7.24.2018

Le commerce par les nomades était-il crucial à la naissance des villes ?

Il y a environ 4000 ans, dans le palais royal de la cité mésopotamienne de Mari, le roi Zimri-Lim se réveillait d'un cauchemar dans lequel des nomades du désert environnant avaient capturé sa femme. Les archéologues ont longtemps pensé que cette peur de Zimri-Lim, décrite dans un texte cunéiforme, reflétait le rôle clé que jouaient les nomades dans les débuts de la vie urbaine.

Voyageant sur des centaines de kilomètres pour chercher des pâturages, les éleveurs ont longtemps étaient perçus comme les architectes des réseaux de commerce longue distance qui aurait aidé à stimuler la montée de la première civilisation du monde, vers 3000 avant l'ère commune, dans ce qui est aujourd'hui l'Irak.

Le commerce par les nomades était-il crucial à la naissance des villes ?
Des bergers comme ci-dessus  surveillant des moutons et des chèvres en Azerbaïdjan ont longtemps été considérés comme ayant joué un rôle crucial dans le commerce qui a stimulé les villes les plus anciennes du monde. Emily Hammer

Comme les traces physiques de ces anciens éleveurs son souvent presque invisibles, les chercheurs se sont jusqu'ici largement appuyés sur des études comparatives des nomades du Moyen-Orient du 20ème siècle pour construire cette image.


Mais aujourd'hui les archéologues utilisent de plus en plus de nouvelles méthodes pour lire les faibles indices laissés par les anciens nomades.


Armés de données provenant de déjections animales, d'ossements, de tartres dentaires et de restes végétaux, ces chercheurs suggèrent que les éleveurs sont restés principalement près des zones urbaines spécifiques et répondaient à leurs besoins, plutôt que de se déplacer entre des villes éloignées.

"Ils ne voyageaient pas sur de longues distances, donc ils ne sont pas le conduit naturel du commerce" rapporte Emily Hammer, archéologue à l'Université de Pennsylvanie. Ce propos, qu'elle a exposé, avec Ben Arbuckle, de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, sont exposés dans un article paru dans le Journal of Archaeological Research.

Cette conclusion a déclenché un intense débat sur les débuts de la vie urbaine.

Pour Abbas Alizadeh, de l'Université de Chicago en Illinois, qui a aussi passé des décennies à étudier les éleveurs comme les Bakhtiari dans le sud-ouest de l'Iran, Hammer et Arbuckle "ont tout faux. Je parie qu'ils n'ont jamais vu un nomade au cours de leur vie".

Les archéologues s'accordent généralement à dire que peu de temps après que les hommes aient commencé à cultiver au Proche-Orient il y a environ 10 000 ans, les éleveurs ont commencé à prendre soin des moutons, chèvres et bovins nouvellement domestiqués.

Cependant, les chercheurs ne débattent que sur le moment où ces groupes ont commencé à parcourir de longues distances dans un cycle saisonnier pour chercher des pâturages plus verts.

Alizadeh et d'autres archéologues estiment que les éleveurs sur les franges de la Mésopotamie ont migré sur des centaines de kilomètres il y a 7000 ans avant l'ère commune. Leur hypothèse repose sur les déplacements des éleveurs modernes qui mènent des troupeaux de moutons et de chèvres dans les vallées escarpées des monts Zagros en Irak et en Iran.

Les chercheurs  soulignent également les fouilles des villages saisonniers et des tombes qui suggèrent une vie itinérante préhistorique.

Lorsque les premières zones urbaines sont apparues, les pierres précieuses, les métaux et le bois d'Afghanistan, d'Iran et d'Anatolie ont afflué dans le sud de la Mésopotamie. En 2000 avant notre ère, un système de commerce organisé fournissait des matériaux d'aussi loin que la civilisation de l'Indus à l'est.et aussi loin vers l'ouest que le Levant, avec la richissime cité-état d'Ur.
 
L'archéologue Emily ​Hammer examine des fondations en pierre, un marqueur de l'ancienne vie d'éleveur, sur un site turque où les éleveurs modernes continuent de dresser leurs tentes.

Bien que les archéologues ont longtemps pensé que les éleveurs nomades étaient un conduit clé, peu d'anciens textes mentionnent ceux qui transportaient ces marchandises. "Le commerce est textuellement presque invisible" dit Piotr Michalowski, spécialiste cunéiforme à l'Université de Michigan à Ann Arbor, "Nous ne savons pas comment ils géraient leurs affaires."


Les animaux se nourrissaient dans le voisinage plutôt que dans des prairies éloignées.


Les nouvelles techniques suggèrent qu'avant 1000 avant notre ère, les éleveurs de Jordanie, Syrie, Turquie et Iran restaient trop près de leur foyer pour avoir servi d'intermédiaires internationaux.

Sur un site à Amman, par exemple, Cheryl Makarewicz, archéologue à l'Université allemande de Kiel, a analysé l'émail des dents de mouton et de chèvre daté d'environ 7000 avant l’ère commune. pour les rapports des isotopes de carbone et d'oxygène. Comme ces isotopes peuvent refléter le sol et l'eau locale, ils peuvent fournir une empreinte géographique de l'endroit où un animal a pâturé.
Elle a ainsi découvert que les animaux se nourrissaient dans le voisinage plutôt que dans des prairies éloignées.

Dans la ville de Çatalhöyü en Turquie, datant de 7000 avant l'ère commune, une autre équipe a analysé des isotopes de carbone et d'azote à partir de l'émail des dents de moutons et de chèvres; elle a vu, là aussi, que les animaux pâturaient dans les environs. Leur bouse a également révélé qu'ils mangeaient plus de fourrage que de l'herbe sauvage, signe que les animaux vivaient principalement dans des enclos plutôt que d'errer sur de longues distances..

Plus tard, lorsque les villes ont commencé à émerger, Hammer et Arbuckle, ainsi que l'archéologue Dan Potts de l'Université de New-York, soutiennent que les éleveurs sont restés en grande partie dans la périphérie pour répondre à la demande urbaine de viande et de lait, ainsi que pour la laine qui a contribué à l'industrie textile mésopotamienne.

"Ce sont des centres de traitement du bétail", note Hammer, "vous ne pouvez donc amener les animaux trop loin".


Les marchandises circulaient par le biais des réseaux sociaux


Si les nomades n'étaient pas les commerçants à longue distance du monde antique, la plupart des marchandises ont dû être déplacées par d'autres moyens, et des découvertes au cours de la dernière décennie suggèrent une possibilité.

Les archéologues ont en effet remarqué que les cités et villes étaient bien plus courantes dans le moyen orient de l'âge du bronze qu'on ne le pensait. Cela aurait permis au commerce d'être soutenu par les réseaux sociaux, tels que les mariages royaux et des marchands voyageurs plutôt que des nomades, explique Potts.

Des textes datant de 1900 avant l'ère commune, trouvés dans la ville anatolienne de Kanesh, décrivent comment des familles marchandes ont organisé des caravanes d'ânes qui ont traversé 1000 kilomètres pour atteindre Assur, une ville au sud de Mossoul en Irak. "Ce sont des citadins, et il n'y a pas de raison de penser que cela ne se passait pas en 3000 avant notre ère ou même 3500 avant notre ère", ajoute-t-il.

Michalowski est d'accord: "Il y avait beaucoup d'entrepreneurs, et le commerce semble avoir été principalement entre des mains privées. On n'a pas besoin d'invoquer des éleveurs mobiles.". Ce n'est que lorsque les dromadaires ont été domestiqués au premier millénaire avant notre ère que les nomades ont commencé de longues randonnées saisonnières, disent Hammer, Arbuckle et Potts.

"Nous ne nions pas l'existence des éleveurs" explique Hammer, "mais seulement le fait qu'ils voyageaient sur de longues distances et vivaient dans des tentes. Nous avons les ossements, les campements et la paléobotanique qui le montrent".

Beaucoup de leurs collègues n'en sont pas persuadés. "Si cela est vrai, alors c'est révolutionnaire" ajoute Guillermo Algaze, un archéologue de l'Université de Californie San Diego. Mais il pense toujours que les éleveurs nomades étaient le ciment qui entretenaient des réseaux commerciaux étendus dans les sociétés urbaines anciennes.

Steve Rosen, archéologue à l'Université Ben Gourion du Néguev à Beersheba, en Israël, loue l'approche de Hammer et Arbuckle. Mais il a trouvé une série de sites archéologiques dans le désert du Néguev indiquant, qu'au moins ici, les éleveurs utilisaient des ânes pour traverser plus de 100 kilomètres de terrain accidenté dès 3000 av. J.-C.

De nouvelles données de Mésopotamie, telles que les analyses d'ossements et de bouses d'animaux provenant des fouilles renouvelées à Ur, où Hammer a récemment travaillé, pourraient aider à clore le débat.


Source:

Liens:

Aucun commentaire: