11.23.2011

Une momie égyptienne étudiée de façon non invasive

Une équipe d'enquêteurs a utilisé la technologie médicale et l'analyse pour découvrir les mystères d'une momie de la période romaine en Egypte.


Une équipe de scientifiques dirigée par Sarah Wisseman , directrice du Programme sur les technologies anciennes et matériaux archéologiques (Program on Ancient Technologies and Archaeological Materials (ATAM)) à l' Illinois State Archaeological Survey, a trouvé des réponses à une série de questions entourant le mystère d'une momie d'enfant égyptienne résidant au Musée Spurlock de l'Université de l'Illinois depuis plus de deux décennies.

Auparavant, elle appartenait à des propriétaires privés depuis environ 60 ans, après avoir été retirée de son emplacement d'origine en Egypte.

Les tests ont été menés en 1990 puis en 2011 en utilisant les rayons X et la tomodensitométrie: l'analyse concernait aussi les fragments de tissu, les insectes et les résines durcies à  la base de la momie.

Aucune fouille invasive n'a été faite, telle que déballer ou couper, pour l'étude de la momie. Les scans, l'analyse du matériel d'embaumement, et la datation au carbone 14 d'une planche en bois soutenant la momie ont révélé suffisamment d'informations intéressantes.

Ils ont fourni une vision claire de la structure osseuse, et il apparait que le cerveau, les poumons et le cœur ont été laissés intact dans le corps lors de la momification.
Par ailleurs, les images ont fourni des indices sur la façon dont les embaumeurs avaient enveloppé et stabilisé le corps pendant le processus de momification.

D'autres indicateurs, notamment une fracture du crâne sans preuve de saignement, ainsi que des coléoptères nécrophages présents dans le corps, ont suggéré un traitement de qualité inférieure.

D'après Wisseman, soit ils "ont fait un travail minable ou bien le corps est resté allongé pendant un certain temps avant qu'il ne soit traité. Si l'enfant est décédé lors d'une épidémie, il pourrait y avoir eu beaucoup de cadavres à traiter, provoquant des retards ou forçant les embaumeurs à se précipiter."

Les scans ont également montré que la momie avait quelques dents de lait et quelques dents adultes émergentes. Il y avait aussi des preuves que l'enfant était encore en croissance au moment du décès, d'après l'examen des os longs. Cela a permis aux scientifiques d'estimer que l'enfant était âgé de 7 à 9 ans.

"Tous les éléments de preuve, cependant, suggère qu'il s'agit d'un enfant issu d'une famille aisée," a déclaré Wisseman. "ils ont utilisé un coûteux pigment rouge d'Espagne, des décorations dorées en or. C'est un enfant de haute classe."

Mais l'examen virtuel a ses limites: il ne permet pas une compréhension détaillée des tissus mous restant, et les mains de la momie étant positionnés en face de son bassin, il est difficile de déterminer le sexe. Le portrait du visage attaché à la momie offre un indice possible: "Il y a une suggestion, autour du portrait, d'une tunique avec une raie dessus", explique Wisseman, "ce seul fait suggère que l'enfant à l'intérieur est un garçon. Cependant, il y a d'autres momies qui ont une personne représentée sur l'extérieur et on découvre que c'est un sexe différent ou bien un animal au lieu d'un être humain, de sorte que l'on ne peut être affirmatif."
La cause du décès de l'enfant à ce jour est encore inconnue.

Source:
Derniers articles sur les momies:

2 commentaires:

Anonyme 8:56 PM  

Bonjour.
On ne dit pas "scarabées charognards", on dit "coléoptères nécrophages".
Camille

Leh 9:03 PM  

Bonsoir Camille,

Effectivement, cela sonne plus juste.

Merci pour la remarque; c'est corrigé.

Jann

  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP