1.02.2013

Des découvertes à Dzibanché redéfinissent l'effondrement de la société Maya


Une peinture murale polychrome en stuc a été découverte à Dzibanché, dans le Quintana Roo, au Mexique.
Elle se réfère à l'une des plus anciennes dynasties Mayas de la ville et révèle qu'elle a été habitée au 13ème siècle après JC.
Pourtant, on pensait qu'au 11ème siècle, les villes des basses terres avaient été complètement abandonnées au cours de l' "effondrement Maya".

La peinture murale localisée dans le temple des cormorans. Image: INAH


Une suite au travail d'Enrique Nalda.

Cette importante découverte survient alors que l'étude a été reprise par des spécialistes de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH), suite à la mort de l'archéologue Enrique Nalda (1936-2010) qui avait beaucoup travaillé sur cette ancienne ville maya.
Au cours de sa dernière saison, il y avait trouvé des restes humains et un grand nombre d'offrandes, dont un artéfact en os sculpté avec une scène de sacrifice humain, des pierres de jade ainsi que des objets en obsidienne.


Une importante cité-état.

Dzibanché est une ville située dans le sud de Quintana Roo, un ensemble de 40 kilomètres carrés dans la jungle.Elle se compose de quatre groupes distincts de bâtiments: Dzibanché, Tutil, le Complexe central et l'Acropole Kinichna.

Le site de la ville a atteint son apogée à la période classique (200-1000 après JC), au cours de laquelle a régné la dynastie Kaan, l'une des plus anciennes et des plus importantes de tous les Mayas.

L'archéologue Sandra Balanzario, chef de projet à Dzibanché, a expliqué que les nouvelles données indiquent que la ville a été habitée jusque dans la période postclassique tardive (1200-1550 après JC): "ce qui est important parce que notre recherche précédente supposait que la fin était le Classique Terminal (800 -1000 après JC)."

Elle a expliqué que parmi les objets récupérés figurait un récipient du Classique tardif qui avait été tué rituellement (intentionnellement brisé) et déposé en offrande. La pièce est décorée avec une iconographie se référant à l'un des frères se faisant appelé le Témoin du Ciel, l'un des anciens dirigeants les plus importants de la dynastie Kaan.

Ce récipient, ainsi que deux fresques, ont été restaurés. Ils sont couverts de glyphes associés à cette dynastie et indiquent une poursuite de la lignée Kaan. Ceci est important car auparavant on pensait que la dynastie Kaan s'était installée à Dzibanché pendant la période classique, et qu'elle avait ensuite déménagé à Calakmul.
Mais cette découverte montre une continuité à cet endroit avec une branche de la dynastie restant à Dzibanché pour contrôler la ville.


A la recherche des habitants

Balanzario a expliqué qu'après une pause de deux ans sur le projet de recherche sur le site, les travaux ont repris à Dzibanché. La priorité a été donnée à la conservation et la consolidation des zones Nalda découverts entre 2008 et 2009.

L'archéologue de l'Inah a expliqué que l'objectif de la dernière saison à Nalda était de trouver des maisons des gens ordinaires. Il avait, jusque là, déjà découvert des zones d'apparat et des bâtiments avec des chambres funéraires.

C'est au cours de ce travail, qu'il a découvert les logements de l'administration de la ville. Une grande partie de l'architecture encore debout est recouverte de fragments de stuc peint polychrome et de graffitis. Certains portent les glyphes de la famille de Kaan.
Ces bâtiments étaient situés dans la zone de la Petite Acropole, qui a également produit des matériaux archéologiques qui n'ont pas été associés à l'activité domestique. Il y avait de riches offrandes datant des années 1300, y compris des objets en coquillage, de l'or, de la poterie polychrome, des perles de jade et des matières organiques.


Le meurtre rituel 

L'équipe a également trouvé les restes de quatre personnes démembrées qui semblent avoir été tuées. Il y avait aussi des objets sacrifiés rituellement, tels que des encensoirs, des couteaux de silex et d'obsidienne et un poinçon en os représentant la scène d'extraction du cœur d'un sacrifié (image ci-dessous).

Poinçon en os représentant un sacrifice humain. Image: INAH.

Une autre structure richement ornée se trouvait à proximité des principaux monuments de Dzibanché. Les archéologues pensent qu'il pouvait s'agir de la résidence de la dynastie Kaan.

A proximité, dans le Temple des Cormorans, l'équipe de Nalda a découvert une autre peinture murale polychrome en stuc, créé au cours de la période classique. Son iconographie représente la montagne sacrée, qui décrit l'origine et la légitimité de la dynastie Kaan.

Cette deuxième peinture murale a été trouvé sur l'un des côtés du Temple des Cormorans, qui n'avait été fouillé que devant. Nalda, en 1995, y avait découvert le tombeau du Témoin du Ciel.
La peinture murale était masquée par un mur en pente datant du début postclassique (1000-1250 après JC).


Source:
  • Past Horizons: "Dzibanché discoveries redifines the “Maya Collapse”"

Derniers articles sur les Mayas:

  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP