Professeur Dennis Stanford, du Smithsonian Institution à Washington, DC, et le professeur Bruce Bradley, de l'Université d'Exeter, qui ont analysé l'ensemble des artéfacts, pensent que les gens de l'âge de pierre d'Europe occidentale ont migré vers l'Amérique du Nord, lors de la période glaciaire, en se déplaçant (sur la glace et/ou en bateau) le long de la partie gelée du Nord de l'Atlantique.

À l'apogée de l'ère glaciaire, environ cinq millions de kilomètres carrés de l'Atlantique Nord étaient recouverts de glace tout ou partie de l'année. Toutefois, de façon saisonnière, la zone où prenaient fin les glaces étaient extrêmement riches en ressources alimentaires: des phoques migrateurs, des oiseaux marins, des poissons et des pingouins de l'hémisphère Nord...
Stanford et Bradley ont longtemps soutenu que les hommes de l'âge de pierre étaient tout à fait capable de faire 2400 km sur la glace de l'Atlantique; mais jusqu'à présent il y avait relativement peu de preuves pour appuyer leur réflexion.
Mais les nouveaux indices provenant du Maryland, de Virginie et d'autres endroits de la côte Est américaine, ainsi que les tests chimiques sur le couteau en silex de Virginie, ont commencé à changer la vison des choses. Aujourd'hui, les archéologues commencent à enquêter sur une demi-douzaine de nouveaux sites dans le Tennessee, le Maryland et même au Texas.


Une petite fenêtre migratoire de 4500 ans pour les européens...

Un autre argument clé pour la théorie de Stanford et Bradley est l'absence totale de toute activité humaine dans le nord-est de la Sibérie et l'Alaska avant 15500 ans. Si des habitants du Maryland et de la côte Est étaient présents de 26.000 à 19.000 ans et venaient d'Asie, et non d'Europe, les artéfacts datant d'avant 19.000 ans, auraient dû aussi se retrouver dans les deux régions du Nord. Ce qui n'a pas été le cas.

Bien que les Européens Solutréens peuvent très bien avoir été les premiers Américains, ils avaient un inconvénient majeur par rapport aux Indiens originaires d'Asie qui sont arrivés dans le Nouveau Monde via le détroit de Béring ou le long de la chaîne des îles Aléoutiennes, après 15.500 ans.
En effet, les Solutréens ont eu seulement une fenêtre de 4500 années de période glaciaire pour mener à bien leur activité migratoire; les Indiens originaires d'Asie ont eu environ 15.000 ans pour le faire...

En raison de ces facteurs, les natifs américains d'origine européenne ont été soit partiellement absorbés par les nouveaux arrivants ou ont disparu progressivement en raison de la compétition pour les ressources.


La génétique pour confirmer la théorie.

Certains marqueurs génétiques des Européens occidentaux de l'âge de pierre n'existent tout simplement pas dans le nord-est de l'Asie; or, ils le sont en très petites quantités dans certains groupes indiens de l'Amérique du nord.
Des tests scientifiques sur de l'ancien ADN extrait de 8000 squelettes en Floride ont révélé un niveau élevé d'une clé d'un marqueur génétique probablement d'origine européenne.

Qui plus est, il existe un petit nombre de groupes amérindiens isolés dont les langues ne semblent être liées en aucune façon à des indiens d'Amérique originaires d'Asie.

Mais les preuves les plus tangibles sont susceptibles de venir de l'océan: la plupart des zones où les Solutréens auraient accosté sont maintenant jusqu'à 160 kilomètres au large. Le seul site sous-marin qui a été identifié (grâce à la pêches des pétoncles) est prêt à être examiné plus minutieusement cet été.


Source:

Derniers articles sur les Etats-Unis:



8 commentaires:

Homo Fabulus 5:57 AM  

Formidable ! J'adore les découvertes qui obligeront peut-être un jour à réécrire les manuels scolaires...

Petite question naive peut-être : qu'est-ce qui fait qu'on ne fait cette datation que maintenant ? J'imagine que sur les six sites certains au moins étaient connus depuis longtemps. Est-ce qu'on vient juste de découvrir les outils de pierre, où est-ce qu'on n'avait pas les techniques pour les dater, ou pas d'argent pour les dater ?

Al.

Leh 6:47 AM  

Bonjour,

Il y a probablement plusieurs raisons à cela; mais je pense que l'évolution des techniques de datation (de plus en plus précises) ont été un facteur décisif.

Après, il doit y avoir aussi une certaine "prudence" des scientifiques qui ne dévoilent leur découverte que lorsqu'ils ont réunis suffisamment de preuves.

Bacqué Huguette 10:28 AM  

Au Brésil, il y a un site daté de presque 40 000 ans, très controversé. Ils en ont parlé sur Planète il y a quelques mois. Comment les gens sont-ils arrivés là si tôt ? Les dates sont-elles correctes ? C'est en milieu tropical... Peut-il y avoir des erreurs de datation de ce fait ? En tout cas, c'est vraiment étonnant. je vais voir si je retrouve les références.

Bacqué Huguette 10:34 AM  

Voilà le lien promis :
<a href="http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1994_num_91_4_9732>le plus ancien peuplement de l'Amérique : le Paléolithique du Nordeste brésilien</a>
C'est franchement intriguant !
A bientôt !
Huguette :-D

Homo Fabulus 12:50 AM  

Une autre explication pourquoi ces datations ne sortiraient que maintenant : pour faire de la pub à un livre. :( John Hawks en tout cas n'a pas l'air du tout convaincu par ces résultats... http://johnhawks.net/weblog/reviews/books/stanford-bradley-hype-2012.html

MAX DE GENNES 4:10 AM  

Hè, c'est pas vraiment nouveau, lors de la découverte de l' homme de kenneweek, cette hypothèse a déjà été avancée, le crane étant de type caucasien. Y a t il eu une analyse ADN de ce squelette ?. Je crains pour ma part que cette découverte ne soit pas considérée comme politiquement correcte puisque les "natives" ne seraient plus la minorité indienne qui jouit actuellement de lois favorables. Imaginez un peu la réaction des nord américains si des solutréens étaient les premiers sur leur territoire.

F.R. 11:24 AM  

Beaucoup sont prudent et dénigrent cette hypothèse. Mais n'oublions pas que Cartailhac lu même et nombre de scientifiques de l'époque estimaient impossible que les peintures d'Altamira soient d'autenthiques oeuvres préhistoriques.
Quelques années plus tard, il a signé "Mea Culpa d'un Sceptique".
Certains comme Piette ont été de suite convaincus par "l'hypothèse folle d'un art pariétal préhistorique".
Alors je m'engage pour cette hypothèse!J'attend depuis 10 ans qu'ils identifient du silex européen sur la cote Est!
Et puis pensez à Gérard d'Abboville! Il a traversé tout seul 5200 kilomètres à la rame! 71 jours et 23 heures pour traverser l'atlantique!
Je ne doute pas que les Solutréens ai eu le courage et le savoir faire technique pour accomplir cette traversée.

Luc Allemand 9:13 AM  

Si ces découvertes étaient fondées, elles auraient été publiées dans une revue à comité de lecture, pas dans un livre grand public.
Stanford et Bradley n'en sont pas à leur coup d'essai sur ce sujet.
Voici ce qu'écrivait déjà en 2001 dans La Recherche feu Patrick Plumet, spécialiste de la préhistoire nord-américaine
bit.ly/VqdD7b

Luc Allemand, La Recherche

  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP