2.01.2019

Du pigment bleu révèle le rôle des femmes dans la création des manuscrits médiévaux

Au cours du moyen âge européen, l'alphabétisation et les textes écrits étaient en grande partie le domaine des institutions religieuses. Des manuscrits richement illustrés étaient créés dans des monastères à l'usage des membres d'institutions religieuses et pour la noblesse.

Certains de ces manuscrits enluminés étaient embellis avec des pigments et des peintures de luxe, dont des feuilles d'or et du bleu outremer, un pigment rarissime et cher fait à partir de la pierre lapis lazuli.
Les fondations de l’église associées à une communauté religieuse de femmes médiévales à Dalheim, en Allemagne. © Christina Warinner

Dans une étude publiée dans Science Advances, une équipé internationale de chercheurs menée par l'Institut Max Plack pour la Science de l'Histoire Humaine et l'Université de York, a révélé le rôle des femmes dans la création de ces manuscrit grâce une surprenante découverte. En effet, les scientifiques on identifié du pigment de lapis lazuli incrusté dans la plaque dentaire calcifiée d'une femme d'âge moyen enterrée dans un petit monastère de femmes en Allemagne vers 1100 après JC.

Leurs analyses suggèrent que cette femme était probablement une peintre de textes religieux richement illuminés.


Un monastère tranquille dans le centre de l'Allemagne.


Dans le cadre d’une étude sur le calcul dentaire (le tartre sur les dents), les chercheurs ont examiné les restes d'individus qui ont été enterrés dans un cimetière médiéval en lien avec un monastère de femmes sur le site de Dalheim en Allemagne.

Peu d'informations subsistent sur ce monastère et sa date précise de construction est inconnue, si ce n'est qu'une communauté de femmes puisse s'y être formée dès le 10ème siècle après JC

Les plus anciennes données écrites de ce monastère remontent à 1244 après JC. On suppose qu'il abritait environ 14 religieuses depuis sa création jusqu'à sa destruction par le feu suite à une série de batailles au 14ème siècle.

Dans le cimetière, une femme avait de nombreuses taches de pigment bleu dans son calcul dentaire. Elle avait entre 45 et 60 ans lorsqu'elle est morte vers 1000 à 1200 après JC. Son squelette n'avait pas de pathologie particulière, ni aucune évidence de traumatisme ou d'infection. Le seul détail remarquable étaient les particules bleues trouvées sur ses dents.

Calcul dentaire sur la mâchoire inférieure d'une femme médiévale contenant du pigment de lapis-lazuli. © Monica Tromp

"Cela a été une surprise totale, en se dissolvant, le calcul a libéré des centaines de minuscules particules bleues," dit la co-auteure principale Anita Radini, de l'Université de York.

Des analyses délicates utilisant différentes méthodes de spectrographie, dont la spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie, analyse EDS (SEM/EDS) et la spectroscopie micro-Raman, ont révélé que les pigments bleus provenaient de lapis lazuli.


Un pigment aussi rare et cher que l'or.


"Nous avons étudiés plusieurs scénarios pour comprendre comment ce minéral a pu s’incruster dans le calcul des dents de cette femme." explique Radini.

"En se basant sur la distribution du pigment dans sa bouche, nous en avons conclu que le scénario le plus probable était qu'elle peignait elle-même avec le pigment et léchait l'extrémité du pinceau en peignant," rapporte Monica Tromp de l'Institut Max Planck pour la Science de l'Histoire Humaine.

L'utilisation de pigment outremer fabriqué à partir de lapis lazuli était réservé, tout comme l'or et l'argent, aux manuscrits les plus luxueux. "Son utilisation était confiée à des scribes et à des peintres d'une habileté exceptionnelle," ajoute Alison Beach de l'Université d'Etat de l'Ohio, historienne sur le projet.

Le calcul dentaire sur la mâchoire inférieure de la femme du moyen âge. © Christina Warinner

La découverte inattendue d'un pigment aussi précieux dans la bouche d'une femme du 11ème siècle en Allemagne rurale est sans précédent. Alors que l'Allemagne est connue pour avoir été un centre actif de production de livres au cours de cette période, le fait d'identifier la contribution des femmes a été particulièrement difficile.

Par humilité, de nombreux scribes et peintres ne signaient pas leur travail, et c'est une pratique qui s'appliquait particulièrement aux femmes.

La faible visibilité de leur travail dans la production des manuscrits a conduit de nombreux chercheurs modernes à présumer qu'elles n'avaient apporté qu'une faible contribution.

Les découvertes de cette étude remettent non seulement en question les croyances de longue date dans ce domaine, mais révèle aussi l'histoire de la vie d'un individu. Les restes de cette femme étaient à l'origine une découverte relativement anodine dans un endroit relativement anodin, à ce qu'il semblait. Mais en utilisant ces techniques, les chercheurs ont pu découvrir une histoire de vie vraiment remarquable.

"Elle était reliée à un vaste réseau commercial mondial qui s'étend des mines d’Afghanistan à sa communauté de l’Allemagne médiévale en passant par les métropoles commerciales de l’Égypte islamique et de la Constantinople Byzantine. L’économie croissante de l’Europe du XIe siècle a suscité la demande d’un pigment précieux qui parcourait des milliers de kilomètres via une caravane et des navires marchands au service de l’ambition créatrice de cette femme artiste." explique l'historien et co-auteur Michael McCormick de l'Université d'Harvard.

"Nous avons ici des preuves directes d’une femme, non seulement en train de peindre, mais de peindre avec un pigment très rare et coûteux, et dans un endroit très isolé." explique Christina Warinner de l'Institut Max Planck pour la Science de l'Histoire Humaine, "l'histoire de cette femme aurait pu rester cachée à jamais sans l'utilisation de ces techniques. Je me demande combien d'autres artistes on pourrait trouver dans des cimetières médiévaux".


Source:

Liens:
Derniers articles sur l'Allemagne:

Aucun commentaire: